Close

Cadmus & Hermione : un coup d’essai, un coup Dumestre !

Publié dans : Actualités - Edito
1 février, 2008

© Elisabeth Carecchio

Le duo Benjamin Lazar et Vincent Dumestre a encore frappé. Et il frappe fort. Prononciation restituée, gestuelle ultra codifiée, costumes et décors inspirés de Bérain et Vigarani, éclairage à la bougie, machineries diaboliques propulsant les dieux, instruments d’époque bien entendu. N’en jetez plus, la cour est pleine ! Ce 21 janvier dernier – anniversaire de la décapitation de Louis XVI d’ailleurs – l’Opéra Comique accueillait sa dernière-née, la tragédie lyrique. Un beau brin de fille, qui manquait encore de grands récitatifs dramatiques mais qui alliait déjà chœurs somptueux, ritournelles et danses, ariettes. La salle entière frémissait devant la magie de l’ensemble, loin d’une reconstitution sclérosée. Alors, rouvrons un vieux débat en fustigeant partisans de l’actualisation à tout prix, des dieux habillés en PDG, des soldats romains mitraillant les islamistes, des reines et des magiciennes en latex. Relisons la Malscène de Philippe Beaussant dont la plume à la fois sensée et acerbe en égratigna plus d’un. Non, on ne comprend pas mieux l’intrigue si les habits sont contemporains. Non, le livret n’est pas un paillasson sur lequel les metteurs en scène peuvent greffer leurs délires lubriques et les clips vidéo de leurs connaissances. L’opéra baroque, qu’il s’agisse de tragédie lyrique ou d’opéra italien, se nourrit de l’imaginaire et de l’Histoire. Les croisés, l’Olympe et Jules César n’étaient pas ce qu’il y avait de plus proche des gens au XVIIème et au XVIIIème siècle, même si les spectateurs avaient une culture plus étendue. Sans aller jusqu’à la cohérence de Benjamin Lazar, force est de constater que cela fait du bien lorsque l’opéra a un sens, et qu’il s’agit de celui prévu par ses créateurs. Et puis, de façon beaucoup plus subjective, n’en avez-vous pas assez de cette laideur assumée des mises en scène actuelles ? Alors, cette pléthore de perruques, ces costumes exotiques chatoyants, ces incroyables couleurs, eh bien, nous on les aime. Et nous assumons ce goût de luxe, rétrograde et conservateur, qui se délecte des chevaux de marbre, des brocards, et des boccages en trompe-l’œil. Heureusement, au vu des applaudissements du public, nous n’étions visiblement pas les seuls. Vive Benjamin Lazar, et tous ceux qui suivront son chemin ! Pour le reste, sans paraphraser notre critique du spectacle, nous  vous incitons à vous précipiter à Rouen afin d’assister aux représentations restantes de ce merveilleux petit bijou.

Quelques mots à présent sur la revue. Grâce à votre fidélité et votre soutien, Muse Baroque compte désormais près de 12.000 visiteurs individuels par mois, et se place en première page des principaux moteurs de recherche de la toile pour les mots-clé « Musique baroque » (y compris l’incontournable Google). Ce positionnement privilégié nous a permis d’initier des partenariats avec les éditeurs, maisons de disques et salles de concert. Qu’ils en soient remerciés. Nous espérons donc enrichir encore le contenu du magazine, et chroniquer un peu plus de nouveautés, sans pour autant abandonner notre discothèque idéale et l’approche plurielle qui nous tient à cœur. Comme vous avez pu le constater, les rubriques ont été refondues pour une meilleure navigation ; la nouvelle ergonomie permettra d’intégrer plus harmonieusement les futures interviews et comptes-rendus de concerts. En vue d’assumer cette montée en puissance, notre équipe est toujours à la recherche de contributeurs, réguliers ou occasionnels. N’hésitez pas à nous rejoindre.  A bientôt et bonne lecture.

                                                                                                                                                                                  Viet-Linh NGUYEN