Close

Les 10 bonnes résolutions d’un baroqueux

Publié dans : Bonus - Digressions
3 novembre, 2011

 Les 10 bonnes résolutions d’un baroqueux

Prunksaal de la Hofburg à Vienne © Muse Baroque, 2011

Prunksaal de la Hofburg à Vienne © Muse Baroque, 2011

 

1/ Arrêter de mettre des grands motets de Lully au réveil, ou faire vaillamment face à une procédure de divorce.

 2/ Ne pas systématiquement prendre une coupe de champagne aux entractes des concerts en critiquant le ténor pour son vibrato trop prononcé ; lui trouver d’autres défauts le cas échéant, un timbre pincé par exemple.

 3/ Cesser de vérifier à la lorgnette si la « trompette baroque » est bien une vraie trompette naturelle, sans trous dans le tube, ne pas s’énerver lorsqu’il y a des mentonnières aux violons, ne pas s’inquiéter si la liste des caractéristiques des instruments n’est pas listée dans les notes de programme des CDs (Mais elle ne jouait pas un Jacobus Steiner 1655 d’habitude ?).

 4/ Ecouter autre chose que de la musique baroque. Tenter un sevrage progressif  : un concerto mozartien tous les trois mois si l’on veut commencer à haute dose paraît (trop ?) ambitieux.

 5/ Ne pas mettre les Brandebourgeois ou les Quatre Saisons sur son répondeur téléphonique personnel. Vos interlocuteurs croient avoir affaire à une banque ou à une administration, et ne vous laissent plus de messages.

 6/ Arrêter de dépenser son argent dans des équipements audiophiles : il n’est pas nécessaire d’avoir un superbe bi-câblage blindé avec fiches en or – reliant votre bloc pré-ampli / ampli de puissance anglais de marque confidentielle à vos enceintes colonnes 5 voix plaquage merisier dont vous venez de faire réparer le tweeter en raison d’un défaut imaginaire – pour apprécier pleinement la musique. De même, il est inutile de déménager pour pouvoir reconfigurer spatialement son mobilier afin d’affiner l’extrême-aigu actuellement légèrement bridé par la présence d’une table basse (quoique, quand même…)

 7/ Etablir enfin un catalogue de tous les disques de sa gigantesque discothèque, en les triant par compositeur, titre, interprète, date d’enregistrement, label, genre, préférence pour éviter de perdre 15 minutes et tous ses invités quand vous voulez changer la programmation musicale de vos soirées. En profiter pour ne plus aligner 16 versions mais 20 du même opéra.

 8/ Ne pas lire Muse Baroque après 3 heures du matin en dépit de son contenu passionnant. Nous garantissons la continuité du site, et il sera toujours là demain. De même, il est déconseillé de tenter d’absorber les 3000 et quelques pages de la revue d’une traite, pour des raisons de santé.

 9/ Essayer d’obtenir des autographes de ses artistes favoris : Gustav Leonhardt, Nikolaus Harnoncourt, les frères Kuijken, la belle Magdalena Kozena… Les encadrer ensuite à côté de photos où vous souriez béatement à leurs côtés.

 10/ Faire don de l’intégralité de sa discothèque, ses collections d’objet d’art, et tous ses autres biens mobiliers ou immobiliers à laMuse Baroque afin de soutenir l’initiative courageuse de notre humble équipe. A noter : si vous êtes milliardaire, il est également envisageable de marier votre charmante fille à notre rédacteur en chef (charmant lui-aussi).


Conclusion : Enfermer dans les oubliettes ces résolutions insensées et de toutes façons inapplicables, et continuer dans ses vices baroques en les assumant pleinement. S’aider d’un analyste le cas échéant, en lui demandant de mettre du Couperin tandis que vous serez allongé sur le divan (rudement plus confortable que les sièges de la Grande Ecurie de Versailles, soit dit en passant).

M.B.

Lire aussi : Les 10 bonnes résolutions d’un anti-baroqueux

  1. One Response to “Les 10 bonnes résolutions d’un baroqueux”

  2. […] souscrivez à ces quelques « bonnes » résolutions, nous vous invitons à prendre la porte ci-dessous (d’ailleurs fort belle puisqu’il s’agit de celle du Temple de Romulus […]