Close

  • De l’art d’en pincer pour les cordes

    Lecteur qui vous amusez sans doute de cet échange imaginaire mais ô combien inspiré de murmures réels, saurez-vous distinguer ces différents instruments de la famille des luths que sont le luth, l'archiluth, le théorbe, le chitarrone, sans compter la mandore, l'angélique ou le colachon ?

  • Un Bach dansant
    27
    fév
    2006
    Un Bach dansant

    Bach n'était pas très au point sur le luth. Voilà qui peut paraître choquant. C'est ainsi. Tous les luthistes savent combien ces suites, préludes et partitas sont difficiles à jouer, non seulement en raison de leur virtuosité mais de passages impossibles techniquement à jouer...

  • Luth et approuvé

    Après la version d'Hopkinson Smith d'un optimisme dansant (Naïve) au sujet de laquelle nous avions en quelques lignes fait connaître notre admiration, le jeu sympathique mais moderne de Boels (Calliope) chroniqué par notre consœur ce mois-ci nous a conduit à nous replonger dans notre discothèque pour en exhumer cet enregistrement remarquable et trop peu distribué.

  • Oui…non… m’enfin…

    Parfois, le sort est cruel avec Vivaldi, et on se prend à imiter les accents d'un John Hawkins acerbe dès 1776 sur les talents de compositeur du Prêtre Roux. Parfois le sort est cruel avec le Jardin Harmonique, et on se prend à imiter les accents d'un C. H. du temps de sa splendeur à Répertoire, lorsqu'il parachutait d'infâmes critiques réduisant des carrières en cendres avec plus ou moins d'à-propos mais sans se départir de sa verve inimitable.