Close

  • Publié dans : Actualités - Brèves
    Good night sweet prince (Hommage à Christopher Hogwood)

    Le communiqué paru sur son site Internet est bref, laconique, d’une pudique discrétion. Après plusieurs mois de maladie, entouré de sa famille, deux semaines après avoir fêté ses 73 ans, le claveciniste, musicologue et chef d’orchestre Christopher Hogwood, Commandeur de l’Ordre de l’Empire britannique (CBE), s’en est allé il y a 2 jours, le 24 septembre dernier.

  • Publié dans : CD / DVD - Critiques - Opéra
    Un drame inexorable

    Cette nouvelle version en DVD du Didon et Enée de Purcell est résolument placée sous le signe du drame. Point ici d'effort d'imagination pour tenter de reconstituer, comme récemment dans l'enregistrement de William Christie à l'Opéra Comique, le prologue perdu : dès les premières mesures de l'ouverture, et jusqu'au final, la vis tragica constitue le ressort de la direction impérieuse de Christopher Hogwood, dont la théâtralité s'est renforcée depuis la version de 1994 avec la Belinda rêveuse d'Emma Kirkby (Decca / L'Oiseau-lyre).

  • Publié dans : CD / DVD - Critiques - Opéra
    La richesse d'une serenata

    Après la Didon et Enée du même tandem Hogwood / Mac Gregor (DVD Opus Arte), voici un autre opéré, haendélien cette fois-ci. Opéra, pastorale ou serenata ? Acis and Galatea dans sa version de 1718 (à ne pas confondre avec Aci, Galatea e Polifemo de 1708, chanté en italien, ni avec la reprise de 1732, mélange de la précédente avec la version de 1718, donc chantée en deux langues !) a tour à tour bénéficié des trois appellations.

  • Douceur italienne dans les brumes londoniennes

    Un choix de six concertos, composés par un Italien installé à Londres dès 1714, interprété par un ensemble britannique, et enregistré... sur des instruments d’époque, voilà qui allume une étincelle gourmande, intéressée et un peu nostalgique dans l’œil du mélomane baroqueux averti !

  • Bowman à son sommet

    Dès les années 1980, les critiques musicaux, espèce cruelle et cynique, ont gribouillé des piques acerbes sur le déclin de James Bowman. Pourtant, même déclinant, le légendaire contre-ténor continuait aisément à remonter les bretelles de beaucoup... Pourquoi donc cette méchanceté ? Tout simplement parce que James Bowman était encore plus merveilleux auparavant.

  • Publié dans : CD / DVD - Critiques - Opéra
    Christie vs. Hogwood pour un Orlando élégiaque

    Orlando est assurément l'un des opéras les plus originaux de Händel. Le livret, tiré du Roland Furieux de l'Arioste, sera bientôt suivi par 2 autres volets tout aussi réussis : Ariodante et Alcina. Orlando relate l'histoire classique du preux paladin Roland passionnément épris de la reine Angélique.