Close

  • Publié dans : CD / DVD - Critiques - Opéra
    Plaisirs, doux vainqueurs… (Rameau, Hippolyte & Aricie, Christie, Kent – Glyndebourne, Opus Arte)

    La production 2013 de Glyndebourne emprunte avec bonheur quelques-uns des interprètes de la remarquable production de Garnier en 2012, dirigée par Emmanuelle Haïm. On y retrouve en particulier le couple royal composé de Sarah Connolly et Stéphane Degout, ainsi que François Lis (qui ajoute le rôle de Neptune à ceux de Pluton et Jupiter).

  • Publié dans : CD / DVD - Critiques - Opéra
    Le beau doublé du chevalier Glück à Amsterdam

    Arrivé à Paris à l'automne 1773 à l'instigation de sa protectrice la Dauphine Marie-Antoinette et soutenu par Antoine Dauvergne qui était alors l'un des Directeurs de l'Académie Royale de Musique, le chevalier Glück était venu en France avec le grand dessein de renouveler le genre de la tragédie lyrique française.

  • Publié dans : CD / DVD - Critiques - Opéra
    La palme pour Cléopatre

    Giulio Cesare se signale comme l'œuvre la plus monumentale et la plus brillante de Haendel, dans laquelle les arias da capo tubesques, perles du répertoire baroque, s'enchaînent à un tel rythme qu'ils semblent rebondir les uns contre les autres pendant près de quatre heures ! L'Egypte des derniers Ptolémées et de la fin de la République romaine constitue l'écrin exotique de cette intrigue politico-amoureuse où se déchaînent fantasmes, trahisons et inévitables rebondissements en tous genres.

  • Publié dans : CD / DVD - Critiques - Opéra
    Le baroque américain, entre Broadway et Hollywood…

    Prenez deux pièces de Shakespeare (La Tempête et Le Songe d'une nuit d'été), soigneusement mélangées pour le livret, des extraits d'airs de Purcell, Haendel, Campra, Vivaldi et Rameau (et de quelques autres compositeurs baroques moins connus : Leclair, Rebel, Ferrandini) tous transposés en anglais

  • Publié dans : CD / DVD - Critiques
    Le Maître de Musique

    Ceux qui ont regardé consciencieusement un générique de la série Kaamelott le savent déjà : le talent d’Alexandre Astier ne se limite pas à jouer la comédie. En plus d'être l’auteur de la série, il est également, entre autres, le compositeur de sa musique, tout comme de celle de son film David et Madame Hansen.

  • Galipettes orientales

    Après une Olimpiade mitigée, notamment en raison de la fadeur de sa mise en scène, Dynamic ravira les amateurs de Galuppi par la parution de cet opera-buffa en 3 actes dont l'écriture virtuose et survitaminée ne peut que susciter l'enthousiasme et explique la renommée internationale dont le compositeur jouit à l'époque (il fut même nommé compositeur officiel de la Cour de Saint-Péterbourg).

  • Profond Carmin
    31
    déc
    2011
    Publié dans : CD / DVD - Critiques - Opéra
    Profond Carmin

    Les dernières pages du monumental Ulysse de James Joyce s'achèvent par l'éternel féminin, le monologue extraordinaire de Molly Bloom. Si la femme concupiscente du peu reluisant Leopold Bloom n'a rien d'une enchanteresse mythique, Joyce, en quelques pages, nous fait pénétrer au coeur même du subconscient...

  • Publié dans : CD / DVD - Critiques - Récital
    Bis repetita placent…

    Quelle avalanche de récitals d'airs de castrats depuis quelques mois ! Mais la qualité étant au rendez-vous, nos oreilles baroques ne vont pas s'en plaindre...Rappelez-vous : Kozena chez Vivaldi (Archiv), Cencic chez Haendel (Virgin), Bartoli (Decca) et Gauvin (ATMA) exhumant avec bonheur les trésors de l'école napolitaine.

  • Publié dans : CD / DVD - Critiques - Opéra
    Pergolèse entre seria et bouffe

    Fauché à la fleur de l'âge par la maladie (probablement la tuberculose), Giovanni Battista Pergolesi n'eut guère de temps pour contribuer au répertoire lyrique baroque. Ses rares productions se distinguent toutefois par leur raffinement musical. Cette grande qualité intrinsèque est probablement à l'origine de la notoriété du compositeur, qui a résisté à l'oubli où étaient tombés les compositeurs baroques au XIXème siècle et au début du XXème. En 2010, la Fondation Pergolesi Spontini entreprit d'enregistrer l'ensemble des oeuvres parvenues jusqu'à nous du compositeur (soit quatre opere serie, deux intermezzi, et deux comédies)...

  • Un Orient baroque à souhait

    Mozart composa à 14 ans son premier opera seria, Mitridate. Créée au Regio Ducal Teatro de Milan le 26 décembre 1770 lors du carnaval, l'œuvre connut immédiatement le succès avec 21 représentations.

  • La Folle Journée revisitée

    On ne présente plus Les Noces de Figaro du divin Mozart, chef d’œuvre musical transcrit de la pièce à succès de Beaumarchais par Lorenzo da Ponte. René Jacobs, à la tête du Concerto Köln, en a dirigé un excellente version il y a quelques années au Théâtre des Champs-Elysées, que BelAir nous propose maintenant en DVD.

  • Publié dans : CD / DVD - Critiques - Opéra
    Un drame inexorable

    Cette nouvelle version en DVD du Didon et Enée de Purcell est résolument placée sous le signe du drame. Point ici d'effort d'imagination pour tenter de reconstituer, comme récemment dans l'enregistrement de William Christie à l'Opéra Comique, le prologue perdu : dès les premières mesures de l'ouverture, et jusqu'au final, la vis tragica constitue le ressort de la direction impérieuse de Christopher Hogwood, dont la théâtralité s'est renforcée depuis la version de 1994 avec la Belinda rêveuse d'Emma Kirkby (Decca / L'Oiseau-lyre).

  • Publié dans : CD / DVD - Critiques - Opéra
    D’amour et de mort (Didon & Enée – Les Arts Florissants, Christie, DVD Fra Musica)

    Didon et Enée est à la fois l'un des plus connus et l'un des plus mystérieux opéras du répertoire baroque. La force de sa musique et l'intensité concise du drame ont fait sa renommée. Mais les circonstances de sa création (en décembre 1689 à la Boarding School for Girls de Londres, pensionnat de jeunes filles) demeurent incertaines.

  • Publié dans : CD / DVD - Critiques - Opéra
    Orfeo ou la régénération

    Inscrit à l'origine de la musique occidentale, le symbolisme de la gamme est la base de toute représentation musicale. L'Orfeo de Monteverdi, alpha de la musique représentative moderne, jongle avec les symboles qui ont été expliqués par Chailley et Viret dans leur thèse. La gamme musicale telle que nous la connaissons est inspirée par un hymne latin carolingien de Paul Warnefriend pour Saint Jean-Baptiste, Ut Quaent Laxis.

  • Publié dans : CD / DVD - Critiques - Opéra
    La richesse d'une serenata

    Après la Didon et Enée du même tandem Hogwood / Mac Gregor (DVD Opus Arte), voici un autre opéré, haendélien cette fois-ci. Opéra, pastorale ou serenata ? Acis and Galatea dans sa version de 1718 (à ne pas confondre avec Aci, Galatea e Polifemo de 1708, chanté en italien, ni avec la reprise de 1732, mélange de la précédente avec la version de 1718, donc chantée en deux langues !) a tour à tour bénéficié des trois appellations.

  • Décoratif…
    31
    déc
    2009
    Publié dans : CD / DVD - Critiques - Opéra
    Décoratif…

    Pour le passionné de musique baroque, ce DVD est la conjonction de deux promesses : le livret de l'Olimpiade de Pietro Metastasio, l'un de ces serpents de mer que la plupart des compositeurs ont mis en musique, et un lieu mythique, tel le Teatro Malibran de Venise, anciennement Teatro San Giovanni Grisostomo, la salle la plus célèbre de la Lagune et d'Europe quand le baroque régnait sur les esprits.

  • « Pentiti, scellerato ! »

    Inégal est le mot qui semble s’imposer après avoir visionné de cette nouvelle production du Don Giovanni. Il y a du bon, de l’excellent même, et il y a du déplaisant. Il y a d'abord et aussi du neutre. C’est dans cette catégorie que l’on est tenté de placer la mise en scène de Francesca Zambello, ni laide ni belle, souvent elliptique...

  • Publié dans : CD / DVD - Critiques - Opéra
    Beaucoup de bruit pour rien

    Voici le premier DVD de cet opéra phare d'Haendel interprété sur instruments d'époque. Hélas cette gravure s'avère en tous points décevante, qu'il s'agisse d'une mise en scène plus banale que crépusculaire, d'un orchestre peu impliqué, et enfin de prestations vocales honnêtes mais sans éclat.

  • "Quand on lui dit : Comment? Il répond, je le veux." (Arbas, Acte I, scène 1)

    Voici presque un an que nous attendions cette parution après l'émerveillement des représentations de l'Opéra Comique. Nous ne reviendrons pas ici sur le contexte et les caractéristiques de l'œuvre elle-même qui sont étudiés dans un article dédié, mais uniquement sur la captation de ces instants de magie, que le souvenir et les mois passés ont sublimés.

  • Publié dans : CD / DVD - Critiques - Opéra
    Le jeu n’en vaut pas la chandelle…

    Une distribution honorable, me direz-vous. Certes, néanmoins… on est toujours condamné, avec ce DVD, à rester sur sa faim. Si Stéphanie d’Oustrac est une excellente Didon, que Sophie Daneman est agaçante ! De même, si les deux Sorcières sont géniales de ridicule, l’Enchanteresse est à peine supportable !

  • Publié dans : CD / DVD - Critiques - Opéra
    La folle journée avant Figaro

    Alors que la canicule laissait planer ses ailes dorées sur le désert discographique de la saison des plages, le chroniqueur assoiffé descendit dans les souterrains frais des disquaires. Passée presque sous silence, la dernière production de l'estivale Cappella de'Turchini continue de nous étonner par la surprise de la résurrection des maîtres napolitains...

  • Publié dans : CD / DVD - Critiques - Opéra
    Quand la presse people s’empare de l’Olympe…

    Haendel composa en 1743 cet opéra tiré de la légende grecque, sur un livret de William Congreve. Créée en 1744 au Covent Garden de Londres, l'œuvre ne fut représentée du vivant du compositeur que sous forme d'oratorio. Si elle possède des chœurs nombreux et remarquables, elle relève toutefois pleinement de l'opéra...

  • Publié dans : CD / DVD - Critiques - Opéra
    Un peu, beaucoup, à la folie !

    Voici la première captation au DVD d'Orlando, l'un des opéras les plus originaux d'Haendel dans sa trilogie de l'Arioste qui comprend aussi Alcina et Ariodante. En effet, cette plongée dans la folie malmène totalement les conventions structurelles de l'opera seria par "de nombreux da capo peu catholiques...

  • Eh oui ? ENO.
    9
    sept
    2007
    Publié dans : CD / DVD - Critiques - Opéra
    Eh oui ? ENO.

    Après le superbe Giulio Cesare de Glyndebourne 2005 (Opus Arte), nous avions commencé à exhumer d'autres captations video dont l'honorable Hickox (Euro Arts). Quelle ne fut pas notre surprise de voir à plusieurs reprises mentionnée dans nos courriers d'électeurs (de Bavière) cette réalisation historique de l'ENO à laquelle il faut rendre justice...

  • Le spectacle d’une grandiose antiquité

    Disons-le tout net, nous ne sommes pas forcément des admirateurs inconditionnels de Jean-Pierre Ponnelle. Sa trilogie monteverdienne avec Harnoncourt est très inégale, alliant le kitch le plus affreux et les zooms de séries B à un réel sens dramatique infaillible et une belle poésie.

  • Publié dans : CD / DVD - Critiques - Opéra
    Plongeons dans le bain de Cléopâtre…

    Voici une captation vidéo de l'opéra le plus fameux de Haendel injustement oubliée. Certes, si elle évite heureusement les laideurs actualisées de Peter Sellars (DVD Decca, enr. 1990), cette ancienne lecture de Francisco Negrin ne peut prétendre à la quasi-perfection de la récente version de William Christie (DVD Opus Arte, enr. 2005) qui s'en inspire clairement sur certains points.

  • Rembrandt fecit 1669

    Pour le 400ème anniversaire de la naissance de Rembrandt, le film de Jos Stelling, sorti en 1977, re-apparaît fugitivement sur les écrans en copie neuve, et a fait l'objet d'une parution DVD en novembre 2006. Il était temps. Le Rembrandt de Jos Stelling est assurément un film étrange. Un film pratiquement muet, puisque les dialogues, paroles laconiques arrachées de temps à autres, doivent constituer environ 30 % de la durée totale du film...

  • Ils sont fous ces romains !

    Il est temps de critiquer cette interprétation désormais presque mythique, tout particulièrement pour la sublime et regrettée Lorraine Hunt dans l'un de ses plus beaux rôles.

  • Publié dans : CD / DVD - Critiques - Opéra
    Une superproduction Cleopâtre : après Liz Taylor, Danielle de Niese

    Tout a sans doute déjà été dit à propos de ce Giulio Cesare désormais d'anthologie. Voilà le spectacle qui a lancé la jeune soprano américaine Danielle de Niese, la soprano qui danse. Voilà le spectacle qui a démontré de manière éclatante que le respect du drame historique n'équivalait pas à une succession pompeuse et statique de tableaux soporifique

  • Publié dans : CD / DVD - Critiques - Opéra
    « Come dolci, Signor, come soavi…

    ...riuscirono a te, la notte andata, di questa bocca i bacci, murmure Poppée l'intrigante, c'est-à-dire As-tu trouvé assez doux et suaves, la nuit dernière, les baisers de ma bouche, seigneur, et voilà Néron ferré, éperdu d'amour, prêt à sacrifier son maître Sénèque, sa femme Octavie et l'Empire.

  • Sublime !
    1
    déc
    2004
    Publié dans : CD / DVD - Critiques - Opéra
    Sublime !

    Enfin, aurait-on eu envie de dire, car l’Orfeo n’est pas une œuvre facile d’accès au public non italianisant : comme pour tout opéra inscrit dans le drame et dans la parole, il faut en comprendre le texte ; or comprendre le texte dit avoir les yeux rivés sur le livret pendant l’écoute, ce qui est loin d'être idéal. Le DVD est souvent un moyen adéquat d’avoir la musique et le livret sous les yeux sans effort, avec en prime, quand tout va bien, le drame qui se déroule réellement sous nos yeux, comme si on y était.

  • Chronique d’un désastre

    Voici donc en DVD, après avoir sévi sur les écrans - et après plus de trente ans d'absence puisque le Cantor avait disparu après l'extraordinaire Chronique d'Anna Magdalena Bach de Jean-Marie Straub avec Gustav Leonhardt sortie en 1967 - l'un des plus grands génie musical de tous les temps. Malheureusement, tous les ingrédients sont ici réunis pour réaliser l'ultime navet...