Close

Nuits d’ivresse printanière

Muse5
31 décembre, 2010

Alessandro SCARLATTI (1660-1725)

Toccate per cembalo

Liste des morceaux

Toccata per cembalo d’ottava stesa [D min] Napoli 1723
Toccata [F], Toccata per cembalo [D min]
Toccata per cembalo [G min / mag], Toccata per cembalo [D min]
Toccata [A min], Fuga del Primo Tono [D min]
Fuga del Secondo Tono [G min]
Fuga del Terzo Tono [A min]
Toccata per organo, e per cembalo [A], dov’è arpeggio sù l’organo è tenuta, e dov’è tenuta sù l’organo su il cembalo s’arpeggia
Toccata per cembalo [sol maggiore], Due fughe [D min]

Rinaldo Alessandrini (clavecin Franciscus Debbonis, Rome, 1678)

73’10, Arcana, enr. 1991 reed. 2010.

 

Du Scarlatti au clavecin, mais pas celui qu’on croît, car un Scarlatti peut en cacher un autre. Le sourire aux lèvres, tel que dépeint sans doute par  Francesco Solimena sur la jaquette. Vous autres lecteurs qui vous délectez de l’intégrale de Scott Ross des Exercices de clavecin de Domenico serez peut-être surpris d’apercevoir dans les bacs (d’un disquaire de goût) cette réédition où Rinaldo Alessandrini se lance avec jubilation et nonchalance dans les pièces d’Alessandro Scarlatti, bien plus célèbre pour ses oratorios. La parution célèbre le 350ème anniversaire de la naissance du compositeur… Ce qui surprendra les oreilles, c’est une écriture très extravertie et virtuose, accumulant les doubles croches et les accords, se gorgeant avec brio mais aussi avec une certaine vanité de ses – nombreuses – notes. L’exercice est charmeur et léger, manque indubitablement de profondeur et d’émotion sans que cela puisse être imputable à Alessandrini dont le doigté élégant et joueur déride les barres de mesures avec liberté et aisance.

Toccate, toccate… Voici le destin qui frappe à la porte, se bouscule sur le clavier, dévale les touches avec une gourmandise non dissimulée. Rinaldo Alessandrini qui s’adonne volontiers à ce déferlement permanent permet de savourer ces amas de notes, ces clusters avant l’heure, cette boulimie frénétique ébouriffante que la sonorité riche et cristalline de son Franciscus Debbonis magnifie. Les notes perlent avec élégance, quelques ralentendi bienvenus cachent ça et là l’orage extravagant qui n’effraie point un interprète à la technique infaillible, d’une vivacité façon « mauvais garçon » qui fait presque penser à Gould, quelques legatos et des cordes frappées (et bien frappées) en plus. Alessandrini ne renonce pas à une ivresse farouche et violente, qu’on imagine écarlate, qui s’agite en un balancement claudiquant reversant tout sur son passage lors du véhément Presto de la Toccata per organo, e per cembalo en la majeur.

« Pure exhibition technique ? » s’interroge d’ailleurs Alessandrini dans les notes de programme, avant d’écarter cette hypothèse d’un accident de parcours, sacrifiant à la mode du temps. Nous le rejoignons car, en dépit de l’avalanche musicale débridée que certains critiqueront avec excès pour son narcissisme gratuit, ce serait nier l’inventivité et la variété du style de Scarlatti. Ainsi, la large Toccata per cembalo d’ottava stesa, traduit une écriture consommée et maîtrisée. Qu’on écoute cette Fuga soudainement plus grave, cet Appoggiato cantabile non dénué de poésie, ce final sur la fameuse basse obstinée de la Follia. Et si deux des Toccate per cembalo en ré mineur manquent de personnalité, on trouvera des accents bacchiens dans la noble Fuga del Primo Tono, d’une retenue et d’une rigueur qui étonnent par rapport aux Toccate si fantaisistes. Même constat pour les Due Fugue qui clôturent ce programme qui enjambe allégrement les rives entre un style contrapuntique savant encore teinté de XVIIème, et l’expressivité galante et forcenée d’un clavecin en décadence, qui voit s’affirmer la concurrence du pianoforte.

Un CD tourbillonnant qui fait songer à Ruteboeuf dont nous nous inspirerons maladroitement en guise de conclusion : « Ce sont notes que vent me porte / Et il ventait devant ma porte / Les emporta »

Alexandre Barrère

Technique : enregistrement intimiste avec une sonorité très colorée