Close

  • Publié dans : CD / DVD - Critiques - Opéra
    La belle folie (Haendel, Orlando – Mehta, B’Rock, Jacobs – Archiv)

    Orlando constitue le dernier opéra de Haendel destiné au castrat Senesino, qui devait quitter la troupe dès juin 1733 suite à une dispute avec le compositeur, puis rejoindre la troupe de l'Opera of the Nobility créé l'année précédente. Le compositeur y renoue avec la tradition magique des débuts londoniens, qui anime notamment le Rinaldo.

  • Publié dans : CD / DVD - Critiques - Récital
    Sans frayeur dans ce bois

    Le titre est trompeur, et après la Nouvelle Espagne de Mare Nostrum (Alpha), ceux qui viendraient en ces lieux chercher des compositions de Domenico Zipoli ou autres messes de jésuites en seront pour leurs frais...

  • Ceci n’est pas une cantate

    Rarement un enregistrement aura été aussi irritant. Irritant, parce qu'il recèle de très belles pages, et que ce florilège de sinfonias ou d'airs extraits de l'œuvre religieuse de Bach s'avère relativement agréable à l'écoute, avec un orchestre coloré et vif, doté de cordes nerveuses, accompagnant avec grâce la prestation superlative de Nathalie Stuztmann, au timbre velouté, plein, cuivré, d'une souplesse combinée à un sens théâtral affirmé.

  • Un souffle printanier venu de Germanie…

    Six Concerts Avec plusieurs Instruments Dédiées A Son Altesse Royalle Monseigneur Crêtien Louis, Marggraf de Brandenbourg & c. & c. & c., par Son tres-humble & très obeissant Serviteur Jean Sebastian Bach. Maître de Chapelle de S.A S. le prince regnant d’Anhalt-Coethen. [...] Voici l’incipit de la dédicace écrite en français que Bach adressa en 1721 au margrave du Brandebourg...

  • Publié dans : CD / DVD - Critiques - Récital
    L ‘amour trop tendre est-il Amour ?

    Magdalena Kozena s’amuse avec légèreté. Il convient de prendre cet enregistrement pour ce qu’il est et ne pas trop en attendre. Tant de voix, baroques ou non enregistrent ce répertoire avec des succès très divers qu’il est naturel qu’une interprète de cette trempe y revienne !

  • "Ich habe genug"
    31
    déc
    2010
    Publié dans : CD / DVD - Critiques - Récital
    "Ich habe genug"

    La ravissante Hilary Hahn s'était déjà illustrée chez Bach dans quelques périlleuses Sonates et Partitas (Sony), qui bien que stylistiquement hors-ton pour nos baroqueuses exigences, s'étaient avérées tout à fait convaincantes. Hélas, cette nouvelle parution, récital d'airs issus de cantates sacrées et profanes, de la Messe en si et de la Passion selon Saint-Mathieu se révèle de ces enregistrements sur lesquels l'on préfèrera ne pas s'attarder.

  • Publié dans : CD / DVD - Critiques - Récital
    Une exploration magistrale des opéras du Prêtre Roux

    Compositeur prolifique d'œuvres instrumentales, Antonio Vivaldi se flattait également (sans doute avec un peu d'exagération...) d'avoir écrit près d'une centaine d'opéras ! Moins d'une trentaine nous sont parvenus au moins partiellement, et comme il était d'usage à l'époque les productions nouvelles étaient parfois des compilations ou de simples remaniements d'œuvres antérieures.

  • En voilà un qui ne manque pas d’air !

    Pour les baroqueux que nous sommes, voici un disque qui, de prime abord, attire la méfiance : une jaquette accrocheuse, un titre aguicheur, un artiste confirmé mais point nourri du sérail des cordes en boyaux depuis sa plus tendre enfance. Ajoutons à ces éléments suspects la présence de tubes, avec l’air de la Suite pour orchestre n°3 de Bach, le Canon de Pachelbel (mais bien complet car flanqué de sa Gigue) une transcription pour violon de la Sarabande de Haendel, désormais célèbre depuis le non moins fameux Barry Lindon...

  • « Entre la partition et les battements du cœur »

    La belle préface d’Hélène Grimaud, bercé d’un mysticisme lumineux, éclaire la démarche de la non moins belle pianiste : Bach est ce compositeur qui unit, dans leur vérité, la tendresse plénière de la prière et l’écho solitaire du divin (…) On se tromperait à vouloir faire de Bach qu’un homme de son temps témoignant pour celui-ci – car Bach est toujours à venir.

  • Star wars : a new Hope

    On nous pardonnera le jeu de mot facile et de bas étage. Mais à l'instant où nous prononçons le nom de Daniel Hope, nous imaginons déjà une partie de nos lecteurs, la bouche en cœur, soulevant un sourcil étonné à l'idée de trouver ici ce violoniste talentueux, élève de Menuhin, bien plus célèbre pour ses incursions chez Beethoven ou Mendelssohn que dans la Sérénissime du Prêtre Roux.

  • Publié dans : CD / DVD - Critiques - Récital
    "Il n'y a pas d'endroit où se cacher chez Haendel" (R. Villazón)

    Avec ce nouvel album, j'ai voulu me rapprocher de la musique du ténor baroque plutôt que d'en donner simplement l'interprétation d'un ténor lyrique.écrit Rolando Villazón dans les notes de programme qui précisent ensuite que Villazón a voulu entrer complètement - sur le plan musical, stylistique et philosophique - dans le monde de l'interprétation de la musique baroque sur instruments anciens..

  • Tous les visages de l’amour

    Patricia Petibon a choisi les airs chez trois compositeurs phares de l’ère classique– Haydn, Mozart et Gluck- esquissant douze personnages dont le fil commun, l’amour, s’exprime en une palette de sentiments et d’émotions, qui appellent un traitement vocal fin et nuancé.

  • Fuguons
    31
    déc
    2007
    Fuguons

    Les lecteurs savent notre attachement aux œuvres intellectuelles de Bach, notamment le Clavier bien Tempéré, l'Offrande Musicale et l'Art de la Fugue. Ils savent notre maniaque attention dans la réalisation du contrepoint, la variété des affects, la richesse des timbres, points trop souvent délaissés au profit d'approches soit d'une pédanterie austère, soit d'une galante virtuosité.

  • Le spectacle d’une grandiose antiquité

    Disons-le tout net, nous ne sommes pas forcément des admirateurs inconditionnels de Jean-Pierre Ponnelle. Sa trilogie monteverdienne avec Harnoncourt est très inégale, alliant le kitch le plus affreux et les zooms de séries B à un réel sens dramatique infaillible et une belle poésie.