Close

  • Plus doux que les roses…

    Vous aurez bien du mal à trouver ce disque, au minutage d'ailleurs assez chiche (33-tours oblige), mais c'est une petite merveille de musicalité et de délicatesse. Si Paul Esswood n'a jamais pu maîtriser ce vibratello constant qui le caractérise, il a réussi à transformer ce handicap en grand art.