Close

  • Publié dans : CD / DVD - Critiques - Opéra
    Noir, c’est noir

    A l'écoute de cet Amadigi d'une indicible noirceur, on songe à Brian de Palma ou à La Reine Margot de Patrice Chéreau. Dès l'ouverture les cordes sont puissantes, écrasantes, d'une lourdeur claustrophobique. L'on sent que la main du destin n'est pas gantée de velours, et que les protagonistes vont vivre un destin tragique duquel il ne pourront s'affranchir.