Close

  • Publié dans : Concerts - Critiques
    Une bien belle Hélène

    Chanteur à la basilique San-Marco dont le maître de chapelle n'était autre que Claudio Monteverdi, Francesco Cavalli se lance à partir de la fin des années 1630 dans la composition d'opéras, dont les représentations sont encouragées par la construction récente de deux théâtres permanents à Venise, le San Cassiano (1637) et le San Moise (1639).

  • Plorans ploravit
    20
    avr
    2013
    Plorans ploravit

    Nous voici confronté à un exercice désagréable, qui est celui d’exprimer notre déception devant cette nouvelle réalisation du label Hérisson, aux choix artistiques que nous avons pourtant souvent soutenus.

  • Publié dans : Concerts - Critiques
    Happy birthday to you, Mr President !

    25 ans déjà que la Simphonie du Marais écume avec élégance et sensibilité un répertoire extraordinairement varié mais où figure en bonne place la musique française et en particulier le répertoire lullyste. Pour ouvrir le bal de ces trois concerts très différents de la Simphonie qui revient dans le Marais parisien, Hugo Reyne a choisi des pièces en trio, expliquant de sa voix agréable et confidentielle, comme s’il se parlait à lui-même autant qu’au public privilégié assis à peine quelques mètres de lui, qu’il a souhaité d’abord renoué avec son rôle de flûtiste et de chambriste...

  • Publié dans : CD / DVD - Critiques - Opéra
    La surprise et l’amour des violes

    Rameau pour deux violes ? L’idée vient d’un Allemand, Ludwig Christian Hesse, dont le père, Ernst Christian (1676–1762) avait étudié avec Marais et Forqueray. Quand les deux gambistes rivaux s’en aperçurent, Hesse père fut renvoyé à Darmstadt. La viole connut une heure de gloire en Prusse dans les années 1760 : le prince Frédéric Guillaume II en jouait, entretint une correspondance avec Forqueray fils, et eut Ludwig Christian Hesse pour professeur.

  • Fais comme l’oiseau

    Juillet-Août 2010. C'est un fameux trois-mâts fait comme un oiseau a t-on envie d'écrire en guise de tentant et facile prologue à ce périple imaginaire, qui prend son titre de cette Daphné à la fois femme et navire (qu'incarne avec sensibilité Cyrille Gerstenhaber), qui sert de prétexte à un voyage musical à travers le globe depuis Venise vers le Couchant, entre deux chaconnes, et dont chaque étape permet à Jean-Christophe Frisch d'offrir quelques pièces historiquement documentées

  • Un "coup d’archet démoniaque"

    Marais fut l'élève de Lully (voyez son Alcyone) et de Sainte-Colombe. De ce dernier, il acquit une maîtrise du jeu et de la composition de la basse de viole époustouflante. Titon du Tillet affirme d'ailleurs qu'au bout de six mois l'élève avait surpassé le maître... L'oeuvre de viole de Marais fut publiée en cinq livres entre 1686 et 1725.