Close

  • Publié dans : Concerts - Critiques - Festivals
    « Les maîtres de musique »

    Après l'édition de l'an passé, nous revoici à Lanvellec pour la fin de cette édition consacrée cette fois-ci consacrée aux maîtres de musique, mais qui ne délaissera pas la "folie" qui nous avait précédemment gagné. On y retrouve cette ambiance si particulière et terriblement difficile à transcrire, la magie des lieux que transcende la musique...

  • Publié dans : Concerts - Critiques - Festivals
    Une Furie d’un royal épanouissement

    Curieuse destinée que celle de Rossini, qui nacquit dans un XVIIIème siècle finissant où le baroque musical jetait ses derniers feux, désuets aux yeux de la plupart des contemporains. Il fut pourtant l'un des rares compositeurs du XIXème siècle (avec Berlioz, qui arrangea l'Orfée et Eurydice de Glück) à tenter de faire revivre la tradition baroque, à travers ses opéras seria (en particulier son Tancrède, et son Sémiramis).

  • A royal affair
    31
    déc
    2012
    Publié dans : CD / DVD - Critiques - Récital
    A royal affair

    Joyce Di Donato offre au sein dune carrière exemplaire un véritable bijou avec cet enregistrement qui frôle la perfection absolue sur bien des plans. D’abord le choix original autant qu’évident des airs, parfois peu connus, mais tous passionnants. Organisé en fonction de la Reine incarnée nous avons ainsi Cléopatre l’Egyptienne et Octavie la Romaine qui dominent le monde.

  • L’éclat et la franchise

    Avec Joseph Haydn, nous quittons notre chère esthétique baroque pour entrer en plein dans l’ère de la musique classique. Cette incursion en terre étrangère sera pour la Muse l’occasion de s’intéresser à un compositeur brillant, poly-instrumentiste et fécond en œuvres de tous genres.

  • Des cordes bien sympathiques

    175, c'est le nombre d'œuvres pour baryton à cordes que l'infatigable Haydn composa au service du Prince Nicolas 1er Esterhazy violoncelliste, gambiste et barytoniste. Cet instrument au nom et à la sonorité poétiques, qui se répandit surtout entre Hambourg et Vienne, est en fait une sorte de viole de gambe...

  • « Das Leben ist ein Traum »

    Haydn fut sans doute un grand passionné de théâtre. Outre ses opéras, quelque peu oubliés aujourd’hui, on ne peu manquer d’observer son sens de la dramaturgie dans Die Jahreszeiten et Die Schöpfung, et même dans les symphonies.

  • Enfin de retour !
    31
    déc
    2010
    Enfin de retour !

    Lorsque Joseph Haydn (1732-1809) reçoit, sans doute dans le second semestre de 1774, la commande d’un oratorio destiné à la Tonkünstler Societät (Société des musiciens), fondée en 1771 à Vienne par le très italianisé Florian Gassmann (1729-1774) afin de venir en aide aux veuves et aux orphelins des musiciens, il est au service de la famille Esterhazy depuis 13 ans...

  • La grâce de l’ineffable !

    Alors que l’ère classique règne, annonciatrice de temps nouveau, et que la musique cherche de nouvelles formes, s’accompagnant d’instruments plus "modernes" tel le pianoforte, la fugue provenant de l’époque baroque tombée en désuétude connait un nouveau succès...

  • Une douleur exquise

    L'Histoire de la musique se souvient assez souvent des coups d'éclat de ses fils les plus chers. Qui pourrait de nos jours soumettre au triste faux de l'oubli les partitions du Requiem de Mozart, des opéras de Haendel ou bien des Symphonies de Haydn.

  • « Ne confondez pas le sombre avec l’obscur. L’obscur accepte l’idée de bonheur ; le sombre accepte l’idée de grandeur » (Victor Hugo)

    Que la note ne vous trompe pas, ô lecteur, 4 signifie qu'il s'agit là d'un bon enregistrement, digne de figurer dans toute discothèque intéressée aux rayonnages encore hospitaliers. 4 signifie également qu'il ne s'agit point de 5 ni du métal précieux, et que l'absence dudit CD, quoique regrettable, n'en sera pas pour autant criminelle

  • Tous les visages de l’amour

    Patricia Petibon a choisi les airs chez trois compositeurs phares de l’ère classique– Haydn, Mozart et Gluck- esquissant douze personnages dont le fil commun, l’amour, s’exprime en une palette de sentiments et d’émotions, qui appellent un traitement vocal fin et nuancé.

  • Publié dans : CD / DVD - Critiques - Récital
    30 glorieuses peuvent-elles se résumer à si peu !

    Les Arts Florissants, ensemble créé par William Christie, fêtent cette année leurs 30 ans. Durant ces belles années, ils ont enregistré des versions de référence sur tout leur répertoire du XVIIe et du XVIIIe siècle. Alors que d’autres éditent des coffrets pour fêter dignement leur anniversaire, les Arts florissants en cours d’existence ne peuvent le faire qu’en partie. Alors autour du Jardin des Voix créé en 2002 pour favoriser la formation des jeunes interprètes, un programme nous est ici offert de bien trop courts extraits des enregistrements réalisés sous le label Virgin Classics...