Close

Les Cordes en Boyau

13 janvier, 2010

Les Cordes en Boyau

© Philippe Girardin, luthier.

© Philippe Girardin, luthier.

A l’époque baroque, les cordes sont faites en boyau de mouton. Cela leur confère une sonorité très particulière grinçante voire aigre mais aussi ronde et chaude à la fois. L’assurance des doigts de la main gauche doit être plus forte sur une corde en boyau mais le contact est plus facile à maintenir. Ces cordes sont plus épaisses, plus lourdes qu’aujourd’hui, sont sensibles aux changements de températures, à l’humidité et cassent facilement pour les plus fines. 

A partir des années 1660, les italiens innovent en enroulant d’argent les grosses cordes, afin de faciliter leur jeu. Cette découverte sera primordiale dans l’essor d’un instrument au départ assez maladroitement conçu pour augmenter les basses : le violoncelle, si bien que vers 1689, les premières compositions pour violoncelle seul apparaissent. 

Aujourd’hui, différents types de cordes co-existent sur le marché : cordes en boyau pur, cordes en boyau recouvertes de métal (acier, aluminium, argent, or), cordes en métal, cordes synthétiques (cf. http://didacool.free.fr/violon/cordes.htm pour quelques produits grand public passés en revue).

Pour revenir à la musique baroque, laissons la parole à Nikolaus Harnoncourt :

 » Le problème capital, ce sont les cordes en boyau. Leur richesse en harmoniques, qui leur confèrent une aigreur particulière (…). J’ai mesuré la pression des cordes. Elle atteint 2,70 kg pour une corde de mi en boyau contre 9 à 10 kg pour la même corde en acier. Le chevalet subit donc une pression trois fois plus forte à cette extrémité là. Pour les autres cordes, il n’y a pratiquement pas de différences (pour la corde de sol, les mesures donnaient respectivement 3,5 kg chez l’instrument ancien contre 4 kg chez le moderne). mais un violon baroque doit avoir une barre et une âme fines car cela conditionne l’équilibre du violon et lui donne ce timbre caractéristique riche en harmoniques. Nous avons sondé avec précision quels étaient les problèmes de jeu. On peut les réduire au maximum en donnant des coups d’archet bien droits et en utilisant divers moyens d’aide technique, notamment par le choix judicieux de la colophane.

Mais entendons-nous bien : le grincement provient d’une harmonique qui va s’amplifier si on tourne très légèrement l’archet. Si je veux obtenir une sonorité riche en harmoniques, je dois être prêt à prendre ce risque. « 

Monica Mertl, Alice et Nikolaus Harnoncourt, Versant Sud, 2002, p.178

En ce qui concerne la pratique aujourd’hui dans les ensembles baroques, il semblerait que les cordes en boyau soient généralisées mais que l’on utilise des cordes parfois recouvertes d’aluminium. En effet, cela augmente leur longévité (une corde de violon de mi casse à peu près tous les trois jours selon Melkus) et facilite le jeu sans que la différence soit vraiment audible, même pour le spécialiste. Les études scientifiques contredisent sur ce point les propos de Nikolaus Harnoncourt à ce sujet :

 » (…) c’est sur la corde de mi qu’il est le plus difficile de jouer, c’est celle qui grince le plus facilement. (…) La corde de ré en boyau est très grosse et il peut arriver qu’aucun son n’en sorte, qu’on entende juste le bruit du frottement parce qu’on ne la fait pas vibrer correctement., Pour qu’elle réagisse plus facilement, on le recouvre d’une mince couche d’aluminium. Cela modifie très fort le son mais presque tout le monde aujourd’hui utilise des cordes de ré recouvertes d’aluminium  » 

Monica Mertl, Alice et Nikolaus Harnoncourt, Versant Sud, 2002, p.177

Téléchargez dès maintenant le calculateur (fichier zip, fonctionne sous Windows et Linux). Crée par Dmitry Badiarov (© www.violadabraccio.com), ce programme permet de trouver le diamètre de la corde désiré pour les violons, basses de violes et violoncelles selon le diapason, la longueur et la tension.