Close

  • Musica secreta
    26
    mar
    2013
    Publié dans : Concerts - Critiques - Festivals
    Musica secreta

    Ce festival baroque tournant autour de cette époque comme le Soleil autour de la Terre, après la France pré-révolutionnaire, nous voici chez Lassus au sein du Temple des Carmes pour un concert consacré à la Musica secreta de Lassus. Ce titre appelle quelques éclaircissements, car cette musique secrète ou musica reservata décrit un style innovant mêlant échelle chromatique et diatonique.

  • « Une chambre à soie »

    Malgré l’acharnement d’éminents historiens sur la question, accompagnés dans leur tâche par nos plus grands ingénieurs en génie civil, nous ne sommes toujours pas en mesure de déterminer avec certitude si la chambre musicale d’Albert le Magnifique était bien isolée ou non.

  • Nunc gaudere licet

    Les Humeurs d’Orlande, qui est le sous-titre que propose Jean Tubéry à ce programme composé de motets de trois à six voix, pour la plupart inédits au disque, en révèle peut-être un peu plus sur cet enregistrement dont le titre premier peut frapper par son austérité.

  • Amour me paict d’une telle Ambroisie.

    L’originalité, la fantasquerie et l’espièglerie de Roland de Lassus ne sont plus à démontrer — chaque nouvelle écoute du compositeur nous le prouve et révèle une fois de plus. Sa reconnaissance en son temps comme le plus que divin Orlande (dixit Monsieur de Ronsard in person), ainsi que son influence, sont également indéniables.