Close

  • Publié dans : CD / DVD - Critiques - Opéra
    Stellidaura ou l’éternel féminin

    La féminité fascine. Depuis les plus lointaines expressions de l’art, la féminité a toujours été au cœur de la civilisation. Pacha Mama, Vénus-Astarté, Coatlicue, Marie, Sarah et Shérahazade, les rêves de l’art ont toujours eu au centre l’inspiration féminine.

  • Il Germanico
    31
    déc
    2011
    Publié dans : CD / DVD - Critiques - Opéra
    Il Germanico

    Sorti des hiératiques manuscrits des Annales, l'éloge funèbre de Germanicus, comme bien des rejetons de sa race périt en termes sublimes dans les sables de l'Histoire aux limbes de la légende. Germanicus, victime comme il est de ses propres statues, ne retrouve son humanité que dans les arts.

  • Publié dans : CD / DVD - Critiques - Opéra
    Portrait d’un grand homme bon : “Un grand homme tellement bon qu’il en devient méchant, car ses ouvrages sont extrêmement difficiles.” (Francesco Maria Zambeccari)

    Nous voici exactement un an après le 350ème anniversaire de la naissance d'Alessandro Scarlatti, qui passa malheureusement sous un silence triste et irrespectueux pour la mémoire de ce grand compositeur. Si on connait la destinée de son fils Domenico par ses 555 exercices sous forme de sonates pour le clavecin que des mains pianistiques ont tellement déformées, le père - qui fut un des compositeurs les plus respectés et aimés de son temps - n'a de reconnaissance que les fières peintures muettes et les salles de certains conservatoires italiens.

  • Publié dans : CD / DVD - Critiques - Opéra
    Une heureuse résurrection de la Reine de Naples

    En janvier 1729, Haendel entreprit un voyage de cinq mois en Italie, séjournant à Florence, Venise, Milan et Rome. Il avait pour but d’engager de nouveaux chanteurs pour sa troupe d'opéra londonienne, à la suite du départ du fameux castrat Senesino. Sur place, il découvrit les nouvelles tendances de l’opéra italien évoluant vers une simplification de l’écriture orchestrale...

  • Quel joyau !
    8
    juil
    2007
    Quel joyau !

    Voici une Muse du Mois qui en surprendra beaucoup. Un vieil enregistrement de 1968, re-édité dans la collection économique Baroque Esprit (DHM) sans livret et avec une jaquette qui frise l'indigence. L'objet ne paie pas de mine. Il est de ceux qu'on achète compulsivement parce que la monnaie alourdit ses poches, et que le nom d'un des meilleurs ténors bachien figure au dos.

  • Pergolesi revisité.

    On connaissait les talents de Bach dans les procédés de la parodie (ré-utilisation/ réadaptation d'un matériel préexistant) et de la transcription, que ce soit de ses propres œuvres ou de celles de ses contemporains. De nombreuses cantates profanes ont été ainsi transformées...