Close

  • Publié dans : Concerts - Critiques
    Au royaume de Marilyn (Platée – Les Talens Lyriques, Rousset – Strasbourg, 13/06/2014)

    Platée occupe une place à part dans la production de Rameau ; il demeure une référence dans le trop rare genre comique au sein du répertoire lyrique français, voire de l’opéra en général. Le raffinement et la densité de l’orchestration ramiste y accompagnent sans retenue les déchaînements les plus triviaux de la pauvre nymphe, dans une farce hénaurme, qui parodie avec verve et ironie tout autant la classique tragédie-lyrique que les scènes de genre en vogue en cette première moitié du XVIIIème siècle.

  • Publié dans : Concerts - Critiques
    « Vivez, Clorinde vous l’ordonne » (Campra, Tancrède – Schneebeli, Tavernier – Versailles, 07/05/2014)

    Bien entendu, l'histoire contrariée de Tancrède et Clorinde d'après la Jérusalem délivrée du Tasse, cette West Side Story des croisades comme la vante les notes de programme, c'est d'abord le Combattimento di Tancredi e Clorinda de Monteverdi, d'une puissance condensée inégalée.

  • "Stese la Notte havea / L’ali tacita à volo" (Silencieuse, la nuit avait étendu / Ses ailes ouvertes)

    Brossard n’est pas seulement un papi qu’emportent les enfants à l’heure du goûter, ou l’auteur du fameux Dictionnaire de Musique paru en 1701, ce que prouve de manière éclatante cet enregistrement majeur, qui compte parmi les plus réussis de La Rêveuse, et enrichit avec à-propos la discographie somme toute anémiée consacrée à ce grand compositeur.

  • Senimiento Latino
    31
    déc
    2011
    Publié dans : CD / DVD - Critiques - Récital
    Senimiento Latino

    Dans toute culture s'exprime le pathos et l'extase. Les sentiments extrêmes qui inspirent souvent des nuances artistiques n'existent parfois que dans une seule langue, qui lui accorde ses spécificités et son charme. Contrairement à ce qu'il est d'usage de penser, la culture hispanique n'est pas uniquement solaire, fougueuse, et en liesse ; elle comporte aussi beaucoup de mélancolie, de tristesse et de regret.

  • Profond Carmin
    31
    déc
    2011
    Publié dans : CD / DVD - Critiques - Opéra
    Profond Carmin

    Les dernières pages du monumental Ulysse de James Joyce s'achèvent par l'éternel féminin, le monologue extraordinaire de Molly Bloom. Si la femme concupiscente du peu reluisant Leopold Bloom n'a rien d'une enchanteresse mythique, Joyce, en quelques pages, nous fait pénétrer au coeur même du subconscient...

  • Florence et Vincent

    Mars 2008. Avertissement au lecteur : Non, nous ne comptons pas parmi nos rédacteurs la femme de Vincent Dumestre. Non, l'éditeur Alpha ne nous a pas (encore) construit une magnifique piscine en marbre dans notre villa de Toscane. Mais alors, pourquoi passons-nous notre temps à encenser les enregistrements du Poème Harmonique de manière presque suspecte ?