Close

  • De derrière les fagotto

    En 2009, l'ensemble Zefiro nous avait gratifié d'un superbe enregistrement, coloré et précieux, des concertos vivaldiens pour hautbois (Naïve) doté d'un casting de rêve parmi lequel on retrouvait Manfredo Kraemer, Pablo Valetti, Lorenz Duftschmid, Rolf Lislevand ou Pierre Hantaï.

  • Etre ou ne pas être harmonique

    L'Estro armonico... Une énigme et un mythe. Pourquoi le bien établi éditeur Estienne Roger d'Amsterdam accepta t-il d'éditer à sa charge des concertos pour violon d'un jeune compositeur italien inconnu, 200 pages de superbe musique gravée, en 1711, répartie en 12 concertos, au nombre de solistes décroissant de 4 à un seul...

  • L’art de faire briller les cuivres

    Le Prete Rosso est à l’honneur pour ce premier volume consacré à l’orchestre de Dresde, formation fameuse à l’époque, l'ensemble le plus parfait selon Rousseau dans son Dictionnaire de Musique, célèbre notamment pour la rutilance de ses cuivres et la présence de ses bois, doté d’une personnalité fortement affirmée, à la fois de par son instrumentarium et ses effectifs.

  • Vroum !
    3
    juin
    2013
    Vroum !

    A l’opposé de la vision fourmillante et martiale d'Alessis Kossenko (Alpha), ce "Vivaldi con moto" - dont on aurait pu craindre le pire devant un titre à l'humour bon enfant, l'indication "con moto" i.e. avec mouvement, étant prise à la lettre avec une jaquette où l'on voit Carmignola chevauchant son deux-roues - s’avère exemplaire.

  • Fantasmi
    15
    mar
    2013
    Fantasmi

    Alors que nous déballons ce digipack à l’allure doucement orangée qui fera pendant avec le remarquable enregistrement précédent consacrée aux concertos pour flûte à bec de Haendel (Musiques à la Chabotterie), nous voyons déjà les détracteurs de toute sorte s’esclaffer devant une énième mouture des tubes que constituent la Tempesta di Mare, Il Giardellino ou encore la Notte...

  • Il n’y a pas que les feuilles qui ont de belles couleurs !

    Le concerto pour orgue et orchestre n’est pas un genre facile, ne serait-ce que parce que l’orgue est un instrument très complet. Dans le cas de ceux de Händel, la tâche est encore compliquée par le fait que la partie de l’orgue, en de nombreux endroits, devait être improvisée. Cela justifie du moins la multiplicité des versions… qui au demeurant ne sont pas fort nombreuses.

  • « Le réveil de Quixotte »

    Juillet-Août 2012. Pour sa première collaboration avec agOgique, Fabio Biondi a choisi Telemann - un compositeur prolifique, de grand talent, d’une écriture absolue, capable de maîtriser n’importe quel langage musical - comme il l'explique dans l'entretien qu'il nous a aimablement accordé.

  • Shaked but not stirred !

    Les Concertos pour clavecin de Bach datent de l'époque de Leipzig, alors que Bach dirigeait le Collegium Musicum de 1729 à 1739 dans la salle ou les jardins du Café Zimmermann. Cependant, l'écriture de certains d'entre eux remonte probablement à de plus vertes années dans les cours de Köthen et Weimar...

  • Un souffle printanier venu de Germanie…

    Six Concerts Avec plusieurs Instruments Dédiées A Son Altesse Royalle Monseigneur Crêtien Louis, Marggraf de Brandenbourg & c. & c. & c., par Son tres-humble & très obeissant Serviteur Jean Sebastian Bach. Maître de Chapelle de S.A S. le prince regnant d’Anhalt-Coethen. [...] Voici l’incipit de la dédicace écrite en français que Bach adressa en 1721 au margrave du Brandebourg...

  • La joie même
    31
    déc
    2011
    La joie même

    Amandine Beyer nous l'avait promis, ces concerti sont la joie même. La merveilleuse violoniste qui dans l'ascèse la plus haute sait dialoguer avec les âmes à travers celle de son violon (sonates et partitas de Bach pour l'éternité), celle qui a réunit des musiciens de la même sensibilité musicale (Gli Incogniti) et a su recréer avec eux les Quatre saisons de Vivaldi (ZZT) que tant nous avaient gâchées, ne pouvait pas nous mentir.

  • « Je cherche l’or du temps » (André Breton)

    Nous avions passé sous silence le premier volume de ce diptyque, paru en 2010. Cette discrétion coupable est désormais réparée avec les louanges relatives à ce second volet, d’autant plus que les concertos baroques pour basson ne sont guère légion si l’on exclut Boismortier.

  • Une politique d’Ouverture

    Avant-dernier voyage de ce périple entrepris dès 2001 par Café Zimmermann sur le chemin des œuvres pour orchestre de Bach - soigneusement démantelées afin de ne point avoir les Brandebourgeois ou les concertos pour clavecin regroupés en un seul volume – ce cinquième opus laisse entrevoir peu de surprises par rapport à l’excellence de ses prédécesseurs, et c’est tant mieux !

  • Vertiges du sublime

    Voici un enregistrement qui fleure bon son Empfindsamkeit avec son lyrisme exacerbé, ses sentiments intenses, sa mélodie naturelle et humaine, et l'on se laisse prendre aisément à la joliesse nacrée de l'Allegro du concerto Wq 172 d'autant plus que Truls Mørk sait à merveille faire chanter son violoncelle avec chaleur et conviction aux côtés des Violons du Roy

  • Galimatias en rondeau

    La Holland Baroque Society a choisi de bâtir chacun de ses projets artistiques en compagnie d’un directeur musical chaque fois différent. C’est au tour d’Alexis Kossenko, flûtiste et musicologue dont le répertoire s’étend de la Renaissance au XXéme siècle, de diriger la phalange hollandaise autour de ce programme dédié à l’un des caméléons de la musique baroque : Georg Philipp Telemann.

  • Desmazures digne d’un palais

    Voici un enregistrement qui remplira d’aise les amateurs de musique du Grand Siècle. Comme l’explique avec une érudition fluide Josep Dolcet dans les notes accompagnatrices, la présence de Philippe V sur le trône de Madrid n’entraîna pas l’importation et la vogue du style français dans la Péninsule, du fait notamment des goûts personnels du monarque.

  • Un profane divin !

    Février 2010. Une jaquette comme les autres. Photographe professionnel, beaux contrastes, Carmignola au premier plan, un Concerto italiano couleur terre de sienne inscrit dans une police moderne et ronde, qui ignore les empattements, les pleins et les déliés, les majuscules. Encore un superbe disque de Vivaldi, pense t-on mentalement, la joie et un je-ne-sais-quoi de blasé s'affrontant l'un l'autre l'espace d'un instant.

  • Et flûte ! (CPE Bach, Concerti – Kossenko, Arte dei Suonatori – Alpha)

    Ce deuxième et dernier volume des concertos pour flûte de C. P. E. Bach, attendu après un brillant premier, ne déçoit pas. Dès les premières mesures, le caractère enflammé, Strum und Drang, transparaît ; mais dès l’entrée du soliste on entend que le disque ne sera pas non plus uniforme.

  • "Mortels dieux, révérez la divine harmonie"

    Il a déjà été prouvé plusieurs fois que Bach ne pouvait assurément pas être humain, mais en réalité une incarnation de la musique ; nous ne nous attarderons donc pas à démontrer ce dernier point, pour davantage nous concentrer sur le quatrième tome des Concerts avec plusieurs instruments qu’Alpha et le Café Zimmermann consacrent au divin Cantor...

  • Un genre musical propre à l’éducation esthétique des dames…

    ... Voici le jugement, légèrement condescendant, que posait sur les œuvres de Tomaso Albinoni la plupart de ses contemporains. Il est vrai que, n’ayant ni le talent, ni la flamboyance, ni peut-être le goût du faste, des honneurs et des mondanités que Vivaldi ou Geminiani, celui qui se décrivait lui-même comme un simple dilettante veneto de musico di violino poursuivit une carrière discrète...

  • De l’insoutenable légèreté de l’être

    Sous l'égide de Bertrand Cuiller la musique s'apparente à une élégante conversation, un badinage mondain, plein de saillies spirituelles. Evitant les tempi trop lents, l'artiste offre une lecture jubilatoire et cursive des concertos pour clavecin de Bach, dont la texture est encore allégée par le recours à un soliste par parties.

  • Ma, dove sta la stravaganza ?

    A la première écoute, deux réflexions viennent à l’esprit : Tiens, un Vivaldi où le soliste n’est pas le violon, mais en général la flûte à bec et C’est curieux, j’avais cru lire Stravaganza sur la pochette ; or, en fait d’extravagances, le rendu semble plutôt timide et adouci.

  • Bienvenue à Mullova

    D’abord, pour amener un sourire appréciateur sur les lèvres du Très Haut et Très Puissant Messire le Rédacteur en chef qui supervise ces lignes, un bon point : l’ensemble de ces six concertos est bien exécuté sur des instruments d’époque, aussi bien chez les deux solistes que pour le reste du Venice Baroque Orchertra.

  • Mendelssohn serait content

    Le livret évoquait l’intime dialogue musical entre soliste et ensemble dans ces concertos pour clavecin que l'Accademia Bizantina a gravé chez Decca. L'ensemble, qui se produisait il y a quelques jours en concert s'était avéré peu convaincant chez Bach et excellent chez Vivaldi.

  • Vrombissements et gambades

    Ces concertos sont à la fois archiconnus, très aimés et très souvent enregistrés. À quoi bon une nouvelle intégrale de ce monument galant écrit pour prouver la culture gigantesque et l’habileté incomparable d’un Bach non exempt d’une pointe d’opportunisme ?

  • Nous voilà gâtés. Pratiquement au même moment, l'Opus 6 de Haendel fait l'objet de deux enregistrements on ne peut plus différents, et de très haut niveau. Disons-le tout net, si la prestation survitaminée d'Il Giardino Armonico (Decca) ne nous avait à ce point enthousiasmé, Martin Gester aurait obtenu une Muse d'Or...

  • L’avarice fait de bien beaux tableaux

    Il avait deux passions dominantes, l’avarice et les tableaux, mais seulement ceux qu’il pouvait obtenir sans payer. Sa garde robe était défraîchie, il allait toujours à pied, et donnait les prétextes les plus étranges pour expliquer à ses amis pourquoi il n’avait pas ce jour-là pris de voiture. Tel est le portrait peu laudatif que dresse Haendel de Corelli.

  • Rameau : le peintre, le poète

    Dans toute l’œuvre de Rameau, les Pièces de clavecin en concerts appartiennent à la caste des privilégiés. Enregistrées à de nombreuses reprises, elles ont fait objet d’un arrangement apocryphe en sextuor dès la fin du XVIIIe siècle, et semblent attirer toujours l’attention des mélomanes comme des musiciens.

  • Toucher la corde sensible

    Que dire de ces concertos pour violoncelle de Vivaldi, sinon qu'ils méritent amplement leur renommée ? Car voici le Prêtre Roux au sommet de son humanité et de son art, élégiaque et lyrique comme jamais dans ses Largo, fougueux dans ses Allegro, toujours à l'affut d'une mélodie aux contours amples et naturels.

  • Venise en héritage

    Il me faut passionner les gens pour la musique, tel est le credo d’Albrecht Mayer, qui a pris la direction du nouvel l'orchestre baroque New Seasons Ensemble (sur instruments d'époque), afin de livrer un récital de pièces choisies, écrites spécialement pour le hautbois ou le hautbois d’amour.

  • Toilettage réussi de concertos mille fois interprétés, dévoilement d’œuvres encore méconnues…

    Après le décapant Harnoncourt (Teldec), les échevelés Italiens (les deux versions de Biondi ou Il Giardino Armonico), revoici les Quatre Saisons, encooore les Quatre Saisons... ? La violoniste Amandine Beyer, responsable de cette nouvelle relecture, concède elle-même que cette œuvre fut l’une des plus enregistrées de Vivaldi...

  • Douceur italienne dans les brumes londoniennes

    Un choix de six concertos, composés par un Italien installé à Londres dès 1714, interprété par un ensemble britannique, et enregistré... sur des instruments d’époque, voilà qui allume une étincelle gourmande, intéressée et un peu nostalgique dans l’œil du mélomane baroqueux averti !

  • Star wars : a new Hope

    On nous pardonnera le jeu de mot facile et de bas étage. Mais à l'instant où nous prononçons le nom de Daniel Hope, nous imaginons déjà une partie de nos lecteurs, la bouche en cœur, soulevant un sourcil étonné à l'idée de trouver ici ce violoniste talentueux, élève de Menuhin, bien plus célèbre pour ses incursions chez Beethoven ou Mendelssohn que dans la Sérénissime du Prêtre Roux.

  • Le triomphe de la jeunesse

    Encore des concertos pour violon de Vivaldi !, vous direz-vous. Il est vrai que la Prêtre Roux fut un compositeur si prolifique et si cohérent dans son style que rien ne ressemble apparemment plus à un concerto pour violon vivaldien qu'un des Les mauvaises langues, déjà à l'époque, ricanaient de cette constance qui virait à la production de masse et à la re-utilisation de segments mélodiques jusqu'à ce qu'ils s'usent jusqu'à la trame.

  • « Une corbeille de primeurs » (F. M. Sardelli)

    Sous l'ombrelle de nouvelles découvertes, Federico Maria Sardelli nous convie à une plongée dans quelques-unes des pépites vivaldiennes ressuscitées depuis le lancement de la Vivaldi Edition en 2000. On y trouvera donc de nouvelles pièces désormais attribuées au Prêtre Roux provenant à la fois de la collection Foà-Giordano de Turin, et d'autres fonds européens.

  • Que d’eau, que d’eau !

    On est toujours particulièrement exigeants avec les "tubes". L'oreille, gorgée de références discographiques, de souvenirs de concerts, espère les délices d'une compagnie originale, personnelle, différente.

  • Mozart brisé, Mozart martyrisé mais Mozart libéré !

    Les concertos pour violon de Mozart… Cinq œuvres célébrées jusqu'à la trame, jouées, rejouées, rebattues jusqu'à la banalité et à l'indifférence. Et, en dépit de la jaquette du disque qui prétend que cette nouvelle interprétation sur instruments d'époque apporterait une nouvelle énergie et vitalité aux concertos...

  • Vous avez du feu ?

    Voici un enregistrement léger comme une bulle de champagne, et à la lisière du baroque et du classique. La basse continue est encore là, mais la simplicité mélodique, les crescendos, le côté galant et dépourvu de toute pompe nous rappelle que les perruques in-folio sont remisées au placard, que les femmes reçoivent en déshabillé, que les longues traînes des robes à la françaises se font encombrantes.

  • Nasillard, sensuel ou mystérieux

    De la famille des violes, celle dite « d’amour » est sans doute la moins connue. Créé vers la moitié du XVIIe siècle, cet instrument possède une sonorité bien particulière résultant du fait qu’il est accordé en accord parfait. A la fin du Seicento, six cordes métalliques passant sous la touche lui furent ajouté, réverbérant en quelque sorte les vibrations des cordes jouées, d'où leur nom de cordes sympathiques ...

  • “Je suis grand partisan de musique française, je l’avoue” Telemann, 1717

    Nous le savons bien à présent, Georg Philip Telemann fut un des compositeurs les plus appréciés de son temps et surtout, celui dont la plume fut particulièrement généreuse et inspirée ; on ne lui doit pas moins de 3600 œuvres répertoriées dont une centaine d’Ouvertures-suites fortement influencées par les compositions d’un certain Jean-Baptiste Lully dont Telemann demeura un grand admirateur et imitateur.

  • Raphaël : quatre consonnes, et trois voyelles

    Hum… oui… bon… m'enfin. Tels sont les mots qui viennent à la bouche du critique bredouillant et perplexe face à ce disque à la jaquette sublime, où un homme en bonnet (ressemblant à un vieux mandarin en chignon) passe devant un paysage de nuages ocres.

  • Tourbillon de notes et de sentiments

    Combien de versions des Quatre Saisons existe-t-il au juste ? De Nigel Kennedy aux allures de rock-star à Herbert Von Karajan dont le jeu langoureux ressemble davantage à du Schubert qu’à du Vivaldi, presque tous les grands chefs s’y sont essayés et aucun n’a réussi à vraiment imposer sa version comme l'ultime interprétation de ces concertos de l'opus 8...

  • Noir et Sévère
    27
    juin
    2007
    Noir et Sévère

    On retrouvera dans ces concertos pour clavecin de Bach une majorité de transcriptions, soit de concertos disparus pour violon ou hautbois (BWV 1055-1056), soit des célèbres concertos pour violons (BWV 1054, BWV 1058, BWV 1062) ou des Brandebourgeois (BWV 1057), soit d'œuvres d'autres compositeurs tels Vivaldi et son Estro Armonico (BWV 1065).

  • Un violon haute couture

    La Cetra (La Cène) est un recueil de concertos pour violon moins célèbre que l'opus précédent Il Cimento dell'armoni e dell'invenzione (celui qui contient Les Quatre Saisons), et moins audacieux que l'Estro Armonico opus 3.

  • Un archet bondissant

    Oui, on les a entendu mille fois, ces concertos pour violons de Bach. 1043, le concerto pour 2 violons, 1041 et 1042, les deux autres concertos pour violon seul. Ah, 1060 ? Il s'agit de la reconstitution hasardeuse d'une œuvre disparue que l'on connaît par sa transcription pour clavecin. De quoi remplir décemment le timing du disque.

  • Avoir un quatre à sec

    Les œuvres sont belles, on y sent l'Italie et sa lumière, ses charmes et ses sourires. Hélas, Reinhardt Goebel arrive avec son habituelle précision, et sa légendaire sécheresse. Les aqueducs se bouchent, les fleurs se fanent, le soleil disparaît.

  • Messieurs, la Cour !

    Voilà un CD de plus en plus difficile à trouver et qui constitue une sorte de condensé de la musique de cour de la Régence d'Anne d'Autriche et de son Mazarin. Toutes ses Suites d'Orchestre datent de 1650-1660 et sont destinées aux Vingt-Quatre Violons du Roi.

  • Mangeons en musique…

    Et non, l'œuvre de Delalande ne se résume pas à ses fanfares pour trompettes martiales et éculées, surjouées par les Jean-François Paillard et autres Paul Kuentz. D'une part, ses grands motets sont magnifiques, et d'autre part même les Symphonies pour les Soupers du Roi sont bien plus fines qu'on ne l'imagine.

  • Classico-baroque ?

    Scheibe vécu à Leipzig, Hamburg et Holstein avant de partir vivre au Danemark en 1740. Pour l'anecdote, il perdit un œil à l'âge de six ans dans l'atelier de facture d'orgues de son père. Le compositeur est connu pour être le partisan avant l'heure d'un style plus épuré, plus simple et plus mélodique, dont il a développé les thèses dans le périodique musical Der critische Musicus, fondé par lui en 1737.

  • Oui…non… m’enfin…

    Parfois, le sort est cruel avec Vivaldi, et on se prend à imiter les accents d'un John Hawkins acerbe dès 1776 sur les talents de compositeur du Prêtre Roux. Parfois le sort est cruel avec le Jardin Harmonique, et on se prend à imiter les accents d'un C. H. du temps de sa splendeur à Répertoire, lorsqu'il parachutait d'infâmes critiques réduisant des carrières en cendres avec plus ou moins d'à-propos mais sans se départir de sa verve inimitable.

  • Pas de marée sur la Tamise

    Les instrumentistes sont remarquables de justesse, cuivres y compris. Les tempi fluides et bien choisis. Mais que manque t-il donc à ces deux enregistrements pour véritablement emporter l'adhésion ? De la spontanéité, de la rugosité, quelques couacs de la part des cornistes (pas autant que chez Harnoncourt, Malgoire ou Niquet mais un peu quand même), plus de mouvement ?