Close

  • En un mot, vivant
    31
    déc
    2012
    En un mot, vivant

    Pour les violistes, Monsieur de Machy fait souvent figure de mystère. Dans cet avant Marais qui marque l’histoire de la musique pour viole soliste, il est le seul à avoir publié sa musique devançant en cela d’un an son illustre contemporain. Pourtant, ces Pièces de viole pour viole seule, en notation sur portées et en tablatures sont rarement jouées, et encore plus rarement enregistrées.

  • Si c’est pour lui faire de beaux enfants…

    Mars 2010. Voici un CD qui aurait pu passer aussi inaperçu qu’un garde suisse fermant une grille versaillaise, qu’un courtisan cherchant une chaise d’affaire, qu’un solliciteur faisant les cent pas devant l’Aile des Ministres. Un digipack élégant mais neutre, un label peu connu et difficilement trouvable en grandes enseignes, une œuvre très, trop fameuse.

  • Une jeune fillette…

    Ce Concert des violes a pour objectif de nous dévoiler une "anthologie du répertoire destiné aux ensembles de violes en France" de la fin du XVIème siècle à l'ultime opus qui leur est explicitement dédié, le Concert pour quatre parties de violes de Charpentier. Loin de l'idée reçue du consort de violes typiquement élisabethain, et de la musique pour viole française réduite à François Couperin, Monsieur de Sainte-Colombe, Marin Marais et Antoine Forqueray, Andrea De Carlo a cherché à puiser dans le répertoire instrumental du Grand Siècle, dans les danses et fantaisies...

  • Concerts à deux violes inégalables

    Voici une critique bien tardive et que nous avions prévu pour l'été. Mais l'écoute de ce monument discographique de près de huit heures méritait bien qu'on prenne le temps nécessaire, et il eut été malhonnête de chroniquer cette intégrale unique des Concerts à deux violes esgales de Sainte-Colombe (sans doute le Parisien Jean de Sainte-Colombe comme les recherches de Jonathan Dunford tendent à le prouver) sans en avoir admirer toutes les facettes.

  • Un "coup d’archet démoniaque"

    Marais fut l'élève de Lully (voyez son Alcyone) et de Sainte-Colombe. De ce dernier, il acquit une maîtrise du jeu et de la composition de la basse de viole époustouflante. Titon du Tillet affirme d'ailleurs qu'au bout de six mois l'élève avait surpassé le maître... L'oeuvre de viole de Marais fut publiée en cinq livres entre 1686 et 1725.

  • Un disque de rêve

    De rêve mais aussi de regrets. Regrets devant le destin qui nous a privé d'une si grande violiste. Admiration aussi devant cette technique virtuose qui passerait presque inaperçue, si on ne connaissait pas tous les pièges de la partition tant l'archet de Sophie Watillon enchaîne les mesures avec aisance.