Close

Que serait un Roi sans divertissements ?

Muse4
31 décembre, 2006

« La Flute dans les cours européennes au XVIIIème siècle »

François Couperin (1668-1733) : 4ème concert royal
Frantisek Benda (1709-1786) : sonate en mi mineur
Carl Philip Emanuel Bach (1714-1788) : sonate en sol majeur
Franz Xaver Richter (1709-1789) : sonate en sol majeur
Wolfgang Amadeus Mozart (1756-1791) : sonate en sol majeur K 301

Jean-Michel Tanguy (flûte), Kristian Nyquist (clavecin) 

 65’19, Le Chant de Linos, 2006 

Après l’album de Virginio Fadda, « Luth et guitare baroque dans les cours européennes », en 2004, voici un album « compilatoire » et « jubilatoire » du même acabit.

Comment ne pas saluer, en tout cas, l’initiative d’une telle compilation de répertoire pour flûte ? D’autant plus que le Siècle des Lumières fut une époque où les compositeurs déclinèrent à foison les capacités sonores de l’instrument afin de proposer dans les cours européennes des pièces de musique aussi riches et variées en matière d’expressivité que divertissantes.

Toutefois, force est de remarquer que les grands noms de la musique réunis ici ne composèrent pour ce petit instrument que dans le dernier tiers de leur existence. Pareillement, si Mozart cultiva avec un égal intérêt tous les genres musicaux, il n’en fut pas de même pour les instruments… « Et la flûte est un exemple d’instrument somme toute délaissé par le Maître », ne manque pas de souligner la notice de l’album.

Ceci étant, on imagine aisément le succès que rencontrèrent ces œuvres dans les grandes cours d’Europe, que ce soit à travers la pratique même de la flûte par l’aristocratie – pensons à Frédéric le Grand –, ou par le simple agrément de l’écoute de son riche répertoire : les pièces de musique galante et dansante imposèrent la flûte comme un instrument simple mais aux capacités variées.

Loin d’être simpliste, la présente compilation se plaît à montrer les atours chatoyants de compositions dévolues au divertissement, ce qui n’est pas la moindre des qualités ! Les compositions  sont servies dans une interprétation très ample par les deux instrumentistes.

Dany Sénéchaud

Technique : Bon enregistrement. Aucune remarque particulière.