Close

Amour, à mort

Publié dans :
2 mai, 2014

Sablé-sur-Sarthe, L’Entracte, le 26 août 2014 à 20h30.

Jean Philippe Rameau, extraits de Dardanus, Les Fêtes de l’Hymen et de l’Amour, Castor et Pollux, Pygmalion, Zaïs
Amarillis, direction Héloïse Gaillard, Violaine Cochard

Jean-Philippe Rameau, qui ne compose que tardivement pour l’opéra, à l’âge de 50 ans, a souvent mis en musique le destin de personnages hantés et cernés par la mort. C’est que les librettistes, à l’époque de la tragédie lyrique, trouvent souvent leurs sources dans des registres mythologiques et épiques. Dans les livrets des opéras de Rameau, les héros visitent ainsi les Enfers, passent par l’épreuve du sacrifice, révélant la souffrance inhérente aux passions humaines, notamment amoureuses. C’est ce qu’expriment deux airs extraits de Castor et Pollux et de Dardanus, « Lieux funestes où tout respire la honte et la douleur » et « Tristes apprêts ». Dans ce contexte, la Mort est souvent traitée chez Rameau à travers ce prisme de l’Amour. N’oublions pas que le personnage de la Folie, ce double étrange et inquiétant du compositeur, nous met en garde contre ses vengeances : « Que l’Amour est cruel, quand il est outragé ! ». On sait de Rameau qu’il s’était targué de mettre la Gazette de Hollande en musique, que le texte n’a jamais joui pour lui de la même dignité que celle-ci. Il n’en demeure pas moins que ce sont bien des écrits qui ont inspiré à Rameau, ce musicien que l’on disait sans coeur et peu sociable, des musiques exprimant avec précision l’étendue des sentiments humains. C’est à travers une sélection d’airs et duos, extraits de tragédies lyriques et d’opéras que ce concert nous propose de cheminer pour cerner la complexité de ce compositeur, à la fois connu et inconnu de tous, qu’est Jean-Philippe Rameau.