Close

  • Publié dans : CD / DVD - Critiques - Opéra
    Le beau doublé du chevalier Glück à Amsterdam

    Arrivé à Paris à l'automne 1773 à l'instigation de sa protectrice la Dauphine Marie-Antoinette et soutenu par Antoine Dauvergne qui était alors l'un des Directeurs de l'Académie Royale de Musique, le chevalier Glück était venu en France avec le grand dessein de renouveler le genre de la tragédie lyrique française.

  • Publié dans : CD / DVD - Critiques - Récital
    Une mezzo au royaume du baroque français au XVIIIème siècle

    Quel plus improbable équipage pour explorer le répertoire français du XVIIIème siècle qu'un chef anglais (certes, assurément le plus français de tous !) et une mezzo suédoise formée à Londres ? Car la tragédie lyrique française exige à peu près la même maîtrise de la diction de la langue que le théâtre de Racine ou de Corneille.

  • Publié dans : CD / DVD - Critiques - Récital
    Savoir prendre de la Otter

    Nous avouons compter parmi les inconditionnels d'Anne Sofie von Otter. Tout était ici réuni pour notre plaisir, la sublime musique du Kantor, la voix de caméléon d'Anne Sofie, la légèreté aérienne et piquante du Concerto Copenhagen... Et malgré l'indéniable qualité du résultat, voilà un enregistrement qu'on ne parvient pas à adopter, qu'on ne s'approprie pas vraiment, et qu'on hésite à qualifier de demi-succès.

  • Publié dans : CD / DVD - Critiques - Opéra
    Une interprétation révolutionnaire pour l’un des plus beaux opéras italiens de Händel.

    Marc Minkowski, que l'on connaissait pour sa réussite dans le domaine de l'opéra français (Rameau, Lully...), se lance donc dans l'aventure handelienne avec sa fougue et son énergie habituelles. Les interprètes sont remarquables dans l’ensemble : Anne Sophie von Otter est tour à tout radieuse et pathétique, Lynne Dawson chante avec naturel et grâce...

  • Publié dans : CD / DVD - Critiques - Opéra
    « Come dolci, Signor, come soavi…

    ...riuscirono a te, la notte andata, di questa bocca i bacci, murmure Poppée l'intrigante, c'est-à-dire As-tu trouvé assez doux et suaves, la nuit dernière, les baisers de ma bouche, seigneur, et voilà Néron ferré, éperdu d'amour, prêt à sacrifier son maître Sénèque, sa femme Octavie et l'Empire.

  • Publié dans : CD / DVD - Critiques - Opéra
    « Toi aussi, Minkowski ? »

    Après la révolution Ariodante et l'excellent Hercules (Archiv), on attendait beaucoup de le sortie de Giulio Cesare par le maître grenoblois. Ce long opéra possède un livret peu conventionnel puisqu'il relate sous forme d'épopée héroïque les aventures égyptiennes de César chez le fourbe Ptolémée XIV et la douce Cléopâtre.