Close

  • Publié dans : Documents - Dossiers

    Qui étaient les titulaires des charges très prisées de la Chambre du Roi ? Si tout le monde se souvient de l'omniprésent Surintendant Lully, combien d'entre vous sont encore capables de nommer - disons - le claveciniste de Louis XIV en 1687 ? Ce tableau dressé par Thomas Lecomte permettra d'apporter un début de réponse à ses interrogations.

  • Publié dans : Documents - Dossiers
    Définitions musicales tirées du Dictionnaire Dramatique de La Porte & Chamfort Lacombe, Paris, 1776

    L'œuvre de La Porte et Chamfort se veut à la fois un ouvrage de référence et une véhémente défense du théâtre français, incluant la tragédie lyrique. Aussi, à côté d'articles relativement neutres tels récitatif, on trouve des développements remarquablement polémiques à opéra, par exemple où l'auteur déprécie Lully et l'opéra italien.

  • Publié dans : Documents - Dossiers

    Ce tableau, établi d'après le traité de Johann Philipp Kirnberger (1721-1783), Die Kunst des reinen Satzes, II ème partie, Berlin, 1776-9, pp.103-104, reprint, Olms, 1988 figure dans les annexes de Pierre Alain Clerc, Discours sur la Rhétorique Musicale, et plus particulièrement sur la Rhétorique Allemande entre 1600 et 1750.

  • Publié dans : Documents - Dossiers
    Utmiutsol contre Uremifasolasiututut

    En 1748 paraissent Les Bijoux indiscrets, œuvre romanesque anonyme. Elle consiste en une succession de petites saynètes d'une Afrique imaginaire, traitées sur le mode ironico-comique, un peu à la manière des Lettres Persanes de Montesquieu, la légèreté en plus. En effet, première œuvre romanesque de Diderot (genre alors peu considéré), les Bijoux indiscrets sont également une œuvre de divertissement, avec des passages licencieux.

  • Publié dans : Documents - Dossiers
    Brevet de Musicien de la Chambre du Roi (1679)

    Dès 1675, Marais est remarqué par Lully qui l'engage dans l'orchestre de l'Opéra. Toutefois, les finances du couple Marais demeurent médiocres et ne lui permettent pas d'acheter de charge dans la Musique de la Chambre (cf. Les institutions musicales versaillaises). Louis XIV, fin mélomane vint à son secours en 1679, après le décès du gambiste Gabriel Caignet et offrit la charge au jeune musicien qui devenait ainsi Officier ordinaire de la Musique de la Chambre du Roi, avec un salaire de 600 livres par an, s'additionnant à celui qu'il recevait de l'Opéra.

  • Publié dans : Documents - Dossiers
    Charles Burney analyse Orlando de Haendel (1789)

    De 1776 à 1789, Charles Burney, musicologue et musicien, fit paraître sa monumentale Histoire générale de la Musique (A General History of Music) sur laquelle il travaillait depuis 1769 et pour laquelle il effectua un voyage d'étude de 6 mois en France et en Italie. Fidèle à l'esprit encyclopédiste des Lumières, l'auteur tente de retracer en une vaste fresque analytique l'histoire de la musique européenne depuis l'Antiquité grecque.

  • Publié dans : Documents - Dossiers
    Acte de soumission de Lully

    En septembre 1681, Joseph Clausel, l'un des conseillers secrétaires du Roi trépasse, ce qui laisse la charge vacante. Lully obtient l'autorisation du Roi de l'acheter à la veuve du défunt, moyennant la somme considérable de 63 000 livres, ce qui est fait le 23 décembre. Lully ne perd alors pas une demi-croche, et s'adresse au Chancelier Le Tellier pour initier la procédure de nomination.

  • Publié dans : Documents - Dossiers
    Emprisonnement à Weimar et congé de Cöthen

    En 1717, après la mort du vieux maître de chapelle Drese, le duc de Weimar nomme son fils sans proposer la charge à Bach. Le compositeur en est profondément vexé. En même temps, les relations entre le jeune duc Ernst August dont Bach est plus proche se détériorent avec son oncle le duc régnant Wilhelm Ernst.

  • Publié dans : Documents - Dossiers
    L’incendie de la Bibliothèque d’Alexandrie

    Qu'en est-il du fameux incendie de la fameuse bibliothèque, tel qu'il est suggéré dans l'acte III du Giulio Cesare de Haendel ? L'Encyclopédie répond à cette question.

  • Publié dans : Documents - Dossiers
    La Traduction du Te Deum par le poète Agrippa d’Aubigné (1552-1630)

    Le Dieu, nous te louons est l'un des rare exemple de Te Deum en français mesuré. Le poète protestant lui-même jugeait pourtant le français trez commode aux choses gaillardes, et si vous n’y aportez un grand labeur, trez impropre aux choses pesantes et majestueuses [...]. Mis en musique par Claude Lejeune, ce Te Deum a fait l'objet d'un bel enregistrement chez Alpha, dirigé par Olivier Schneebeli (Alpha 032, Claude Lejeune, Motets pour le culte catholique & Psaumes protestants).

  • Publié dans : Documents - Dossiers
    La destinée tragique de Louis-Gabriel Guillemain (1705-1770) par Thomas Vernet

    Voici à peine quelques mois, l'Ensemble Aliquando nous livrait un remarquable enregistrement (Muso) qui remettait au goût du jour un compositeur caméléon et prolifique. Le destin tragique de l'homme, le caractère varié et insaisissable de sa production ont éveillé notre curiosité, et Thomas Vernet a bien voulu partager avec nous cet article qui constitue la version développée de la notice du disque.