Close

  • De l’art d’en pincer pour les cordes

    Lecteur qui vous amusez sans doute de cet échange imaginaire mais ô combien inspiré de murmures réels, saurez-vous distinguer ces différents instruments de la famille des luths que sont le luth, l'archiluth, le théorbe, le chitarrone, sans compter la mandore, l'angélique ou le colachon ?

  • De l’art et du cochon

    Ah, la mandoline ! On imagine trop vite Venise, les brunes et piquantes Italiennes derrières leurs persiennes, cloîtrées là-haut dans leur chambre à balcon... La mandoline, c'est un peu Don Giovanni et Leporello sous les fenêtres d'Elvire, c'est le Comte Almaviva sous celles de Rosine.

  • Oui…non… m’enfin…

    Parfois, le sort est cruel avec Vivaldi, et on se prend à imiter les accents d'un John Hawkins acerbe dès 1776 sur les talents de compositeur du Prêtre Roux. Parfois le sort est cruel avec le Jardin Harmonique, et on se prend à imiter les accents d'un C. H. du temps de sa splendeur à Répertoire, lorsqu'il parachutait d'infâmes critiques réduisant des carrières en cendres avec plus ou moins d'à-propos mais sans se départir de sa verve inimitable.