Close

  • Douceur italienne dans les brumes londoniennes

    Un choix de six concertos, composés par un Italien installé à Londres dès 1714, interprété par un ensemble britannique, et enregistré... sur des instruments d’époque, voilà qui allume une étincelle gourmande, intéressée et un peu nostalgique dans l’œil du mélomane baroqueux averti !

  • Bowman à son sommet

    Dès les années 1980, les critiques musicaux, espèce cruelle et cynique, ont gribouillé des piques acerbes sur le déclin de James Bowman. Pourtant, même déclinant, le légendaire contre-ténor continuait aisément à remonter les bretelles de beaucoup... Pourquoi donc cette méchanceté ? Tout simplement parce que James Bowman était encore plus merveilleux auparavant.

  • Un archet bondissant

    Oui, on les a entendu mille fois, ces concertos pour violons de Bach. 1043, le concerto pour 2 violons, 1041 et 1042, les deux autres concertos pour violon seul. Ah, 1060 ? Il s'agit de la reconstitution hasardeuse d'une œuvre disparue que l'on connaît par sa transcription pour clavecin. De quoi remplir décemment le timing du disque.

  • Publié dans : CD / DVD - Critiques - Opéra
    Christie vs. Hogwood pour un Orlando élégiaque

    Orlando est assurément l'un des opéras les plus originaux de Händel. Le livret, tiré du Roland Furieux de l'Arioste, sera bientôt suivi par 2 autres volets tout aussi réussis : Ariodante et Alcina. Orlando relate l'histoire classique du preux paladin Roland passionnément épris de la reine Angélique.