Close

  • Publié dans : Concerts - Critiques
    Les divins poèmes de la douleur (Sabadus, Engeltjes, Il Pomo d’Oro – Salle Gaveau, 26/11/2014)

    La Salle Gaveau donnait un très bel aperçu des œuvres religieuses de la première moitié du XVIIIème siècle parmi les plus appréciées du public : le Stabat Mater de Pergolèse et le Nisi Dominus de Vivaldi. Bien que ces oeuvres sont régulièrement jouées, cette soirée était l’occasion de découvrir une nouvelle interprétation par deux jeunes contreténors à la colorature différente accompagnés par l’ensemble Il Pomo d’Oro.

  • Publié dans : Concerts - Critiques - Festivals
    Fantastique Fagioli… (Il Pomo d’or, Minasi, Fagioli, Froville, 13/06/14)

    Fondé en 2012, Il Pomo d’Oro s’est très vite imposé sur la scène baroque internationale notamment à Paris, Munich, Londres, Barcelone, Genève. L’ensemble tire son nom d’un opéra d’Antonio Cesti composé en l’honneur du mariage de l’empereur d’Autriche Léopold Ier avec Margarita Teresa d’Espagne à Vienne en 1666. Si l’opéra attire beaucoup cet ensemble, il raffole aussi de musique instrumentale comme l’atteste le programme de ce soir.

  • Publié dans : Concerts - Critiques - Festivals
    La jeunesse comme maître mot… (Le Palais Royal, Sarcos – Festival de Froville – 30/05/2014)

    La jeunesse sera bel et bien le fil conducteur de cette soirée comme vous pourrez vous en rendre compte tout au long de ce concert. Festif, chaleureux, exigeant : c’est ainsi que le chef d’orchestre Jean-Philippe Sarcos définit son ensemble Le Palais royal, qui réunit en son sein des instruments anciens et un chœur, ce soir, en l’occurrence un duo soprano/contre-alto.

  • Inflammatus
    6
    jan
    2014
    Inflammatus

    Sans faire de la mauvaise paraphrase biblico-freudienne, chacun trouveras en cet enregistrement ce qu’il est venu y chercher… L’œuvre, intense, magnifique, condensé et trait d’union entre l’Ancien et le Moderne, d’un équilibre qui attira l’attention de Bach lui-même qui l’adaptera (Psaume 51), ne se présente plus.

  • Chant ardent
    28
    mar
    2013
    Publié dans : Concerts - Critiques - Festivals
    Chant ardent

    Le concert du Jeudi Saint a eu lieu dans la salle de la Philharmonie Karol Szymanowski. Christophe Rousset, à la tête des Talens Lyriques, a donné un concert dédié à la Vierge Marie d’une grande intensité musicale. Autour du thème de la Mater Dolorosa, la Mère Douloureuse de Jésus, il a réuni dans un même programme plusieurs compositeurs italiens...

  • Publié dans : Concerts - Critiques
    « Mater Dolorosa » à Amsterdam

    On sait, quand on est un adepte des concerts proposés par le Concertgebouw d'Amsterdam, que la musique baroque y est bien présente et toujours servie par des interprètes de qualité. Les néerlandais semblent en être bien conscients d'ailleurs puisqu'ils sont nombreux et fidèles aux rendez-vous.

  • Pleins feux
    31
    déc
    2012
    Publié dans : CD / DVD - Critiques - Récital
    Pleins feux

    Le maestro Marcello Di Lisa nous propose ici un panorama ramassé mais assez complet de l'œuvre de Pergolèse, compositeur emporté par la tuberculose à l'aube de sa carrière musicale. L'enregistrement est structuré autour de quatre opéras sérias, avec leur ouverture, suivie d'extraits chantés par la mezzo Daniela Barcellona. Les ouvertures offrent le champ libre à l'orchestre Concerto de' Cavalieri pour donner la pleine mesure de son talent.

  • Publié dans : CD / DVD - Critiques - Récital
    « Remember me, but don’t remember my fate »

    Danielle de Niese, la soprano qui danse, ce fut pour beaucoup la Cléopâtre de Glyndebourne, mélange détonnant de sensualité, d’innocence et de rouerie. Dans la même veine, la femme fatale récidiva dans un Couronnement de Poppée sous la baguette d'Emmanuelle Haïm (Decca).

  • Protecteur des tremblements de terre

    Voici la suite du voyage de Claudio Abbado en terre pergolésienne. Après un Stabat Mater d’une beauté un peu froide et au classicisme épuré, le chef fait montre dans ce second volume d’une lecture plus idiomatique et plus contrastée, plus baroqueuse dirons-nous. La Missa S. Emidio du jeune prodige fut probablement composée pour la saint Emidius de l’année 1732 en l’honneur du patron et protecteur de la ville d’Ascoli Piceno suite au tremblement de terre des deux années précédentes.

  • « Que me dit ton silence après cette prière ? / Ta vertu tremble t-elle à se montrer entière » (T. Corneille, Darius, IV,1)

    Abbado ne quitte plus le destin tragique de Pergolèse, et ce troisième opus s'avère sans nul doute le plus énergique et le plus convaincant d'une quête commencée avec le fameux Stabat Mater et poursuivie par l'intéressante Missa S. Emidio que nous avons eu le loisir de chroniquer précédemment. Et pourtant, cet opus n'a pas le bénéfice des feux d'un Giuliano Carmignola, d'une Sara Mingardo ou d'une Veronica Cangemi, ni le prestige que confère une œuvre de référence que chacun se doit de connaître et d'apprécier pour briller lors d'un dîner en ville. Alors, pourquoi la Muse étreint-elle tant cet enregistrement ?

  • Publié dans : CD / DVD - Critiques - Opéra
    Pergolèse entre seria et bouffe

    Fauché à la fleur de l'âge par la maladie (probablement la tuberculose), Giovanni Battista Pergolesi n'eut guère de temps pour contribuer au répertoire lyrique baroque. Ses rares productions se distinguent toutefois par leur raffinement musical. Cette grande qualité intrinsèque est probablement à l'origine de la notoriété du compositeur, qui a résisté à l'oubli où étaient tombés les compositeurs baroques au XIXème siècle et au début du XXème. En 2010, la Fondation Pergolesi Spontini entreprit d'enregistrer l'ensemble des oeuvres parvenues jusqu'à nous du compositeur (soit quatre opere serie, deux intermezzi, et deux comédies)...

  • Terriblement classique…

    Par-delà une jaquette bleue où l'esprit s'imagine la baie de Naples, le premier volet de la trilogie que Claudio Abbado consacre à Pergolesi (dont on célèbrera en 2010 le 300ème anniversaire de la naissance) constitue un mystère. Mystère que cette lecture infiniment classicisante, d'une perfection lisse, d'une tenue élégante et insaisissable et où les solistes sont exemplaires, ce qui est d'autant plus remarquable qu'il s'agit d'un enregistrement de concert. Et pourtant, mystère aussi que le peu d'attrait qu'exerce le Stabat Mater trop équilibré de ce disque .

  • Enfin une version à emporter sur l’île déserte !!!

    L'œuvre déchaînait déjà l'enthousiasme dès le XVIIIème siècle en raison de la mort précoce de son auteur. Composé à la demande du Duc de Maddaloni, le légendaire Stabat Mater devait remplacer celui de Scarlatti en l'église Santa Maria dei Sette Dolori, à Naples. Il en conservait l'effectif : soprano, contralto, cordes et basses continue. Pergolesi acheva dans cette oeuvre la réunion du style antico et du stile moderno, juxtaposant ou fusionnant tour à tour archaïsme et modernité.

  • Pergolesi revisité.

    On connaissait les talents de Bach dans les procédés de la parodie (ré-utilisation/ réadaptation d'un matériel préexistant) et de la transcription, que ce soit de ses propres œuvres ou de celles de ses contemporains. De nombreuses cantates profanes ont été ainsi transformées...

  • Moi, j’ai dit « bizarre » ? Comme c’est bizarre…

    D'abord, une exécution du Stabat Mater de Pergolèse avec un contre-ténor et un enfant soprano n'a aucune réalité historique. Ensuite, pourquoi diantre accumuler les difficultés de tessitures pour les deux chanteurs ? Pour le panache ? Pour la musique ? Pour l'aventure ?