Close

  • « O che nuovo stupor »

    Septembre 2009. Pour célébrer les 50 ans de la mythique collection Das Alte Werk de Teldec (désormais partie intégrante du groupe Warner), le label a décidé de rééditer son catalogue avec de nouvelles jaquettes, avec à la fois les enregistrements historiques (les anciens Teldec marrons puis crème), et les nouveaux enregistrements (ex-jaquettes blanches).

  • Belle marquise, vos yeux me font mourir d’amour…

    Cet enregistrement figure ici avant tout pour sa valeur historique : il s'agit en effet du premier disque du Concentus Musicus Wien, enregistré en 1963. Pourtant, les qualités musicales n'y font pas défaut.

  • Noir et Sévère
    27
    juin
    2007
    Noir et Sévère

    On retrouvera dans ces concertos pour clavecin de Bach une majorité de transcriptions, soit de concertos disparus pour violon ou hautbois (BWV 1055-1056), soit des célèbres concertos pour violons (BWV 1054, BWV 1058, BWV 1062) ou des Brandebourgeois (BWV 1057), soit d'œuvres d'autres compositeurs tels Vivaldi et son Estro Armonico (BWV 1065).

  • Publié dans : CD / DVD - Critiques - Récital
    L’humanité en Cathy mini

    L’autre jour, en nous perdant dans les rangées de disques qui parsèment nos locaux, nous sommes tombés sur Cathy Berberian sings Claudio Monteverdi. La jaquette était hideuse dans son alliance de bleu et de rose, orné d'une grosse fibule qui était en réalité une sorte d'horloge de table. En outre, une partie du récital n’est de plus constituée que d’extraits des enregistrements de l’Orfeo ou du Couronnement de Poppée où la soprano incarnait respectivement avec une humaine fragilité la Messagère du malheur ou l’Impératrice répudiée...

  • Un Bach méconnu
    27
    fév
    2006
    Un Bach méconnu

    On doit à la monumentale initiative de Teldec la Valise Bach 2000 qui célèbre les 250 ans de la mort du Cantor de Leipzig par l'intégrale discographique de ses oeuvres (excepté quelques chants du Schmelli Gesangbuch). Un des cubes modernes et disgracieux de cette remarquable discothèque est consacré aux cantates profanes de Bach.

  • Luth et approuvé

    Après la version d'Hopkinson Smith d'un optimisme dansant (Naïve) au sujet de laquelle nous avions en quelques lignes fait connaître notre admiration, le jeu sympathique mais moderne de Boels (Calliope) chroniqué par notre consœur ce mois-ci nous a conduit à nous replonger dans notre discothèque pour en exhumer cet enregistrement remarquable et trop peu distribué.

  • Pour les adorateurs du "Pape du Baroque" seulement

    Que ceux qui apprécient la délicatesse galante des mélodies françaises de la période du Bien-Aimé passent leur chemin, voici venir du fond des tiroirs de Teldec cet enregistrement antédiluvien qui prouvera aux détracteurs des interprétations sur instruments d'époque (ce ne sont pas des copies ici) que...

  • Oui…non… m’enfin…

    Parfois, le sort est cruel avec Vivaldi, et on se prend à imiter les accents d'un John Hawkins acerbe dès 1776 sur les talents de compositeur du Prêtre Roux. Parfois le sort est cruel avec le Jardin Harmonique, et on se prend à imiter les accents d'un C. H. du temps de sa splendeur à Répertoire, lorsqu'il parachutait d'infâmes critiques réduisant des carrières en cendres avec plus ou moins d'à-propos mais sans se départir de sa verve inimitable.

  • Réservé aux passionnés de flûte à bec.

    Elève de Lully, compositeur renommé pour ses tragédies lyriques (surtout Alcyone) et ses pièces de violes de gambe, Marais fit également paraître un recueil de Pièces en trio pour les flûtes, violons et dessus de viole avec la basse continue en 1692. Très proches du modèle des Concerts Royaux de Couperin, ces courts morceaux , regroupés sous forme de suites de danse, furent sans doute composés pour les mêmes occasions...