Close

Il Seicento em Santa Cruz

Publié dans :
2 mai, 2014

Eglise Saint-Louis, Prytanée National Militaire, La Flèche, le 27 août 2014 à 16h30
Oeuvres de Pedro DE CRISTO (1550-1618) et Pedro DA ESPERANÇA (1598-1660)
Coro Gulbenkian, direction Jorge Matta

 

Tout au long des XVIe et XVIIe siècles, le Monastère de Santa Cruz de Coimbra est une institution musicale de référence, qui se distingue par l’extraordinaire variété de ses pratiques musicales. La communauté de Santo Agostinho compte en effet parmi ses membresd’excellents chanteurs et instrumentistes mais aussi des compositeurs, des facteurs d’instruments et des copistes. Contrairementaux autres monastères qui se limitent à l’étude du plain-chant et des instruments à clavier, il est possible à Santa Cruz d’étudier les cordes, la harpe et les percussions. Cette spécificité se ressent dans le répertoire écrit et interprété par les chanoines à Coimbra, très souvent chanté avec accompagnement. C’est le cas du Incipit Lamentatio Jeremiae Prophetae, une des compositions les plus réussies de Pedro de Cristo et des oeuvres chorales de Pedro da Esperança dont la particularité, rare pour l’époque, est de comporter des parties pour instruments obligés. Aux côtés de ces polyphonies inspirées par le stile antico, Santa Cruz est le théâtre de la création de la majeure partie des Villancicos religieux et spirituels parvenus à la postérité, ces chansons accompagnées, volontiers fantasques et poétiques dont l’exotisme réjouit. Le Coro Gulbenkian nous transporte ainsi avec ce programme inédit dans le Portugal du XVIIe siècle. Un Portugal qui a su, au sein d’une mémorable institution religieuse, faire cohabiter des compositions en latin au service de la liturgie officielle et des chansons en langue créole, inspirées par les contrées lointaines de la diaspora portugaise.