Close

  • Publié dans : Concerts - Critiques
    L’influence de la musique arabe (Les Sacqueboutiers, Jean-Pierre Canihac – Toulouse, 02/12/2014)

    La joyeuse bande des souffleurs toulousains constituée autour de Jean-Pierre Canihac et Daniel Lassalle aime à pratiquer le grand écart musical entre leurs musiques favorites des XVIème et XVIIème siècles, la musique contemporaine avec quelques incursion du côté du jazz ou des époques nettement plus reculées.

  • Pont aérien et conquête spatiale (Gabrieli, Les Sacqueboutiers – Flora)

    Nous ne saurions décider de la part du génie de Gabrieli ou de la force pédagogique du travail de la troupe de Jean-Pierre Canihac et de Philippe Canguilhem, mais l'auditeur se trouve entrainé de force dans un jeu d'écoute aussi facile que divertissant.

  • Publié dans : Concerts - Critiques - Festivals
    Une interprétation sulfureuse

    Le touriste qui vient à Paris pour la première fois s’arrête devant Notre Dame l’instant d’un cliché. Le trader pressé par un rendez-vous à la Tour d’Argent, la mère de famille par des courses au Franprix rive gauche ou l’étudiant avec son casque ultra-moderne ne peuvent pas entendre les cloches sonner.

  • Publié dans : CD / DVD - Critiques - Opéra
    Orfeo ou la régénération

    Inscrit à l'origine de la musique occidentale, le symbolisme de la gamme est la base de toute représentation musicale. L'Orfeo de Monteverdi, alpha de la musique représentative moderne, jongle avec les symboles qui ont été expliqués par Chailley et Viret dans leur thèse. La gamme musicale telle que nous la connaissons est inspirée par un hymne latin carolingien de Paul Warnefriend pour Saint Jean-Baptiste, Ut Quaent Laxis.

  • Sons et lumières
    31
    déc
    2009
    Publié dans : CD / DVD - Critiques - Récital
    Sons et lumières

    Le titre est joliment choisi, la jaquette superbe, puisqu'on reconnaît Les Musiciens du Caravage, exposé au Met de New York. Pourtant, cette sélection de sonates, madrigaux ou canzoni porte mal son nom puisqu'on y trouvera plus de lumière que d'ombre, plus de couleurs que d'obscurité.

  • Les bizarreries de l’évêque

    Ah, étonnants Sacqueboutiers [de Toulouse] ! On les admirait souvent pour leur rondeur, leur douceur, leur moelleux. Il faudra également citer leur verdeur, leur nervosité, leur royale pompe. Car cette fois-ci l’ensemble de Jean-Pierre Canihac a délaissé le velours pour l’éclat de l’acier afin de rendre justice à ses œuvres de Schmelzer, Fux ou Vejvanosky...

  • Rendons à Cesare ce lui appartient

    Ces Mélodies musicales pour voix et instruments datent des années 1621, et portent en elles tout le faste vénitien, bien qu'écrites pour la cour de Munich. Elles alternent des concerts spirituels de 1 à 5 voix avec des 14 pièces instrumentales d'une facture charmante. Le cornet s'y voit attribuer des parties extrêmement virtuoses que Jean-Pierre Canihac restitue avec aisance.