Close

  • La pluie tombait à torrents, et notre homme s’arrêta un moment avec ses chevaux pour appeler le garde,…

    A l'occasion de sa sortie en DVD, glissons quelques mots sur ce Michael Kohlhaas, qui ne fit pas les délices de la croisette et bénéficia d’une diffusion médiocre dans les salles obscures. Pourtant, le film s’avère imparfait quoique tout à fait remarquable.Côté musical, la bande son âpre de Martin Wheeler : quelques percussions, une viole. Soudain, Les Witches apportent une opulence puissante et ironique avec une adaptation de Drive the cold winter away, The beggar boy de John Playford, et la douceur de la flûte semble presque incongrue devant la rudesse du paysage, du personnage, et de l’histoire.

  • Publié dans : Actualités - Brèves
    Cinéma : Double chemise pour Charles Ier

    Après l'Extase et l'Agonie que nous vous suggérions précédemment, duel entre le Pape Jules II et Michel-Ange autour des échafaudages du plafond de la Sixtine, voici un affrontement autrement plus mortel, celui d'Oliver Cromwell et de Charles II.

  • Publié dans : Actualités - Brèves
    Cinéma : la tiare et le pinceau

    1508, entre deux batailles, le Pape Jules II - qui a perdu sa barbe mais non sa superbe sous les traits césariens de Rex Harrisson qui retrouve une caractérisation impérieuse proche de l'ironie mordante de son conquérant antique de chez Mankiewicz - commissionne Michel-Ange afin de repeindre le plafond de la Sixtine.

  • Les orchestres traditionnels se baroquisent-ils ?

    Avant tout et après le désastre de Il était une fois Jean Sébastien Bach, l'illustration ci-dessus rappellera à certains les excellentes Chroniques d'Anna Magdalena Bach de Jean-Marie Straub (1967). Pour ceux qui ne les connaîtraient pas encore, il s'agit d'un film culte et ceci à plusieurs titres...