Rechercher Newsletter  - Qui sommes-nous ? - Espace Presse - FAQ - Contacts - Liens -   - Bookmark and Share

 

mise à jour

6 janvier 2014

Editorial

Brèves

Numéro du mois

Agenda

Critiques CDs

Critiques concerts

Interviews

Chroniques 

Tribune

Articles & Essais

Documents

Partitions

Bibliographie

Glossaire

Quizz

 

 

 

L'opéra à Paris : recherche salle désespérément

 

"Balet comique de la Royne", dansé dans la salle du Petit-Bourbon en octobre 1581

© Bibliothèque nationale de France

 

 

Chanteurs et orchestre, excellentes références, attaques précises, opulence naturelle, protecteurs puissants recherchent désespérément salle de capacité moyenne, avec stucs et dorures, de préférence plan italien, pour monter spectacles et plus si affinités. Contacter Lully JB, Rue des Petits-Champs, Paris 1er.

horizontal rule

"Il y a à cette heure une incommodité épouvantable à la Comédie" (Tallemant des Réaux, 1671)

A voir la meringue oxydée du Palais Garnier, qui laisse déborder sa respectable bedaine au bout d'une tranchée haussmannienne, la plupart des touristes s'imaginent que cet emplacement fut l'immuable siège de l'opéra dans la capitale. Or, aussi surprenant que cela puisse paraître, jusqu’en 1669, aucune salle n’est spécifiquement consacrée à l’opéra à Paris ! C’est seulement à cette date que l'infortuné Pierre Perrin obtient de Louis XIV le privilège d’établir en France une Académie de Musique. Les opéras n’en sont pas moins joués, tels La Finta Pazza en 1645 dans la salle du Petit-Bourbon, l’Ercole Amante de Cavalli dans la salle des Machines dressée en 1660 par Le Vau et Vigarani aux Tuileries.

Reinier Nooms, dit Zeeman, Vue de l'ancien Louvre et du petit Bourbon (à droite) prise de la Seine, 3ème quart du XVIIème siècle

© Musée du Louvre, département des Peintures

 

La Salle du Petit-Bourbon

L'hôtel de Bourbon fut construit par Louis de Clermont vers 1310 et reconstruit au XIVème siècle entre le Louvre et l'église St-Germain-l'Auxerrois, on aperçoit ainsi ses pittoresques toitures sur le tableau de Zeeman ci-dessus, mais l'édifice avait perdu de son lustre à compter de la confiscation des biens du connétable en 1527 et commençait à tomber en ruine. Une rue fut percée à travers ses dépendances, et il ne restait à l'époque qui nous préoccupe que la Chapelle, et la Grande Salle voûtée qui servit tant à la réunion des Etats Généraux de 1614 qu'à la danse ou au théâtre.  De vastes proportions, on y représenta en 1653 le Ballet de la Nuit de Lully, puis l'année suivante Les Noces de Pelée & Thétis, tous deux sur des décors de Torelli.

Le Mercure François la décrit en 1614 comme suit :

"Cette salle est de dix-huit toises de longueur, sur huit de largeur : au bout de laquelle est encore un demi-rond de sept toises de profondeur, sur huit et demie de large, le tout en voûte semé de fleurs de lis. Son pourtour est orné de colonnes avec leurs bases, chapiteaux, architraves, frises et corniches d'ordre dorique : entre icelles corniches, des arcades en niches. En l'un des bouts de la salle, s'élevait un théâtre de six pieds de hauteur, de huit toises de largeur et d'autant de profondeur. Le dais de leurs majestés, en face du théâtre, était à l'autre bout de la galerie."


Entre 1658 et 1660, la salle fut partagée entre Molière et les comédiens italiens, avant sa démolition imprévue pour les travaux d'agrandissement du Louvre, qui faisaient peut-être suite aux intrigues de la troupe de l'Hôtel de Bourgogne rivale de celle de Molière :

"Le lundy 11ème octobre (1660) : le théâstre du Petit-Bourbon commença a estre démoly par Monsieur de Ratabon Surintendant des Bastiments du Roy sans en avertir la troupe qui se trouva fort surprise de demeurer sans theaste; on alla se plaindre au Roy à qui Monsieur de Ratabon dit que la place de la salle était nécessaire pour le bastiment du Louvre et que les dedans de la salle qui avait été faiste pour les ballets du Roy appartenant à sa Majesté il n'avait pas été cru qu'il fallait entrer en considération de la Comédie pour avancer le dessein du Louvre. La méchante invention de Monsieur de Ratabon étoit apparente. Cependant le Roy à qui la troupe avoit eu le bonheur de plaire fut gratifiée par Sa Majesté de la salle du Palais-Royal."  (La Grange, second de Molière)

Le Louvre et les Tuileries (Le Petit-Bourbon est visible en haut à droite, en dessous de Saint-Germain l'Auxerrois).

(Détail du Plan de Mérian "LE PLAN DE LA VILLE, CITE, VNIVERSITE ET FAVX-BOVRGS DE PARIS AVEC LA DESCRIPTION DE SON ANTIQVITE ET SINGVLIARITES", daté 1615) - D.R.

 

La salle des Machines du Palais des Tuileries

Cette dernière, inaugurée en 1662, devait à l'origine abriter les festivités du mariage de Louis XIV... célébré en 1660 alors que l'architecte Vigarani n'était parvenu à Paris qu'en juin 1659. Le plafond était de Coypel à partir de cartons de Le Brun, la décoration fastueuse de marbre et or. La scène atteignait un profondeur insondable de quelques 46 mètres pour une scène étroite de 10 mètres de large, et on rapporte que l'acoustique y était des plus déplorables. Les machines dont la salle tire son nom se logeaient dans une fosse de 5 mètres de profondeur, la capacité d'accueil oscillant selon les témoignages entre 6 à 8000 personnes. Après l'Ercole Amante de Cavalli, on y joua le ballet l'Impatience sur une musique de Lully (1662), ou encore Psyché de Molière et Lully en 1671. La salle, réaménagée, abrita ensuite la Comédie-Française puis brièvement le Concert Spirituel.

La salle fut ensuite transformée et réaménagée. Elle abrita la Comédie-Française (qui y retournera en 1770), puis le Concert Spirituel pendant une très brève période.

Ces salles détruites ou fermées, ce sont les Galeries et les Jeux de Paume qui servent alors de salle d'opéra. C’est ainsi au Jeu de la Bouteille que Perrin en 1671 crée Pomone, premier opéra français, Jeu de Paume que convoite – et obtient !- Lully, qui en rachète le privilège. Après avoir évincé Perrin, ruiné, et après s’être fait octroyé à la suite de la mort de Molière la jouissance de la salle du Palais Royal par Louis XIV, Lully devient donc le maître de l’opéra hexagonal.

La Palais-Royal, Paris © Muse Baroque, 2010

La salle du Palais-Royal

Lully s'installe donc au Palais Royal en mai 1673. La salle dans laquelle s'installa l'Académie royale était située près de la cour d'entrée. Construite en 1637 par Lemercier, elle avait été inaugurée par Mirame, tragédie du... cardinal-duc de Richelieu lui-même et était occupée par Molière depuis janvier 1661 (depuis la démolition du Petit-Bourbon). Elle pouvait accueillir environ 1200 spectateurs sur ses 27 gradins. Molière et Lully y reprirent Psyché en 1671, et des aménagements furent entrepris à l'occasion (loges, parterre, fosse d'orchestre, agrandissement de la scène). Lully, après avoir bouté son ancien complice fit procéder à l'élargissement de la fosse trop étroite car conçue pour les effectifs des comédies-ballets, et Vigarani recomposa la salle afin de la transformer en théâtre à l'italienne en amphithéâtre avec en sus 3 rangs de loges superposées sur les côtés de la scène. Plus de 2000 personnes pouvaient alors être applaudir les opéras de Lully, Rameau ou Campra ou prendre part aux bals masqués autorisés par le Régent pour… emplir les caisses du Royaume ! Comme ce fut souvent le cas, c’est le feu qui se déclara mystérieusement au matin du 6 avril 1763 qui met fin au destin de la salle, construite en bois à l’instar de toutes les salles de spectacle de l’époque.

 

La nouvelle salle de Machines des Tuileries

C’est alors aux Tuileries que l’opéra (re)trouve refuge d'abord dans la salle des Suisse, le temps que Soufflot  père du Panthéon, et Gabriel, père de l'opéra royal versaillais, conçoivent ensemble la nouvelle salle des Machines, où se crée l’usage des termes "cour" et "jardin", qui se répandront à travers toute l’Europe. En effet, à la gauche des comédiens, se situait la cour du Louvre, à leur droite, le jardin des Tuileries... L’ouverture se fait en 1764 par une reprise de Castor et Pollux, qui sera suivie par des opéras de Dauvergne, Francoeur ou Merton. Cette nouvelle salle a la particularité d'être une exacte réplique de celle du Palais-Royal.

 

La nouvelle salle du Palais-Royal

Pendant ce temps, la nouvelle salle du Palais Royal est construite, aux frais de la ville de Paris. Inaugurée en 1770 avec une reprise du Zoroastre de Rameau, cette nouvelle salle, qui offre un champ de vision largement ouvert par sa forme ovale qu’aucune colonne ne vient rompre, et une excellente acoustique grâce à sa charpente de bois légère, va enfin pouvoir accueillir l’Académie royale de musique, fondée un siècle plus tôt ! Autre innovation : le foyer, qui sacrifie à un nouvel usage social, celui du "cercle", et offre aux spectateurs le plaisir du débat venant s’ajouter à celui de la musique. L’opéra voit la création d’Iphigénie en Aulide, d’Alceste, d’Armide, d’Atys, ou encore d’Echo & Narcisse, avant de prendre feu. Entièrement consumée, la salle s’écroule sur elle-même, et cette nouvelle catastrophe force encore l’Académie royale à déménager, pour s’installer un temps aux Menus-Plaisirs, puis Porte Saint-Martin, et enfin rue de Richelieu, dans le théâtre construit par Victor Louis pour la Montansier.

Hubert Robert, L'incendie de l'Opéra au Palais-Royal (1781) © Musée du Louvre

Epilogue : on the road again

Les créations s’enchaînent, un temps seulement perturbées par la Révolution et ses fresques patriotiques : Salieri, Gossec, Grétry, Philidor, Gluck y montent leurs œuvres ;  mais le destin de l’Académie n’est  décidément pas de tout repos, et en 1820, le duc de Berry est assassiné en plein représentation des Noces de Gamaches ! Le théâtre est rasé par ordonnance royale, et l’opéra s’installe salle Favart après en avoir chassé les Italiens, puis au théâtre Louvois, et enfin en un lieu qui devait être temporaire et perdura un demi-siècle : le théâtre de la rue Le Peletier.

Ce dernier, construit en partie grâce à des éléments repris au théâtre de la rue de Richelieu, devient la scène sur laquelle va éclore l’école romantique : c’est ainsi qu’à la lumière de l’éclairage au gaz, Verdi et Gounod succèdent à Rossini et Donizetti. Pourtant, le théâtre, engoncé dans une rue étroite, ne semble pas à la hauteur de ce qu’attendent les Parisiens : un grand théâtre, dont la façade et les abords correspondraient par leur faste à la prestigieuse programmation qui s’y déroule. C’est un rebondissement inattendu – l’attentat d’Orsini contre Napoléon III dans cette même rue Le Peletier  – qui est à l’origine de la décision de rechercher un nouvel emplacement. Un incendie en 1873, et l’opéra Garnier auquel on alloue des subsides conséquents voit enfin le jour….

Avec la Philharmonie de Paris conçue par Jean Nouvel actuellement en projet, c’est une nouvelle page qui se tourne dans l’histoire mouvementée des salles de concert à Paris, capitale qui décidément aura contraint ses musiciens à de véritables tribulations !

Elsa Ferracci

Lire aussi :

Les Institutions musicales versaillaises de Louis XIV à Louis XVI

Who is who : les titulaires des principales charges de la Musique du Roi à Versailles de Louis XIV à Louis XVI

Le Grand Motet versaillais : naissance d'un idiome musical français ?  

Le Te Deum ou l'exaltation de la gloire du monarque

La Querelle du Te Deum : escarmouches entre la Chambre et la Chapelle du Roi à Versailles

 

 

 

Affichage recommandé : 1280 x 800

Muse Baroque, le magazine de la musique baroque

tous droits réservés, 2003-2014