Close

  • Publié dans : Concerts - Critiques
    Madrigali Amorosi (Monteverdi, Arts Florissants, dir. Paul Agnew – Philharmonie de Paris, 18 mai 2015)

    L’œuvre de Monteverdi (1567-1643) n'a nul besoin d'éloges pour se laisser apprécier, et ses madrigaux constituent une acmé reconnue de la musique polyphonique européenne de la fin du XVIème et du début du XVIIème siècle. Mais les replacer dans la perspective du demi-siècle séparant la parution du premier livre (1587) du huitième (1638) et dernier du vivant du compositeur (un neuvième livre paraissant de manière posthume en 1651) permet en outre de mesurer la profonde évolution de la composition musicale à cette époque...

  • Publié dans : Concerts - Critiques
    Fashion victim (Rameau, Platée – Agnew, Beekman, Kermes, Christie, Carsen – Opéra Comique)

    C'est à une relecture d'une efficacité endiablée, maîtrisée, un brin cynique, renouant avec la nature satyrique du livret que Robert Carsen s'est attelé. Exit la grenouille des marais et de ses facéties auxquelles nous nous étions habitué, Carsen revient aux sources du livret...

  • Profond Carmin
    31
    déc
    2011
    Publié dans : CD / DVD - Critiques - Opéra
    Profond Carmin

    Les dernières pages du monumental Ulysse de James Joyce s'achèvent par l'éternel féminin, le monologue extraordinaire de Molly Bloom. Si la femme concupiscente du peu reluisant Leopold Bloom n'a rien d'une enchanteresse mythique, Joyce, en quelques pages, nous fait pénétrer au coeur même du subconscient...

  • « Atys, ne feignez plus, je sais votre secret » (Idas, Acte I, scène 2)

    Noël 2011. Le 13 mai dernier, nous subissions le choc dramatique et esthétique de la recréation du mythique Atys de Christie / Villégier à l’Opéra Comique, et nous ne reviendrons pas sur les qualités exceptionnelles de cette production, que nous avons abondamment décrites dans un compte-rendu enthousiaste auquel nous vous renvoyons.

  • « What a sad fate is mine »

    Voici encore venir un nouvel enregistrement d'airs de Purcell, entrecoupés de pièces instrumentales de Corbetta, Simpson et De Visée, où l'on retrouve Paul Agnew entouré de musiciens émérites. L'ancien haute-contre (ténor aigu) - autrefois souvent loué pour ses interprétations de tragédies lyriques et motets français - fait ici montre d'une tessiture nettement plus grave, voire douloureuse.

  • Publié dans : CD / DVD - Critiques - Opéra
    La richesse d'une serenata

    Après la Didon et Enée du même tandem Hogwood / Mac Gregor (DVD Opus Arte), voici un autre opéré, haendélien cette fois-ci. Opéra, pastorale ou serenata ? Acis and Galatea dans sa version de 1718 (à ne pas confondre avec Aci, Galatea e Polifemo de 1708, chanté en italien, ni avec la reprise de 1732, mélange de la précédente avec la version de 1718, donc chantée en deux langues !) a tour à tour bénéficié des trois appellations.

  • Publié dans : CD / DVD - Critiques - Opéra
    Le jeu n’en vaut pas la chandelle…

    Une distribution honorable, me direz-vous. Certes, néanmoins… on est toujours condamné, avec ce DVD, à rester sur sa faim. Si Stéphanie d’Oustrac est une excellente Didon, que Sophie Daneman est agaçante ! De même, si les deux Sorcières sont géniales de ridicule, l’Enchanteresse est à peine supportable !

  • Campra se retourne dans sa tombe (bis repetita)

    Plusieurs années auparavant, William Christie avait ressuscité avec faste et élégance Idioménée du même compositeur aixois. De même, notre Bill national avait brillé dans divers grands motets dont ceux de Delalande, de Mondonville ou de Rameau. On espérait donc beaucoup de ce nouvel enregistrement.