Rechercher Newsletter  - Qui sommes-nous ? - Espace Presse - FAQ - Contacts - Liens -   - Bookmark and Share

 

mise à jour

6 janvier 2014

Editorial

Brèves

Numéro du mois

Agenda

Critiques CDs

Critiques concerts

Interviews

Chroniques 

Tribune

Articles & Essais

Documents

Partitions

Bibliographie

Glossaire

Quizz

 

 

 

Memorandum critique de Bach

sur l'organisation de la musique à Leipzig

23 Août 1730

Elias Gottlaub Haussmann, Portrait de Jean-Sébastien Bach, 1748. D.R.

L'un des documents musicologiques les plus importants sur la pratique musicale des cantates de Bach nous est donné par le célèbre Mémorandum critique du Cantor de Leipzig. Fatigué et déçu par les querelles qu'il entretient avec les autorités municipales et ecclésiastiques, Bach proteste vivement contre l'insuffisance des moyens qui lui sont alloués. Surtout, il livre une idée des effectifs requis afin d'exécuter ses cantates. C'est cette première partie du memorandum qui est transcrite ici. La seconde donne le nom des instrumentistes et des élèves et se plaint de l'absence d'appointements pour les étudiants qui viennent  compléter l'orchestre. Les notes entre crochets sont personnelles. La typographie a été modifiée (gras) pour faciliter la lecture. Les mots en italiques sont en français dans l'original, puisque les Etats allemands raffolaient d'un allemand assez indigeste mêlé de français et de latin. 

On notera que, loin d'apaiser les débats, ce document alimente les controverses sur l'interprétation des cantates de Leipzig. En effet, l'effectif cité est-il idéal ou minimal ? Les ripiénistes sont-ils requis pour les cantates (musique concertante), ou seulement pour les chorals et motets, comme le pensent Joshua Rifkin ou Andrew Parrott qui défendent la thèse d'un chœur formé seulement des quatre solistes dans les cantates ? 

horizontal rule

 

 

BREVE MAIS INDISPENSABLE ESQUISSE DE CE QUI CONSTITUE UNE MUSIQUE SACREE BIEN ORDONNEE AVEC QUELQUES REMARQUES NE PREJUGEANT DE RIEN SUR SA DECADENCE

Leipzig, 23 Août 1730

(Extrait)

 

Une musique sacrée bien entendue exige des chanteurs et des instrumentistes.

Les chanteurs de cette ville sont fournis par les élèves de Saint-Thomas et sont de quatre sortes : les dessus, les altos, les ténors et les basses. Si, comme il se doit, les chœurs de ces oeuvres de musique sacrée doivent être correctement exécutés, les chanteurs devraient à leur tour être divisés en deux sorte, à savoir les concertistes et les ripiénistes.

Ces concertistes sont d'ordinaire 4 mais parfois aussi 5, 6, 7 et jusqu'à 8 si l'ont veut faire de la musique avec chœurs.

Les ripiénistes doivent être au moins huit, c'est-à-dire deux pour chaque voix.

Les instrumentistes sont également répartis sont également répartis en plusieurs sortes  les violonistes, hautboïstes, flûtistes, trompettes et timbaliers. Nota bene : font aussi partie des violonistes ceux qui jouent de l'alto, du violoncelle ou de la contrebasse.

Le nombre des élèves de l'école de Saint-Thomas est de 55. Ces 55 sont répartis en 4 chœurs, selon les 4 églises dans lesquelles ils doivent soit jouer, soit chanter des motets, soit chanter des chorals. Dans trois églises, à savoir Saint-Thomas, Saint-Nicolas et l'Eglise-Neuve, tous les élèves doivent être musiciens. Le rebut, c'est-à-dire ceux qui n'entendent rien à la musique et qui sont tout au plus capable de chanter un choral vont à Saint-Pierre.

Pour chaque chœur, il faut au moins 3 sopranos, 3 altos, 3 ténors et autant de basses afin que, si l'un d'eux a une indisposition (ce qui se produit assez souvent et surtout en ce moment de l'année, ainsi que le prouvent les ordonnances envoyées à la pharmacie par le médecin de l'école), on puisse au moins chanter un motet à deux chœurs. (Il serait cependant encore préférable, si l'ensemble le permettait, de prendre 4 sujets pour chaque voix et de pourvoir ainsi chaque chœur de 16 personnes) [ce sont les effectifs habituellement retenus par les ensembles baroques : parmi les intégrales, on citera par exemple les enregistrements de Nikolaus Harnoncourt et de Gustav Leonhardt dans leur tentative historique parue chez Teldec, le piètre essai de Jan Peter Leusink chez Brilliant Classics ou encore les cycles encore en cours de Ton Koopman (Challenge Classics) ou Mazaaki Suzuki (Bis)]

Il en résulte donc qu'une musique doit comprendre 36 personnes.

La musique instrumentale se compose des parties suivantes :

2 ou même 3 pupitres pour le violon 1

2 ou 3 pour le violon 2

2 pour l'alto 1

2 pour l'alto 2

2 pour le violoncelle

1 pour la contrebasse

2 ou 3, selon les circonstances, pour les hautbois

1 ou bien 2 pour le basson

3 pour les trompettes

1 pour les timbales

Au total, au moins 18 personnes pour la musique instrumentale.

N.B. S'il se trouve que le morceau de musique a été composé (comme il arrive assez souvent pour donner plus de variété) pour des flûtes (qu'elles soient à bec ou traversières), deux personnes au moins en sus seront nécessaires. Ce qui fait en tout 20 instrumentistes.

(...)

Lire la version originale intégrale

du Mémorandum (en allemand)

 

 

 

Extrait de G. CANTAGREL, Bach en son Temps, Fayard, 1997

Lire aussi :

"Bach, as-tu du chœur ?" : retour sur la controverse liée aux effectifs du chœur utilisé dans les cantates de Bach et sur l'utilisation d'un soliste par partie ("one voice per part")

Quand jouait-on les Cantates de Bach à Leipzig ?  

 

 

 

Affichage recommandé : 1280 x 800

Muse Baroque, le magazine de la musique baroque

tous droits réservés, 2003-2014