Close

Armide de Lully

17 février, 2011

Armide de Lully
ou le sublime crépuscule du Florentin
(1686)

François Boucher : Renaud & Armide. Musée du Louvre, Paris. D.R.

François Boucher : Renaud & Armide. Musée du Louvre, Paris. D.R.

 

Crépuscule peut-être, mais flamboyant automne, brillant déclin, sublime chant du cygne. Armide fut la dernière tragédie lyrique de Lully, et sa dernière collaboration avec son complice de longue date, la poète Philippe Quinault. Il y aura bien la « pastorale héroïque » Achille & Polyxène sur les médiocres vers de Jean Galbert de Campistron en 1687, dont le succès ne masquera pas une invention plus routinière, et un souffle dramatique court.

« Que me sert-il, Sire, d’avoir fait tant d’efforts pour me hâter de vous offrir ces nouveaux concerts ? » (Lully, dédicace à Louis XIV)

1686. « Monsieur de Lully, escuyer, conseiller, Secrétaire du Roy, Maison, Couronne de France & de ses Finances, & Sur-Intendant de la Musique de sa Majesté » a 54 ans. L’homme est respecté à défaut d’être respectable, quoique l’humeur de la cour ait changé depuis la mort de la discrète Marie-Thérèse et l’ascension de la dévote « Madame de Maintenant », métamorphose admirablement résumée par La Bruyère « Le courtisan autrefois avait ses cheveux, était en chausses et en pourpoint, portait de larges canons, et il était libertin : cela ne sied plus ; il porte une perruque, l’habit serré, le bas uni, et il est dévot » (Les Caractères).  Colbert dont le clan a toujours soutenu le compositeur, n’est plus. Le temps n’est plus aux ris et aux jeux et les mœurs italiennes du Surintendant finissent par lasser le souverain. Marié de longue date à Madeleine Lambert, la fille du compositeur d’airs de cour, Lully la couvrit d’égards tout en la trompant ouvertement, avec toute sorte de créatures. En 1685, un an avant Armide, la police de Monsieur de Louvois fait arrêter son amant et page musicien alors que ce dernier partait chercher quelques compagnons peu farouches pour son maître. L’affaire Brunet est  toutefois étouffée, grâce au réseau de Lully, et le nombre de personnes de qualité impliquées dans le scandale « sodomite » (dont le propre cousin du Ministre).

Le 15 février 1686, la 11ème et dernière tragédie mise en musique de Lully triomphe sur la scène de l’Académie Royale de Musique au Palais Royal en présence du Grand Dauphin. Les décors sont de Bérain, la direction confiée à Colasse. Mais le succès est amer, puisque l’œuvre ne parut pas à la cour devant le Roi. Le compositeur se montra très affecté de cette semi-disgrâce publique. Dans la dédicace d’Armide, publiée chez Ballard la même année, il reproche au souverain son absence, dans un mélange d’orgueil blessé et de prière touchante : « Sire, de toutes les tragédies que j’ay mises en musique, voicy celle dont le public a tesmoigné être le plus satisfait : c’est un spectacle où l’on court en foule, et jusqu’icy on n’en a point veu qui ait receu plus d’applaudissements ; cependant, c’est de tous les ouvrages que j’ay faits celuy que j’estime le moins heureux, puisqu’il n’a pas encore eu l’avantage de paroistre devant Vostre Majesté ». Des représentations privées de certains passages eurent lieu à Versailles. Le Roi n’y alla pas. 

« Moi, pauvre femme, haïe, méprisée, abhorrée, maudite des hommes, damnée du ciel, misérable toute-puissante » (Victor Hugo, Lucrèce Borgia, Acte I, scène 1)

Le sujet d’Armide est inspiré de La Jerusalem Délivrée du Tasse et fut choisi personnellement en mai 1685 par Louis XIV qui avait dansé lui-même le rôle de Renaud dans sa jeunesse dans le Ballet des Amours deguisés (1664). Sans le choix du Roi, nous aurions pu avoir Malaric, fils d’Hercule ou Céphale et Procris…

Exit les dieux et autres salmigondis mythologiques. Cette histoire sera celle d’une épopée héroïque peuplée de Paladins et d’Infidèles, au milieu d’un monde merveilleux imbibée de magie. L’intrigue se déroule au temps des croisades. Armide, indomptable et farouche sarrasine, magicienne redoutable, décide de soumettre le seul et valeureux ennemi qui n’a pas encore succombé à ses charmes vénéneux. Dès l’acte II, elle parvient à tendre un piège au preux Renaud et s’apprête à l’occire dans son sommeil avant de se raviser au dernier moment, ce qui donne lieu au célèbre récitatif accompagné « Enfin il est en ma puissance ». Eprise de Renaud, honteuse de sa faiblesse, Armide fait alors appel à la Haine (scène infernale de l’acte III) pour se défaire de son amour mais recule au dernier moment. L’acte IV, plus faible, rend compte des tribulations de l’expédition de secours menée par deux chevaliers armés d’un bouclier et d’une épée magiques (étrange pour des chrétiens, mais bon, le monde de la tragédie lyrique baigne dans le merveilleux) qui doit amener Renaud à recouvrer ses esprits. Le dernier acte voit Renaud succombant aux charmes de la belle Armide et coulant des jours heureux. Hélas, les deux croisés trouble-fête profite de l’absence d’Armide (prétexte à la superbe Passacaille), brisent le charme, et permettent aux héros, quoiqu’à regret de rejoindre son camp et continuer ses exploits guerriers. Armide, suppliante et désespérée s’enfuit sur son char en promettant de se venger.

Ce livret, de très belle facture, sera repris quasi intégralement par Gluck. Son succès s’explique d’abord par l’intensité dramatique qui s’en dégage Lecerf de la Viéville relate l’extraordinaire effet que produisait le monologue d’Armide sur les auditeurs : « Lors qu’Armide s’anime à poignarder Renaud dans cette dernière scène du deuxième Acte, j’ai vu vingt fois tout le monde saisi de frayeur, ne soufflant pas, demeurer immobile, l’âme toute entière dans les oreilles et dans les yeux. Puis les spectateurs reprenaient haleine avec un bourdonnement de joie et d’admiration. » (Comparaison de la musique italienne et de la musique française, 1705). Diderot écrira que « L’opéra d’Armide est le chef-d’œuvre de Lulli, (sic) et le monologue d’Armide est le chef-d’œuvre de cet opéra » (Au petit prophète de Boesmischbroda, au Grand Prophète Monet, 1753). Ces dizaines de mesures semblent encapsuler l’essence même du récitatif français, et seront unanimement louées tout au long du XVIIIème siècle, même pendant les Querelles, que ce soit par Rameau ou par… Rousseau lui-même pourtant farouchement opposé à ce style. Le livret sera repris quasi intégralement par Gluck.

Si Armide nous touche toujours autant aujourd’hui, c’est que le livret de Quinault joue sur l’ambiguïté des personnages. C’est bien Armide, personnage de chair et de sang, qui est l’héroïne de la tragédie, et non Renaud, aussi falot que soi-disant vaillant. D’ailleurs, le paladin chrétien est présenté comme un individu solitaire, faible, insatisfait, amolli. Le Vème acte laisse paraître sa désillusion, dans tous les sens du terme, et Quinault lui laisse échapper un aveu : même sans magie, Renaud était épris d’Armide (« Vous serez après la Gloire / Ce que j’aimerai le mieux »). La belle Sarrasine, quant à elle, est l’objet d’un portrait attentif qui la dépeint tour à tour comme toute-puissante mangeuse d’hommes, amante troublée, désespérée, éperdue de passion et finalement misérable et digne de compassion (pitoyable « J’irai dans les combatsn j’irai m’offrir aux coups / Qui  seront destinés pour vous »). Armide sent plus son Racine que son Corneille, délaisse les grands tableaux épiques pour extraire la peinture de sentiments et d’émotions variées et poussées à leur paroxysme. Pour nos yeux modernes, une lecture anachronique d’Armide pourrait être simplement celle l’histoire d’un amour impossible, étouffé par la guerre, les conventions, les préjugés et l’intolérance. 

Armide, musique de mise dans la tragédie

Côté musical, Armide mérite amplement sa réputation de l’un voire du plus abouti des opéras lullyste.  Les transitions deviennent très fluides, rendant ténue la lisière entre récitatif, airs et ariettes… La ritournelle est moins employée, le cheminement musical assoupli. L’acte IV recèle un air où l’orchestre affiche une présence nouvelle qu’il a acquis depuis Persée et où le compositeur ose des sauts d’intervalles plus audacieux « Ah, si la liberté me doit être ravie », tandis que le court motif « Ah que son amour est différent du mien » rappelle la douce plainte de Sangaride « Atys est trop heureux » d’Atys, 20 ans plus tôt. Les grands divertissements subsistent, créant des moments de suspension : rêves de Renaud dans l’acte II, majestueuse Passacaille de l’acte V.

Cette célèbre Passacaille, dont on dit souvent qu’elle constitue une ébauche de la future musique symphonique, s’inscrit dans le prolongement des autres tragédies lyriques. Morceau quasi-obligé, la chaconne ou passacaille (dont les différences sont faibles) apparaît dès Cadmus & Hermione, et se retrouve dans Alceste (pompe funèbre), Roland, Amadis, etc, souvent en conclusion des actes. Elle mêle passages instrumentaux, chant soliste et choral au sein d’une architecture grandiose. La tenue de la pièce est assurée par le motif de base, une basse obstinée à partir d’un tétracorde descendant. Dans Armide, la Passacaille prend des proportions énormes (330 mesures). Débutant par l’orchestre et un trio de flûtes, elle se poursuit avec des couplets chantés par un soliste (« Les plaisirs ont choisi pour asile ») puis repris par le chœur. Les 2 et 3èmes couplets sont précédés par une ritournelle qui rend le thème de la Passacaille entêtant, puis la conclusion de la pièce se fait avec symétrie avec la reprise du 1er couplet (air+chœur) / ritournelle / 1er couplet.

En guise d’épilogue

Preuve de son énorme succès, Armide fut reprise 8 fois en 1688, 1703, 1713, 1714, 1724, 1746, 1747 et 1761. Elle fut aussi représentée en province (Nancy) ou à l’étranger (Bruxelles) au XVIIIème siècle et fut également copieusement été parodiée.  On citera ainsi Renaud et Armide de Dancourt (1686), Arlequin à la guinguette de Pellegrin (1711), Armide de B*** (1721), Armide de Bailly (1725, Comédie-Italienne), La Bohémienne, attribuée à Crébillon (1747), ou Armide (anonyme, 1747).

Au disque, plus récemment, Philippe Herreweghe enregistra une première fois l’œuvre, tronquée de son 4ème acte, en 1983 avec une superbe Rachel Yakar (Erato). Il en donna une seconde version dix ans plus tard, cette fois-ci intégrale, à la beauté froide, théâtrale et digne. Guillemette Laurens campait alors la magicienne avec noblesse plus que fureur, parfaite amoureuse mais peu redoutable adversaire (Harmonia Mundi). Et c’est donc avec impatience que nous attendons que William Christie, défricheur mythique d’Atys, revienne chez le Surintendant.

Viet-Linh NGUYEN