Close

Pas une ride !

Muse5
31 décembre, 2006

Musique à la Cour de Leopold Ier

Oeuvres de Johann Joseph Fux, Heinrich Ignaz Franz von Biber, Johann Heinrich Schmelzer et Giovanni Legrenzi.

Concentus Musicus, dir. Nikolaus Harnoncourt 

Vanguard Classics, enr. 1966 re-ed 2006.

1966, et un Concentus Musicus Wien qui ne s’appelle pas encore comme cela. Un vieux 33-tour oublié, rempli de compositeurs oubliés. Même aujourd’hui, si Biber a resurgi de façon spectaculaire, il n’en est pas de même de Fux dont Gunar Letzbor avait commencé l’enregistrement du Concerto Musicus Instrumentalis (chez Ars Musica Austria mais l’entreprise tomba à l’eau). On ne peut donc qu’être admiratif devant les talents de défricheurs du jeune Nikolaus, et par le style déjà très sûr des interprètes. Mis à part l’ouverture poussive et saccadée de l’Ouverture pour 2 hautbois, 2 violons, violes, bassons et violone, le reste du disque est un véritable régal. Le violon d’Alice Harnoncourt, dans ses bons jours, s’exprime avec une vigueur chaleureuse et naturelle, les timbres sont très colorés avec un zeste de verdeur, les tempi bien choisis. 40 ans plus tard, cet enregistrement n’a pas pris une ride et affronte sans complexe les nouvelles générations : même face à Andrew Manze (Harmonia Mundi), la Sonate n°4 du « Unarum Fidium » de Schmelzer bâtie sur une basse obstinée ne démérite pas, tandis que cette petite heure de musique germanique offre encore ci et là des inédits jamais réenregistrés. Enfin, pour un prix si modique, il serait vraiment idiot de se priver de ce petit bijou.

Anne-Lise Delaporte

Technique : Très acceptable pour l’époque.