Close

  • Une nation de musiciens

    On oublie trop souvent que l’Espagne est une nation de musiciens au même titre que l’Italie, la France ou l’Allemagne. De nombreux compositeurs essentiels se sont succédés et ont contribué aux grandes mutations de la musique européenne : Diego Ortiz, Tomas Luis de Victoria, Juan Bautista Cabanilles, Antonio Soler, Isaac Albeniz, Manuel de Falla…

  • Publié dans : CD / DVD - Critiques - Opéra
    « Parmi les morts, il y en a toujours quelques-uns qui désolent les vivants. »

    C’est en ces termes ambigus que Diderot fait parler Jean-François Rameau dans sa Satire Seconde, plus connue aujourd’hui sous le titre de Neveu de Rameau.

  • « L’amour le plus parfait n’est pas le mariage. » Pierre Corneille, La galerie du palais

    Le mariage est une célébration religieuse, cela est entendu. Mais les réjouissances ne se font pas qu’à l’église, et le présent programme mêle des œuvres destinées à l’office — la cantate de Böhm et celle de Johann Sebastian Bach — à d’autres qui évoquent davantage les festivités familiales qui le suivait.

  • "On peut et on doit dire que voyla de la bonne et de l’excellentissime musique rien n’y manque qu’une bonne execution"

    La musique de chambre de Couperin est à l’honneur : deux versions des sonates en trio du claveciniste paraissent en quelques semaines : ce fut d’abord l’intégrale des Nations par le jeune ensemble Les Ombres (Ambronay éditions), et voici maintenant les versions premières des sonades, seules (sans les danses qui les suivent dans les Nations), par les Dominos.

  • « Deux oisillons chantaient à l’enfant-soleil… »

    L’hagiographie nous apprend que la dépouille de Saint-Jacques – premier apôtre martyr - fut ensevelie dans les terres de Galice, après que ses compagnons fuyant la Palestine avaient été guidés par un ange jusqu’en ce champ de l’étoile (campus stellae).

  • De l’intérêt d’un retour aux sources

    Instrument aujourd’hui encore confidentiel, le basson baroque, tel qu’on le connait dans sa forme en quatre parties, fut conçu en France au cours de la seconde moitié du XVIIème siècle. Les pays voisins s’en emparèrent bien vite, c’est ainsi que jusqu’à la fin du siècle suivant, le basson français cohabita avec ses prédécesseurs monoblocs issus de la Renaissance, appelés dulzian en Allemagne et fagotto en Italie.

  • A fond…
    31
    déc
    2010
    A fond…

    Les catalogues sont souvent des mets de choix, reflets choisi du savoir-faire du chef invitant à parcourir les autres plats de la carte. Cette compilation Aus der Tiefe ne déroge heureusement pas à la règle et vient nous replonger dans les heureux méandres de la nostalgie musicale.

  • Cantica Sacra
    31
    déc
    2010
    Cantica Sacra

    Des Cantica Sacra, l’auditeur se souvient peut-être qu’un enregistrement en avait été donné par le Ricercar Consort en 1992, avec entre autres Greta de Reyghere, Hervé Lamy, et Max Van Egmond, Philippe Pierlot et Sophie Watillon… Enregistrement d’ailleurs publié chez Ricercar, comme le présent : que l’on ne s’y trompe pas, celui-ci n’est pas une réédition de l’ancienne version.

  • « Le déguster comme un bon vin »

    Après sa dernière escapade mystique en terre orientale (Laudes, Zig Zag Territoires), Doulce Mémoire renoue par cet enregistrement avec la musique à danser du XVIème siècle qui a marqué ses débuts. Période florissante et généreuse, la Renaissance a permis aux différents divertissements de prendre un essor considérable.

  • Musiques de la Ville Rouge

    On connait assez mal les musiques de la brumeuse Europe du Nord, passées les Îles Frisonnes, la venteuse Héligoland et les côtes voisines du Danemark il est d'usage de croire à un désert primitif et obscur. Mais, au lendemain de la terrible et sanglante Guerre de Trente Ans (1618-1648), l'Allemagne et le monde baltique ont développé un style musical propre.

  • Une musique à se damner

    Les motets de Giovanni Felice Sances, ressemblent à tout sauf à l’idée qu’un esprit contemporain pourrait se faire de la musique d’église. L’austérité, la gravité, ne sont pas de mise dans ses compositions. Car il y met en œuvre le principe essentiel de la Contre – Réforme : séduire le pêcheur corrompu en lui faisant entendre une musique céleste voluptueuse, lui apportant la félicité éternelle.

  • Ay, ay !
    31
    déc
    2010
    Publié dans : CD / DVD - Critiques - Récital
    Ay, ay !

    Derrière les sonorités du Sud de Matheo Romero se cache en réalité le Liégeois de naissance Matthieu Rosmarin, dont le nom fut ibérisé vers 1594 lors de sa promotion comme chantre adulte à la Capilla flamenca de Madrid créée dès 1516. Bien en cour et musicien de talent, Romero fur nommé directeur de la Chapelle par Philippe III.

  • Une jeune fillette…

    Ce Concert des violes a pour objectif de nous dévoiler une "anthologie du répertoire destiné aux ensembles de violes en France" de la fin du XVIème siècle à l'ultime opus qui leur est explicitement dédié, le Concert pour quatre parties de violes de Charpentier. Loin de l'idée reçue du consort de violes typiquement élisabethain, et de la musique pour viole française réduite à François Couperin, Monsieur de Sainte-Colombe, Marin Marais et Antoine Forqueray, Andrea De Carlo a cherché à puiser dans le répertoire instrumental du Grand Siècle, dans les danses et fantaisies...

  • Publié dans : CD / DVD - Critiques - Récital
    Rendez-moi Ledroit

    Avec ce CD s'achève la réédition des enregistrements d'Henri Ledroit chez Ricercar, et cette critique est presque inutile, car elle ne sera pas lue. En effet, les admirateurs du regretté contre-ténor se jetteront sur cette nouvelle parution - à moins qu'ils ne possèdent déjà ces pièces dans d'autres anciennes éditions - sans se poser plus d'interrogations.

  • Nunc gaudere licet

    Les Humeurs d’Orlande, qui est le sous-titre que propose Jean Tubéry à ce programme composé de motets de trois à six voix, pour la plupart inédits au disque, en révèle peut-être un peu plus sur cet enregistrement dont le titre premier peut frapper par son austérité.

  • Amour me paict d’une telle Ambroisie.

    L’originalité, la fantasquerie et l’espièglerie de Roland de Lassus ne sont plus à démontrer — chaque nouvelle écoute du compositeur nous le prouve et révèle une fois de plus. Sa reconnaissance en son temps comme le plus que divin Orlande (dixit Monsieur de Ronsard in person), ainsi que son influence, sont également indéniables.

  • Ma, dove sta la stravaganza ?

    A la première écoute, deux réflexions viennent à l’esprit : Tiens, un Vivaldi où le soliste n’est pas le violon, mais en général la flûte à bec et C’est curieux, j’avais cru lire Stravaganza sur la pochette ; or, en fait d’extravagances, le rendu semble plutôt timide et adouci.

  • Contemplatif et ciselé

    Voici réunis dans un même coffret deux enregistrements sans doute conçus séparément (ce que semblent indiquer les deux dates de réalisation). Pourtant, le rapprochement de cet obscur Sebastiani et de Schütz est sans doute justifié : le sujet est le même – le cycle christique –, la période, commune, et le style proche.

  • Un bal démasqué
    31
    déc
    2009
    Un bal démasqué

    Voilà encore un compositeur bien énigmatique qui pourrait aisément prétendre au Panthéon des illustres inconnus peuplant la sphère musicale du XVIIe siècle. Bartolomé de Selma y Salaverde naquit en Espagne à la fin du XVIe siècle, d'un père musicien à la Chapelle royale ; l'on ne possède en vérité que bien peu d'informations au sujet de sa formation et savons seulement qu'il voyageait entre les chapelles autrichiennes (Cour de Habsbourg) et Venise où il côtoya probablement Monteverdi, Dario Castello ou encore Biagio Marini.

  • Un caprice des dieux

    Carlo nous a roulé dans la farine. Nous ne connaissons pas même sa date de naissance, qu'on imagine formé à Mantoue où il aurait passé sa jeunesse musicale aux côtés de Monteverdi, Rossi ou Buonamente, assisté à la création de l'Orfeo, voire accompagné le grand Claudio dans son périple vénitien.

  • Pantaleon et tangentenflügel (Guides des instruments anciens – Ricercar, 2009)

    C'est une idée que nous caressions depuis quelques temps. Un sorte de CD-Rom ou de livre-disque qui permettrait aux curieux d'enfin connaître les détails des instruments anciens et baroques, et d'en apprécier en même temps les sonorités à travers des exemples musicaux. Eh bien, Ricercar l'a fait.

  • Publié dans : CD / DVD - Critiques - Opéra
    "Redouble les flammes et les feux, pour ce jour mémorable" (Acte I, scène 1)

    CD événement, en luxueux digipack sous fourreau, et dont la gloire est troublée par la parution quasi simultanée du DVD choc du Cadmus & Hermione de Vincent Dumestre et Benjamin Lazar chez Alpha. L'Orfeo de Caccini s'inscrit dans le bouillonnant contexte de la naissance de l'opéra, dans cette trouble période de l'avant-Orfeo de Monteverdi, insuffisamment explorée.

  • Aimantes religieuses

    En 1349, alors que la Peste Noire s'abat sur l'Europe répandant ses linceuls et sa pourriture, il est décidé à Tournai qu'une messe cum nota (chantée) sera interprétée quotidiennement. Ainsi, un clerc et cinq chantres se rassemblaient, au matin, dans la partie sud du transept...

  • « Tandis que des soldats, de moments en moments, Vont arracher pour lui les applaudissements »(Racine, Britannicus, IV, 4)

    Le marketing a parfois du bon. Car qui s'intéresserait réellement à un disque intitulé Regna Triumphalem à 12 voix et Missa super Dominis Regnavit à 16 voix ? Pourtant, il s'agit bien-là des deux compositions principales sur lesquelles se fonde cette reconstitution fastueuse du Couronnement de l'Archiduc Mathias, frère de Rodolphe II, en 1612.

  • L’Alchimie élisabétaine

    Recueil manuscrit pour brocken consort, la formation musicale sans doute la plus répandue et populaire dans l’Angleterre élisabéthaine, les pages du Walsingham consort book présentent exceptionnellement les différentes parties instrumentales des morceaux...

  • Danse avec les fous

    Peu de témoignages de musique instrumentale médiévale d'avant l'apparition de la polyphonie nous sont parvenus. En outre, le système de notation de l'époque, qui ne mentionne souvent que les hauteurs de sons mais non leur durée, laisse une très grande marge d'interprétation.

  • Miam, on en reprendrait bien un cornet

    Bon, les notes de programme sont peu flatteuses pour Monteverdi : Avec de tels musiciens [Marini et Castello], Monteverdi pouvait être assuré d'avoir à sa disposition les meilleurs spécialistes du genre, ce qui explique peut-être pourquoi il a si peu composé pour les instruments.

  • Le second visage de Domenico Scarlatti

    Qui l'eut cru ? L'on connaissait Domenico Scarlatti, le virtuose du clavier, célèbre pour son écriture audacieuse et novatrice, précurseur du style galant dans ses cantates. On le comparait souvent à son père Alessandro, grand maître de l'oratorio dans une querelle filiale des Anciens et des Modernes.