Close

  • Publié dans : Concerts - Critiques - Festivals
    « L’Itinéraire »

    Comme le veut la tradition c'est Ton Koopman qui ouvre à l'orgue l'itinéraire en tant que tel, ce parcours musical autour duquel le festival a grandi au fil des années. Variant les jeux avec bonheur dans le Ballo en sol de Sweelinck il va nous conduire sans heurts jusqu'à la lumineuse Bergamasca en Sol majeur de Frescobaldi

  • Lui clouer Lübeck

    Ton Koopman aime les fioritures, la pompe et les ors. On lui a d'ailleurs souvent reproché son toucher immensément léger, les appogiatures dont il se délecte, la joyeuse rutilance de ses cantates de Bach qui manquent souvent de spiritualité. Koopman, c'est un peu l'anti-Suzuki, pourtant son élève.

  • Corelli est devenu galant

    A l'écoute de cet enregistrement peu connu, l'auditeur pense immédiatement au modèle corellien des sonates d'églises : alternance lent-vif-lent-vif, polyphonie simple et mélancolique, passages en imitation, structure en trio. Pourtant, ce n'est certainement pas du Corelli.