Close

  • En voilà un qui ne manque pas d’air !

    Pour les baroqueux que nous sommes, voici un disque qui, de prime abord, attire la méfiance : une jaquette accrocheuse, un titre aguicheur, un artiste confirmé mais point nourri du sérail des cordes en boyaux depuis sa plus tendre enfance. Ajoutons à ces éléments suspects la présence de tubes, avec l’air de la Suite pour orchestre n°3 de Bach, le Canon de Pachelbel (mais bien complet car flanqué de sa Gigue) une transcription pour violon de la Sarabande de Haendel, désormais célèbre depuis le non moins fameux Barry Lindon...

  • Star wars : a new Hope

    On nous pardonnera le jeu de mot facile et de bas étage. Mais à l'instant où nous prononçons le nom de Daniel Hope, nous imaginons déjà une partie de nos lecteurs, la bouche en cœur, soulevant un sourcil étonné à l'idée de trouver ici ce violoniste talentueux, élève de Menuhin, bien plus célèbre pour ses incursions chez Beethoven ou Mendelssohn que dans la Sérénissime du Prêtre Roux.

  • Publié dans : Dossiers - Interviews
    Entretien avec Daniel Hope

    Entretien avec Daniel Hope à l'occasion de la sortie de son premier enregistrement de Vivaldi. Daniel Hope chez Vivaldi ? La surprise est de taille pour ceux qui connaissaient l'élève de Menuhin uniquement à travers ses belles interprétations de Mendelssohn, Beethoven ou encore Chostakovitch. Le violoniste a aimablement accepté de répondre à nos questions, et d'expliquer sa présence inattendue en ces terres baroques.