Close

  • Vroum !
    3
    juin
    2013
    Vroum !

    A l’opposé de la vision fourmillante et martiale d'Alessis Kossenko (Alpha), ce "Vivaldi con moto" - dont on aurait pu craindre le pire devant un titre à l'humour bon enfant, l'indication "con moto" i.e. avec mouvement, étant prise à la lettre avec une jaquette où l'on voit Carmignola chevauchant son deux-roues - s’avère exemplaire.

  • Un souffle printanier venu de Germanie…

    Six Concerts Avec plusieurs Instruments Dédiées A Son Altesse Royalle Monseigneur Crêtien Louis, Marggraf de Brandenbourg & c. & c. & c., par Son tres-humble & très obeissant Serviteur Jean Sebastian Bach. Maître de Chapelle de S.A S. le prince regnant d’Anhalt-Coethen. [...] Voici l’incipit de la dédicace écrite en français que Bach adressa en 1721 au margrave du Brandebourg...

  • Un profane divin !

    Février 2010. Une jaquette comme les autres. Photographe professionnel, beaux contrastes, Carmignola au premier plan, un Concerto italiano couleur terre de sienne inscrit dans une police moderne et ronde, qui ignore les empattements, les pleins et les déliés, les majuscules. Encore un superbe disque de Vivaldi, pense t-on mentalement, la joie et un je-ne-sais-quoi de blasé s'affrontant l'un l'autre l'espace d'un instant.

  • Bienvenue à Mullova

    D’abord, pour amener un sourire appréciateur sur les lèvres du Très Haut et Très Puissant Messire le Rédacteur en chef qui supervise ces lignes, un bon point : l’ensemble de ces six concertos est bien exécuté sur des instruments d’époque, aussi bien chez les deux solistes que pour le reste du Venice Baroque Orchertra.

  • Terriblement classique…

    Par-delà une jaquette bleue où l'esprit s'imagine la baie de Naples, le premier volet de la trilogie que Claudio Abbado consacre à Pergolesi (dont on célèbrera en 2010 le 300ème anniversaire de la naissance) constitue un mystère. Mystère que cette lecture infiniment classicisante, d'une perfection lisse, d'une tenue élégante et insaisissable et où les solistes sont exemplaires, ce qui est d'autant plus remarquable qu'il s'agit d'un enregistrement de concert. Et pourtant, mystère aussi que le peu d'attrait qu'exerce le Stabat Mater trop équilibré de ce disque .

  • Mozart brisé, Mozart martyrisé mais Mozart libéré !

    Les concertos pour violon de Mozart… Cinq œuvres célébrées jusqu'à la trame, jouées, rejouées, rebattues jusqu'à la banalité et à l'indifférence. Et, en dépit de la jaquette du disque qui prétend que cette nouvelle interprétation sur instruments d'époque apporterait une nouvelle énergie et vitalité aux concertos...