Close

  • Kreuzige, kreuzige !

    Avril - mai 2011. Passion entière et passionnée, empreinte dès le départ d'un sentiment de malaise et d'instabilité, d'une soif de sang malsaine et d'une volonté destructrice. Telle est la vision, très noire et extrêmement tendue que propose Philippe Pierlot de cette œuvre déjà plus ramassée et descriptive que la Saint-Matthieu et que le chef parcourt avec un souffle puissant et démonstratif avec une théâtralité vigoureuse qui aurait sans doute effrayé les prudes autorités de Leipzig...

  • De la querelle des Anciens et des Modernes.

    Dès le dix-septième siècle la question du respect desdits Anciens, ou d’un art adapté au goût contemporain, tiraillait les foules. Nous passerons sous silence les longues querelles à coups d’œuvres, de traductions, de récritures, pour arriver au vingtième siècle, à son apogée, quand certains tentent de dépoussiérer les classiques, quand d’autres au contraire s’y tournent en cherchant véritablement les moyens de s’interroger sur leur forme, et la façon de les faire entendre.

  • On the road
    9
    mai
    2010
    On the road

    Mai-Juin 2010. Que peux contenir un luxueux digipack, doté d'un livret de 79 pages, et d'un généreux DVD bonus ? La dangereuse récidive de l'Arpeggiata de Christina Pluhar, soucieuse de poursuivre son voyage à travers les cultures, qu'il s'agisse des genres ou des continents.

  • Un peu, beaucoup, passionnément

    Juillet-Août 2009. 12 cycles de cantates, 46 passions... Pourtant, la postérité n'aura retenu de Telemann que laTafelmusik d'une joliesse décorative un peu versaillaise, comme si l'on réduisait Bach à ses Ouvertures. Et alors que s'amoncellent pour notre plus grand bonheur les intégrales de cantates de Bach, l'énorme leg des quelques 1400 cantates télémaniennes (TVWV 02:01 à TVWV 15:27 en comptant les sérénades et cantates profanes) reste encore à (re)découvrir.