Close

  • Un mysticisme brûlant

    Les Vêpres à la Vierge de Monteverdi furent rarement enregistrées avec de seules voix masculines, et les circonstances de leur exécution, sans doute à Saint-Marc de Venise avec ses doubles tribunes, relativement peu documentées. Suivant la règle mulier tacet in ecclesia (les femmes se taisent dans l’église, pardonnez mesdames la traduction un peu rustre), Hanns-Martin Schneidt proposa voici plus de 20 ans cette interprétation d’une ferveur mystique, avec chœur d'enfants, et dont l’impact émotionnel est toujours aussi présent.

  • Publié dans : CD / DVD - Critiques - Opéra
    Malgoire revisite l’opéra comique selon Händel

    Le voici donc, ce Serse que tout le monde connaît grâce à son arioso Ombra Mai Fu, magnifique déclaration d'amour d'un monarque persan à un platane (!). Le livret est plus que brouillon, grouillant de situations plus invraisemblables les unes que les autres, de rebondissements en tout genre, de quiproquos complexes.

  • Plus doux que les roses…

    Vous aurez bien du mal à trouver ce disque, au minutage d'ailleurs assez chiche (33-tours oblige), mais c'est une petite merveille de musicalité et de délicatesse. Si Paul Esswood n'a jamais pu maîtriser ce vibratello constant qui le caractérise, il a réussi à transformer ce handicap en grand art.

  • Publié dans : CD / DVD - Critiques - Opéra
    Le premier opéra londonien de Händel

    En 1710, Händel prend congé de l'Electeur de Hanovre et part à Londres où des propositions lui avaient été offertes. Pour son premier opéra londonien, Händel prépare une œuvre à grand spectacle : la riche orchestration, les airs enlevés et le recours à de nombreuses machineries doivent éblouir le public anglais.