Close

21 mars : une journée européenne de musique ancienne trop discrète

Publié dans : Actualités - Brèves
8 mars, 2015
tivoli

Les jardins de la Villa d’Este à Tivoli – Muse Baroque, 2011, photo François-Xavier Pin

Les baroqueux croisent souvent les pas du REMA, réseau européen de musique ancienne, souvent aux détours des festivals. Il s’agit d’une association de droit français (le siège social est à Ambronay, le bureau à Versailles, Alain Brunet en est président honoraire) visant à promouvoir au niveau européen la musique ancienne et baroque, dans une logique européenne d’échange et de partenariats à laquelle nous souscrivons sans réserve.

Evénement phare de l’année, le 21 mars a été consacré par l’association Journée européenne de la Musique Ancienne, célébrant l’arrivée du printemps – et de manière un peu fallacieuse, la naissance de Jean-Sébastien Bach, qui comme on le sait est né 10 jours plus tard (mais en revenant au calendrier julien cela tombe bien le 21, ce que l’association met – sérieusement ??? – en avant). Pour cette « folle journée », à travers toute l’Europe, et pour la 3ème édition, 70 événements auront lieu dans 17 pays « de Porto à Kiev », avec le soutien de l’UNESCO, de l’Union européenne et du Ministère de la Culture.

Hélas, et quand bien même la liste des concerts et manifestations n’est pas encore définitivement arrêtée, et alors que le communiqué de presse annonce fièrement que « The European Day of Early Music goes big! », on regrettera que la France, pourtant si éprise de musique ancienne et baroque, n’ait pas su s’impliquer davantage avec des rendez-vous de plus grande ampleur, plus digne de l’intimité d’un Vermeer que de la pompe lullyste. Les centres urbains, les grandes et grands ensembles sont singulièrement absents, indépendamment de la qualité des rendez-vous proposés, alors même que par exemple le CMBV est partenaire du REMA. Si Gli Incogniti, ou le Baroque Nomade ont répondu présents, où sont donc nos légions de baroqueux d’Hexagone : les Ars Flo, les Talens, le Concert Spi, le Poème Harmonique, la Grande Ecurie, et tous les autres ? Ce 21 mars a donc le parfum agréable mais amer des célébrations sous le boisseau, dont la France a désormais l’habitude, toute commémorations confondues. Et comment ne pas déplorer la coupable modestie que l’on met pour notre Journée du 21 mars quand les autorités et pouvoirs publics ne sont pas même capables d’organiser de manière cohérente et porteuse de sens le bicentenaire de la Première guerre mondiale (d’ailleurs pourquoi ne pas avoir attendu 2018 pour fêter la fin du conflit plutôt que le déchirement ds nations ?), quand on pose en catimini un gerbe pour Austerlitz, et qu’on envoie le Charles de Gaulle de l’autre côté de la Manche pour Trafalgar ? Mais là nous nous éloignons du sujet, puis la musique ne connaît ici les frontières et les nationalismes, et que la querelle entre la musique française et italienne est enterrée depuis bien longtemps. Quoiqu’il en soit, notre intérêt pour cette Journée européenne de la Musique Ancienne se teinte donc de regret.

Alors on espère que le petit Hercule grandira, et que l’année prochaine ou très  bientôt, l’on pourra entendre parler de cette Journée européenne de la Musique Ancienne tout autant que des Victoires de la Musique ou que d’autres grands moments du continent, pourquoi pas – en rêvant un peu et avec une ambition messalinienne, pourquoi pas à la manière des Journées du Patrimoine ? Mais comme le dit si bien Dorine « On n’exécute pas tout ce qui se propose, Et le chemin est long du projet à la chose. »…

M.B.

Liste des concerts actuellement prévus en France

Partenaires français du REMA

Site officiel du REMA : http://rema-eemn.net