Close

  • Il n’en fait qu’au quintette (2)

    L’on connait déjà l’habile savoir faire de l’Europa Galante (qui fêtera ses vingt ans l’an prochain) grâce notamment à ses interprétations sulfureuses mais terriblement sensuelles des Concerti de Vivaldi. L’orchestre de Fabio Biondi nous offre ici de découvrir les Quintettes à cordes d’un compositeur dont l’on ne rattache trop souvent le nom qu’à son seul Menuet du quintette à deux violoncelles en mi Majeur

  • Tourbillon de notes et de sentiments

    Combien de versions des Quatre Saisons existe-t-il au juste ? De Nigel Kennedy aux allures de rock-star à Herbert Von Karajan dont le jeu langoureux ressemble davantage à du Schubert qu’à du Vivaldi, presque tous les grands chefs s’y sont essayés et aucun n’a réussi à vraiment imposer sa version comme l'ultime interprétation de ces concertos de l'opus 8...

  • Le Crépuscule des Dieux

    Oh là là ! A la première écoute, on se demande si c'est bien Monica Huggett qui joue : elle que l'on a connu si légère avec Ton Koopman, radieuse avec Manfredo Kraemer... La violoniste traverserait-elle une crise de déprime ?

  • Campra se retourne dans sa tombe (bis repetita)

    Plusieurs années auparavant, William Christie avait ressuscité avec faste et élégance Idioménée du même compositeur aixois. De même, notre Bill national avait brillé dans divers grands motets dont ceux de Delalande, de Mondonville ou de Rameau. On espérait donc beaucoup de ce nouvel enregistrement.

  • Enfin une version à emporter sur l’île déserte !!!

    L'œuvre déchaînait déjà l'enthousiasme dès le XVIIIème siècle en raison de la mort précoce de son auteur. Composé à la demande du Duc de Maddaloni, le légendaire Stabat Mater devait remplacer celui de Scarlatti en l'église Santa Maria dei Sette Dolori, à Naples. Il en conservait l'effectif : soprano, contralto, cordes et basses continue. Pergolesi acheva dans cette oeuvre la réunion du style antico et du stile moderno, juxtaposant ou fusionnant tour à tour archaïsme et modernité.

  • Un violon haute couture

    La Cetra (La Cène) est un recueil de concertos pour violon moins célèbre que l'opus précédent Il Cimento dell'armoni e dell'invenzione (celui qui contient Les Quatre Saisons), et moins audacieux que l'Estro Armonico opus 3.

  • Une interprétation bouleversante.

    Les motets enregistrés ici appartiennent au genre du petit motet et datent de la fin du règne de Louis XIV. On y retrouve le style français un peu maniéré lié dans une intime alchimie à des passages italianisants. Les accompagnements instrumentaux sont discrets et élégants, souvent confinés à des violons ou des flûtes allemandes.

  • Un oratorio politique

    Pour un oratorio, Sedecia a tout de l'opéra. L'absence de choeur, les innombrables airs de bravoure, l'ambiance martiale puis pathétique de l'oeuvre confirment ce que laissait pressentir une partition aux timbales et trompettes rutilantes. Gérard Lesne est au mieux de sa forme et se taille la part du lion avec son incarnation magnifique du rôle-titre. A ses côtés, les autres solistes se surpassent. On remarque notamment les débuts prometteurs du très jeune Philippe Jaroussky, sans citer les belles performances de Peter Harvey et Mark Padmore, habitués de ce répertoire et toujours aussi excellents.

  • Dear pretty youth…

    Pour changer un peu des contre-ténors (incontournables Alfred Deller ou Paul Esswood, par exemple), voici un double coffret qui nous propose la réédition économique de nombreuses Chansons de Purcell, et d'extraits de ses musiques de Scène, notamment le lamento de Didon. Hélas, comme c'est le cas dans cette collection, le livret est absent, mais cela n'empêche pas d'admirer le timbre diaphane et cristallin de Nancy Argenta dans l'un de ses enregistrements les plus aboutis.