Close

  • Publié dans : CD / DVD - Critiques - Opéra
    Un oratorio politique

    Nous l'attendions depuis un moment, ce Carlo, donné en concert en décembre 2009 en Norvège, mais surtout dès 2003 dans le cadre du Festival Scarlatti de Palerme avec Europa Galante cette fois-ci et ce malgré des difficultés financières. Nous l'attendions depuis un moment et encore plus depuis que Fabio Biondi avait mentionné cette parution dans un entretien qu'il nous avait accordé.

  • Publié dans : CD / DVD - Critiques - Opéra
    Vivaldi le Viennois

    Cherchant à relancer sa carrière sous de nouveaux cieux, Antonio Vivaldi quittait en mai 1740 la Lagune pour Vienne, où il comptait de nombreux protecteurs, et pouvait s'enorgueillir de la faveur de l'Empereur Charles VI. Il emportait avec lui ses dernières partitions, dont celle de l'Oracolo in Messenia, créé en 1738 au Teatro s. Angelo.

  • « Le réveil de Quixotte »

    Juillet-Août 2012. Pour sa première collaboration avec agOgique, Fabio Biondi a choisi Telemann - un compositeur prolifique, de grand talent, d’une écriture absolue, capable de maîtriser n’importe quel langage musical - comme il l'explique dans l'entretien qu'il nous a aimablement accordé.

  • Publié dans : Dossiers - Interviews
    Entretien avec Fabio Biondi, violoniste

    Entretien avec Fabio Biondi, violoniste et directeur musical d'Europa Galante. 2 ans après notre précédent entretien d'Ambronay, nous retrouvons Fabio Biondi lors d'une séance plus sereine, dans le lobby de son hôtel parisien. Engoncés dans nos confortables fauteuils, la lumière tamisée propice aux confidences, le grand musicien engage l'échange, dans un français parfait, à peine teinté d'un accent chantant. Il ne manquait qu'un violon et un whisky pour refaire ensemble le monde...

  • Publié dans : CD / DVD - Critiques - Oratorio
    L’Europe haendélienne, de la Sicile à la Scandinavie

    Dernier oratorio composé par le Cher Saxon, Jephta incorpore des réminiscences de ses œuvres antérieures mais aussi des matériaux issus des six Messes du compositeur bohémien Franz Habermann (1706-1783), publiées en 1747. Pour adapter cet épisode de l'Ancien Testament, Haendel s'appuya sur le révérend Morell, qui intégra la tradition littéraire antérieure...

  • La rencontre des Grands Canaux…

    A ma droite, la lagune, son Grand Canal bordé de palais délicatement rongés par les eaux, balayés par le soleil, avec leurs délicates arcatures gothiques, assoupi dans la torpeur estivale. A ma gauche, l'autre Grand Canal, illusion rectiligne alors que la perspective est forcé, vaste trait, point d'orgue glorieux du domaine d'Apollon, croisement qui permet sur des barquettes, gondoles et vaisseaux de guerre...

  • Gracieuses mais froides comme un printemps anglais…

    ... voilà l’impression que laissent, au bout de plus de deux heures d’écoute, ces Douze Sonates dites de Manchester redécouvertes relativement récemment dans les collections de la Bibliothèque Centrale de Manchester.

  • Publié dans : CD / DVD - Critiques - Opéra
    “Le neuvième travail consista à rapporter la ceinture d’Hippolyté… » Apollodore, II, 5, 9.

    Rome est pour nous actuellement le siège immuable de l'antiquité impériale et de la pourpre pontificale si ce n'est aussi les bacchanales nocturnes et aquatiques d'Anita Eckberg sous la lunette immortelle de Federico Fellini. Outre les sursauts du feuilleton Berlusconien ou bien la magnificence des fontaines et des palazzi, Rome porte en elle l'héritage de sa couronne de capitale du Baroque.

  • Publié dans : Dossiers - Interviews
    Entretien avec Fabio Biondi, violoniste

    Entretien avec Fabio Biondi, violoniste et directeur musical d'Europa Galante. L'une de nos consœurs d'Outre-Rhin ayant été trop bavarde, nous voici devant Fabio Biondi 30 minutes à peine avant le début du concert. Assis sur un gros fauteuil en cuir noir orné de clous dorés, le grand violoniste et chef paraît un brin las, et touché par la maladie qui a atteint le premier violoncelliste d'Europa Galante, à qui sera dédié l'un des bis les plus émouvants de la représentation. Nous échangeons quelques mots, sur le ton de la confidence, Biondi dans un français parfait et très légèrement chantant. Sur la table, à côté, négligemment reposé dans sa boîte, son violon Goffredo Cappa l'attend.

  • Il n’en fait qu’au quintette (2)

    L’on connait déjà l’habile savoir faire de l’Europa Galante (qui fêtera ses vingt ans l’an prochain) grâce notamment à ses interprétations sulfureuses mais terriblement sensuelles des Concerti de Vivaldi. L’orchestre de Fabio Biondi nous offre ici de découvrir les Quintettes à cordes d’un compositeur dont l’on ne rattache trop souvent le nom qu’à son seul Menuet du quintette à deux violoncelles en mi Majeur

  • Publié dans : CD / DVD - Critiques - Récital
    « L’art d’utiliser le feu »

    Voici une période faste pour les vivaldiens, puisqu'après le magnifique récital de Magdalena Kozena (Archiv), vient celui de Vivica Genaux, à l'interprétation plus extravertie et (encore plus) spectaculaire. Depuis Prométhée, le feu a obsédé l'imaginaire humain, un élément incontrôlable, fougueux, irascible mais réconfortant et beau.

  • Il n’en fait qu’au quintette

    Europa Galante nous propose pour la troisième fois de goûter au lyrisme sensuel de Boccherini, compositeur virtuose et prolixe que l’on apprend peu à peu à découvrir et à apprécier. Au service de l’Infant d’Espagne Don Luis, frère cadet de Charles III, il composa plus de 170 œuvres, intégrant trios, quatuors et sextuors à cordes à une perpétuelle production de quintettes.

  • Nasillard, sensuel ou mystérieux

    De la famille des violes, celle dite « d’amour » est sans doute la moins connue. Créé vers la moitié du XVIIe siècle, cet instrument possède une sonorité bien particulière résultant du fait qu’il est accordé en accord parfait. A la fin du Seicento, six cordes métalliques passant sous la touche lui furent ajouté, réverbérant en quelque sorte les vibrations des cordes jouées, d'où leur nom de cordes sympathiques ...

  • Le triomphe d’Alexandre

    On pourrait presque dire qu'Alessandro Scarlatti est à la cantate ce que Graham Bell est au téléphone. Car c'est sous sa plume et très prolifique que se stabilise la forme de la celle-ci avec ses récitatifs et ses airs da capos étendus. Gérard Lesne et Il Seminario Musicale effleurent dans ce disque à peine 1/100ème de sa production : 6 cantates sur 600 donc – quoiqu' Edwin Hanley en recense même 783 entre 1688 et 1725 -, principalement pour voix seule, avec un faible pour les tessitures de soprano et d'alto.

  • Tourbillon de notes et de sentiments

    Combien de versions des Quatre Saisons existe-t-il au juste ? De Nigel Kennedy aux allures de rock-star à Herbert Von Karajan dont le jeu langoureux ressemble davantage à du Schubert qu’à du Vivaldi, presque tous les grands chefs s’y sont essayés et aucun n’a réussi à vraiment imposer sa version comme l'ultime interprétation de ces concertos de l'opus 8...

  • Une élégance virtuose

    Ah, quel séducteur que ce Fabio Biondi, malgré une photo de jeunesse peu réussie dans le livret ! D'accord, le violon sonne un peu maigrelet dans les aigus, mais la douceur du phrasé, la facilité dans les ornements, le caractère spontané et volontaire du jeu du violoniste forcent toujours l'admiration.