Close

  • Publié dans : CD / DVD - Critiques - Opéra
    La belle folie (Haendel, Orlando – Mehta, B’Rock, Jacobs – Archiv)

    Orlando constitue le dernier opéra de Haendel destiné au castrat Senesino, qui devait quitter la troupe dès juin 1733 suite à une dispute avec le compositeur, puis rejoindre la troupe de l'Opera of the Nobility créé l'année précédente. Le compositeur y renoue avec la tradition magique des débuts londoniens, qui anime notamment le Rinaldo.

  • Publié dans : Concerts - Critiques
    Furieux (Haendel, Orlando – Mehta, Hammarström, Jacobs – Paris, 19/06/2014)

    Voici 2 ans, les heureux avaient pu assister aux représentations à La Monnaie, dans une mise en scène relativement quelconque de Pierre Audi, peu inspiré. Mezzo avait d'ailleurs procédé à une captation. Entre-temps, le disque est paru, dont vous lirez la chronique sur nos pages, superlatif et différent par rapport à la référence des 2 incursions de Christie (Erato et DVD Arthaus).

  • Publié dans : Concerts - Critiques - Festivals
    La dynamique des tubes

    Lyon est une ville charmante, une sorte de petite Italie entre deux fleuves, et parmi les grandes attractions de cette métropole se trouve l’imposante masse de l’opéra. Avant elle aurait pu être une belle maison aux allures bourgeoises, tendue de soie et de velours, mais désormais elle ressemble à ces dames des villes qui s’habillent d’extravagances modernes...

  • La Folle Journée revisitée

    On ne présente plus Les Noces de Figaro du divin Mozart, chef d’œuvre musical transcrit de la pièce à succès de Beaumarchais par Lorenzo da Ponte. René Jacobs, à la tête du Concerto Köln, en a dirigé un excellente version il y a quelques années au Théâtre des Champs-Elysées, que BelAir nous propose maintenant en DVD.

  • Publié dans : CD / DVD - Critiques - Opéra
    Une heureuse résurrection de la Reine de Naples

    En janvier 1729, Haendel entreprit un voyage de cinq mois en Italie, séjournant à Florence, Venise, Milan et Rome. Il avait pour but d’engager de nouveaux chanteurs pour sa troupe d'opéra londonienne, à la suite du départ du fameux castrat Senesino. Sur place, il découvrit les nouvelles tendances de l’opéra italien évoluant vers une simplification de l’écriture orchestrale...

  • Moi, j’ai dit « bizarre » ? Comme c’est bizarre…

    D'abord, une exécution du Stabat Mater de Pergolèse avec un contre-ténor et un enfant soprano n'a aucune réalité historique. Ensuite, pourquoi diantre accumuler les difficultés de tessitures pour les deux chanteurs ? Pour le panache ? Pour la musique ? Pour l'aventure ?

  • Qu’elle est belle, la ville solitaire !

    C'est dans les années 1714 -1715 que François Couperin compose ses Trois leçons de Ténèbres pour le Mercredy Sainct. Ce sont les seules du compositeur qui nous soient parvenues, bien qu'il ait affirmé en avoir écrit un cycle complet. Le Livre des Lamentations est un recueil de complaintes sur la chute de Jérusalem devant les glorieuses légions de Rome, vers - 587.

  • Une rareté peu convaincante

    Pour une rareté, c'en est une ! Un vieil enregistrement de 1973, le premier de cette œuvre des années 1680 où l'oratorio balbutiant hérite du recitar cantando monteverdien et des histoires sacrées de Schütz. L'orchestre de Louis Devos patauge, sa sonorité ample et tremblotante a le charme des débutantes ne sachant pas encore valser. Peut-être même les cordes sont-elles modernes. Au milieu de cet océan capté avec un souffle digne des enregistrements historiques salzbourgeois des années 30 surnage l'Evangéliste de Louis Devos.