Close

Petits motets

Museor
31 décembre, 2011

Joseph-Hector FIOCCO (1703 – 1741)

Petits motets
Salve Regina, Beatus vir, Libera me Domine, Jubilate Deo, Benedicam Dominum

 

Céline Vieslet, soprano
Marie de Roy, soprano
Reinoud van Mechelen, ténor
Olivier Berten, baryton


Scherzi Musicali :
Justin Glorieux, violon
Caroline Menuge, violon
Deirdre Dowling, alto
Sally Woods, violoncelle & basse de violon
Marc Meisel, orgue
Korneel Bernolet, clavecin
Sarah Ridy, harpe triple
Nicolas Achten, baryton, clavecin, théorbe, archiluth et direction artistique

Musique en Wallonie 1054, Collection inédits, 2011.

« J’étois l’autre soir au Concert Spirituel où le sieur Akten (sic) fit jouer plusieurs motets de Monsieur Fiocco, Maître de chapelle en la Cathédrale de Bruxelles. La musique en étoit fort belle, et joliment jouée, avec grâce et noblesse, comme il sied. » (Le Mercure François, apocryphe)

En dépit de ses ascendances vénitiennes, Fiocco naquit à Bruxelles en 1703 et connut une carrière fructueuse. Membre de la chapelle ducale de Bruxelles (dirigée par son demi-frère) dès 1726, vite promu sous-maître de cette institution en 1729 ou 30, nommé maître de chapelle de la cathédrale d’Anvers en 1731 puis maître de chapelle de la cathédrale Saints-Michel-et-Gudule de 1737 à sa mort. Malheureusement, excepté ses œuvres de clavecin, l’on ne connaît du compositeur qu’un corpus religieux, dont la renommée dépassait le plat pays jusqu’au Concert Spirituel.

On retrouve sous la plume féconde Fiocco l’union heureuse des styles français et italiens, la fusion entre l’élégance mélodique un peu précieuse et les traits violonistiques florissants à la manière d’un Couperin, en plus moderne et galant (d’ailleurs l’influence de ce dernier est manifeste dans ses œuvres pour clavecin). Beaucoup de nos lecteurs ne connaissent le bruxellois que pour ses trois messes concertantes (dont la belle Missa Solemnis enregistrée autrefois par Louis Devos chez Erato), ou ses Leçons de ténèbres pour soprano, il était donc temps que Nicolas Achten exhume un pan tout à fait admirable de sa production, à savoir celui des petits motets.

Le jeune chef a fait le choix judicieux de sélectionner des œuvres d’effectifs variés, avec « l’un des nombreux motets pour soprano [Beatus Vir], l’unique pour alto [Jubilate Deo], le seul pour soprano et basse [Benedictam Dominum], ainsi que deux motets à quatre voix [Salve Regina & Libera me Domine]« . La lecture se révèle naturelle, d’une richesse et d’une fluidité confondantes, faisant honneur à une écriture volubile et changeante, d’un style que nous qualifierions de « français italianisant », ce qu’accentue encore l’interprétation équilibrée et lumineuse de Scherzi Musicali et les timbres employés.

Céline Vieslet fait montre d’un soprano clair et innocent, très à l’aise dans les mélismes très ornés du premier mouvement du Beatus Vir, en dépit d’aigus étroits. Le « Gloria et divitiae in domo jus » aurait pu être plus théâtral et jubilatoire, mais cette effusion tendre et sensible, délicate et ciselée n’est pas à dédaigner. On regrette que sa consoeur Marie de Roy n’apparaisse brièvement que dans le « Libera me Domine », qui représente l’une des pièces culminantes du programme. Le timbre profond et riche, le phrasé tout en nuance, le soin apporté à la déclamation font de cette prière intense un moment dramatique et poignant. S’il fallait se convaincre que ces petits motets penchent plus vers la France que vers la péninsule, le choix de Reinoud van Mechelen se révèle révélateur, puisque le ténor aigu possède une parfaite tessiture de haute-contre à la française, une émission noble et très égale entre les registres, un sens du mot particulièrement perceptible dans le « Populus ejus et oves pascie ejus » ample, d’une amertume sereine et résignée, que le « Laudate nomen ejus » victorieux suivant ne parvient pas à effacer en dépit de sa démonstrativité brillante. Nicholas Achten, non content de diriger et de pincer du théorbe ou de l’archiluth, laisse libre court à son timbre grainé, profond et chaleureux, vibrant d’humaine fragilité, comme dans le récitatif accompagné « Venite filii audite me ». Enfin, on passera brièvement sur Olivier Berten, qui hélas ne disposait guère de passages solistes propre à exposer ses atouts mais dont l’émission ferme et stable est à louer (« Dies illa »). Il faut ajouter à ce tableau une très belle cohésion des timbres, et un contrepoint d’une exemplaire clarté dans les passages choraux, tels le « Requiem aeternam » ou le « Kyrie Eleison » du Libera me Domine, d’où se détache le dessus de Céline Vieslet.

Nicholas Achten a profité du mystère entourant la pratique musicale du plat pays au début du XVIIIe siècle afin de jouer sur les combinaisons de timbres instrumentaux, composant et recomposant les textures et les couleurs. On louera les deux violons entrelacés de Justin Glorieux et Caroline Menuges, ductiles et lyriques, au ornements impeccables, de même que la poésie rêveuse insufflée par les nombreuses cordes pincées (clavecin, théorbe, archiluth, harpe), et le liant de l’ensemble qui fait rapidement oublier la modestie des effectifs employés. Les nombreux changements d’atmosphères et de tempi, le miroitement des instruments, la fervente intimité de la lecture et l’inventivité de Fiocco font de ce nouvel opus de Musique en Wallonie, après un Torri tout aussi réussi, une nouvelle et remarquable addition à une collection dont on a hâte de découvrir le prochain sentier.

Sébastien Holzbauer

Technique : captation précise et équilibrée.