Rechercher Newsletter  - Qui sommes-nous ? - Espace Presse - FAQ - Contacts - Liens -   - Bookmark and Share

 

mise à jour

20 janvier 2014

Editorial

Brèves

Numéro du mois

Agenda

Critiques CDs

Critiques concerts

Interviews

Chroniques 

Tribune

Articles & Essais

Documents

Partitions

Bibliographie

Glossaire

Quizz

 

 

Genre : musique pour orchestre

Michel-Richard DELALANDE (1657-1726)

Symphonies pour les Soupers du Roi (Intégrale)

La Simphonie du Marais, dir. Hugo Reyne

 

4 CDs, Harmonia Mundi, 1990.

Mangeons en musique...

Et non, l'œuvre de Delalande ne se résume pas à ses fanfares pour trompettes martiales et éculées, surjouées par les Jean-François Paillard et autres Paul Kuentz. D'une part, ses grands motets sont magnifiques, et d'autre part même les Symphonies pour les Soupers du Roi sont bien plus fines qu'on ne l'imagine. Il n'empêche qu'il faut être un peu fou pour enregistrer l'intégralité de ces suites, majoritairement composées de courtes danses et de quelques morceaux instrumentaux plus développés tels les Passacailles, Chaconnes et Caprice que le Roi demandoit souvent.

 

Malgré un effectif réduit (on s'en rend compte seulement en regardant le livret), Hugo Reyne a parfaitement saisi le son français typique avec son équilibre de cordes fournies et ses bois. Des percussions agrémentent souvent les œuvres, parfois plus que nécessaire, afin de rompre la monotonie d'un style ciselé mais sans grande originalité. Ce n'est que dans le traitement soliste du basson que Delalande innove un peu. Sinon, la musique est belle, majestueuse, ample, mais demeure un agréable fond sonore de cour, composée pour accompagner le chassé-croisé gastronomique des Maîtres de l'Echansonnerie-Bouche et autres commensaux. Le mélomane lambda se contentera donc de l'anthologie en un CD (jaquette ci-dessus), tandis que ceux qui aiment prendre leur temps lors des dîners entre amis auront de quoi tenir 5 heures avec ce coffret.

Anne-Lise Delaporte

Technique : l'ingénieur du son a habilement étoffé l'ensemble, gommant la faiblesse des effectifs par un son chaleureux.

 

 

 

Affichage minimum recommandé : 1280 x 800

Muse Baroque, le magazine de la musique baroque

tous droits réservés, 2003-2014