Close

Purcell : Didon et Enée

Publié dans :
25 avril, 2014

Versailles, Opéra royal, le 14 juin à 18h30 et 21h et le 15 juin à 16h et 19h.
Henry Purcell (1659 – 1695), Didon et Énée. Opéra tragique en trois actes, livret de Nahum Tate.

Distribution : Vivica Genaux, Didon ; Henk Neven, Enée ; Ana Quintans, Belinda ; Caroline Meng, Première Sorcière ; Lucile Richardot, Deuxième Sorcière ; Nicholas Tamagna, Esprit ; Jenny Daviet, Dame d’honneur ; Ronan Debois, Magicienne, Marin
Sarasa Matsumoto, Sayaka Kasuya, Ahmed Said, Edwin Condette, Tarzana Foures, Anne-Claire Gonnard, Elodie Chan, Antoine Helou, Danseurs et acrobates
Cécile Roussat et Julien Lubek, mise en scène, chorégraphie, décors, costumes, lumières
Accentus - Opéra de Rouen Haute-Normandie
Orchestre du Poème Harmonique
Vincent Dumestre, direction

Fin connaisseur des musiques françaises et italiennes du XVIIème siècle, qu’il a beaucoup portées au plateau, Vincent Dumestre devait en toute logique s’attacher au Père de la musique britannique si influencée par le continent. Les élans de Purcell trouveront avec lui leur plus riche parure, relevée par l’ingéniosité de Cécile Roussat et Julien Lubek.

Le Poème Harmonique, dirigé par Vincent Dumestre, nous revient à la scène. L’ensemble se penche sur la musique anglaise du XVIIe siècle et s’attaque à l’un des plus grands chefs-d’œuvre lyrique : Didon et Enée. Cette pièce, qui à l’époque, tenait de la combinaison hybride du théâtre et du masque (divertissement composé de chants, de danses, de musique instrumentale et de machinerie scénique à effets spectaculaires) permit au compositeur britannique de réaliser son idéal dramatique. En effet, si Purcell ne signa qu’un seul opéra dans sa courte carrière – il mourut à 36 ans – il composa un bijou d’une extrême concision.