Close

Autour du Concert Baroque. Ep. 1 : La Tête

Publié dans : Bonus - Digressions
1 septembre, 2009

Cette agaçante tête qui ne semblera pas inconnue aux mélomanes constituera, en cas de succès, le premier volet d’une série de réflexions caustiques et légères issues de l’expérience répétée des concerts baroques…

« Trio », Amsterdam © Muse Baroque, 2009

LA TETE


Elle est là, immense, ronde, vautrée, effondrée, avachie dans la torpeur moite. A dextre et senestre, deux excroissances touffues, branchages amazoniens égarés et blanchis tentent de se réconcilier de part à d’autre d’un no-man’s-land luisant dans la pénombre. De temps à autre, un balancement satisfait, irrégulier, un peu lourd, digne du navire qui gîte. Et cette présence large, couvrante, murale qui sépare l’esprit de la matière, Tristan d’Yseut, l’ouïe de la vue commence à vous embarrasser. Elle gêne par son emplacement maléfiquement choisi, juste à l’avant-garde, en guise de parapet. Elle gêne par les effluves jadis capiteuses et à présent fanées qui traduisent l’âge du capitaine. Elle gêne par son existence même, offense à votre plaisir. Le stoïcisme et la patience n’y résistent pas, car elle vous sape, lentement, de mesure en mesure, d’air en récitatif, d’acte en acte, vous hante jusqu’aux rappels. Elle est là, et c’est son crime d’oblongue capsule si humaine et pourtant si haïssable, anonyme dans son ovale sans visage, son ellipse sans relief, protégée jusques au col par un dossier écarlate.

Vous l’apercevez, se dandinant de manière obscène lorsque les sons qu’elle capte lui plaisent. De temps à autre, sa lassitude vous profite, car elle tend à se recroqueviller, presque à disparaître dans les entrailles moirées d’une soierie trop accueillante. Quand elle s’ennuie, elle oblique prestement, comme honteuse, vers ses consœurs qui l’encadrent, infamante escorte d’un inattendu limès qui vous rejette du côté des barbares. Vous tentez de vous rehaussez, moralement comme physiquement, afin de surmonter l’obstacle, mais l’édifice tient autant du rempart que du clocher, solide, imposant, vertigineux. Alors ne subsiste que la résignation et le désespoir d’être perdu, immobile, aveuglé par la créature, forcé d’user d’une faculté trop peu réquisitionnée en cette époque qui est celle de l’imagination et du rêve, forcé d’éponger sa hargne et d’élimer le fil de l’épée face à ce menhir dressé en guise de pierre tombale de votre soirée, à l’épitaphe brève : « Voici où finit la grandeur ».

Vous contemplez avec envie vos compagnons latéraux, qui jouissent paisiblement d’une trouée vers la ligne bleue du cercle qui s’agite, là-bas, si proche et si lointain, s’escrimant à l’hermétique lecture de boules noires agrafées sur des grillages. Vous étendez vos jambes, dans l’espoir de mesquinement faire remarquer votre douleur à l’infâme qui vous précède, vous supplante, vous spolie. Vous compulsez frénétiquement le gros cahier qu’on vous a remis et qui comporte l’apparat critique de ce que vous voudriez goûter avec une sérénité moins troublée. Mais le mystère de la pénombre demeure entier, impénétrable, infranchissable, insurmontable.

Alors, il ne vous reste que deux voies : celle de l’issue, lâche débâcle qui laisse un arrière-goût amer d’inachevé. Celle dite de la Juditha Triumphans, que vous répugnez à utiliser du fait de sa sanglante résolution. Et vous restez les pensées perchées sur cette fourche, oubliant peu à peu l’objet du désir, serrant avec nervosité les revers de votre veste, pestant intérieurement contre cet importun si grand qui occupe le siège au-devant du vôtre et vous empêche de savourer ce concert si attendu. Ah, si vous étiez Judith… 

 Viet-Linh Nguyen

Lire aussi :
Autour du concert : épisode 2 : Le Ballet
Autour du concert : épisode 3 : Les projecteurs
Autour du concert : épisode 4 : La chaleur

  1. One Response to “Autour du Concert Baroque. Ep. 1 : La Tête”

  2. […] du concert : épisode 1: La Tête Autour du concert : épisode 2 : Le Ballet Autour du concert : épisode 4 : La […]