Close

  • Publié dans : Concerts - Critiques - Festivals
    « Baroques en Cercles »

    Nul besoin d'être biologiste, anthropologue ou Casanova pour s'en être un jour rendu compte : chaleur et lumière favorisent le commerce des âmes et le rapprochement des corps. Ainsi quand sous le soleil de Cercles il est question de "chants amoureux" on se dit que c'est la saison, après tout, et même à quatre siècles de distance.

  • Une folle envie de découvrir

    A la fin du XVIIe siècle, un orphelin d’une dizaine d’années chaparde des partitions…, non ce début n’est pas celui d’un roman de Dickens, mais une histoire véridique qui en dit long sur le tout jeune Jean-Sébastien Bach. Confié à son frère ainé à la mort de ses parents, le tout jeune garçon remarque un livre dans la bibliothèque de son frère contenant des œuvres de Froberger, Kerll ou Pachelbel.

  • "Flammende Rose"
    31
    déc
    2009
    Publié dans : CD / DVD - Critiques - Récital
    "Flammende Rose"

    Voici l'un de ces disques auxquels on ne s'attend guère, et qui déclenchent chez le critique blasé un sentiment de devoir à accomplir lorsqu'il pose la galette sur son lecteur : un live avec les risques que cela comporte, une jaquette austère, un contre-ténor peu connu, un ensemble tout aussi mystérieux pour les airs allemands de Haendel prévus à l'origine pour une soprano.

  • Enchantement et plénitude nordiques

    Pour sa troisième parution discographique, l’ensemble La Rêveuse a choisi de s’orienter, après deux disques remarqués consacrés au XVIIe siècle anglais dont l'un consacré à des airs de Purcell (Mirare), vers leurs contemporains allemands. On y découvre en effet des sonates en quatuor de deux grands maîtres du Nord : Buxtehude de Lübeck et Reincken d’Hambourg.

  • Publié dans : Dossiers - Interviews
    Entretien avec Bertrand Cuiller, claveciniste

    Entretien avec Bertrand Cuiller, claveciniste. C'est un petit peu le jeu des sept familles des musiciens baroques. Après Jocelyne Cuiller avec laquelle nous avions pu échanger au sujet de cet étrange instrument qu'est le clavicorde, voici Bertrand, le fils, claveciniste lui-aussi que nous avons retrouvé à l'occasion de la sortie de son enregistrement des Concertos de clavecin de Bach en tant que soliste (Mirare), et comme continuiste attentif chez Reincken-Buxtehude avec La Rêveuse (Mirare) et chez Bach avec son ami Bruno Cocset (Alpha).

  • Ach, wunderschön !

    La modestie de Charles Medlam - qui ne fait pas même figurer son nom sur la jaquette du disque - n'empêchera pas qu'on lui attribue la paternité de ce programme audacieux, et a priori peu évocateur pour le mélomane moyen. Si l'on enlève Biber, Schmelzer, Rosenmuller et Buxtehude, force est de constater que les compositeurs auxquels le gambiste s'intéresse semblent de parfaits inconnus.

  • Des profondeurs qui nous portent

    Philippe Pierlot et son Ricercar Consort se proposent de nous faire découvrir la trop méconnue musique religieuse du XVIIe siècle allemand, et de nous faire entendre un programme portant sur les prédécesseurs de Johann Sebastian Bach (dont son oncle Johann Christoph, pour lequel JS avait de grands respect et admiration)...

  • Lui clouer Lübeck

    Ton Koopman aime les fioritures, la pompe et les ors. On lui a d'ailleurs souvent reproché son toucher immensément léger, les appogiatures dont il se délecte, la joyeuse rutilance de ses cantates de Bach qui manquent souvent de spiritualité. Koopman, c'est un peu l'anti-Suzuki, pourtant son élève.