Close

Vermeer sur tatami (Exposition Louvre du 21 Février 2015 au 1er Juin 2015, Tokyo)

22 mars, 2015

Vermeer sur tatami

Exposition Louvre : Peinture de genre, scènes de la vie quotidienne
du 21 Février 2015 au 1 Juin 2015, National Museum Art Center, Tokyo, Japon

 

affiche_tokyo

Contrairement à ce qu’on peut lire ça et là, si c’est bien la première fois que l’Astronome ira visiter l’archipel nippon, les visites du peintre de Delft ne sont pas si rares en ces contrées et on avait par exemple pu récemment voir Scarlett Johansson (pardon, La jeune fille à la perle) en 2012 au the Tokyo Metropolitan Art Museum. Et pour tout dire, la probabilité de voir tourner les chefs-d’œuvres de Vermeer est bien plus élevée à Tokyo qu’à Paris (cf. annexe), ou il faut remonter à 2009 pour que la Pinacothèque fasse venir La Lettre d’Amour…

Mais revenons au commencement : l’exposition actuellement présentée au National Museum Art Center de Tokyo, avec Vincent Pomarède comme commissaire, réunit 83 œuvres de l’Antiquité au XIXème siècle, autour du thème des scènes de genre. Le sujet fait la part belle à la peinture flamande et hollandaise, mais aussi au XVIIIème, et rassemble des « second couteaux » (Jean Michelin, Martin Drölling, Constant Troyon), mais surtout beaucoup de grandes signatures parmi lesquelles Bruegel, Rembrandt, Titien, Vermeer, Teniers, Murillo, Titien, Watteau, Chardin, Boucher, Tiepolo (et quelques XIXèmistes classiques Millet, Delacroix ou Corot). L’on voit que le champ chronologique est large, ce que permet l’habile thème, certes un peu facile, mais fédérateur. On regrettera que les cartouches et légendes soient bien brefs, mais la qualité des œuvres compense cette relative déception, et que la langue française soit absente, alors qu’une ligne de plus sur les cartels dans la langue de Molière aurait ravi les Japonais si francophiles. En outre, rien – hors le catalogue – n’explique plus en détail l’histoire du Louvre et de ses collections. Sentiments mitigés, donc, face à ce panorama de qualité, d’une époustouflante beauté, mais où le volet scientifique aurait pu être approfondi.

De surcroît, envoyer aux antipodes des chefs d’oeuvre incontournables (L’Astronome de Vermeer – l’un de deux seuls tableaux du Maître que Paris détient -, La Femme au Miroir du Titien, le Prêteur et sa femme de Metsys, sans parler  de La Sainte Famille de Rembrandt) apparaît problématique pour les visiteurs venus des quatre coins de la planète pour visiter notre Pyramide, sans mentionner les problématiques de fragilité des œuvres, et d’un éprouvant décrochage/transport/déballage de haut vol. Ajoutons que le Louvre n’a pas communiqué sur son site la liste intégrale des œuvres absentes, dont par exemple l’une des rares natures mortes de Baugin (qui en a peint seulement quatre dont 2 conservées au Louvre, une à Rennes et la dernière à Rome) mais que le catalogue Internet précise que « Cette oeuvre n’est pas visible actuellement dans les salles du Musée » lors d’une requête ciblée. Plus d’information eut été bienvenu.

vermeer_astronome

Johannes Vermeer, L’Astronome ou L’Astrologue, huile sur toile, 51 × 45 cm, vers 1668 © Musée du Louvre / RMN

Pour en revenir à Tokyo, l’exposition est scindée en grandes salles par thèmes : origines antiques, « la peinture de genre » (un peu fourre-tout), métiers, scènes allégoriques, scènes galantes, nature, femmes en intérieur, l’artiste en son atelier. Les œuvres sont bien éclairées de manière zénithale artificielle par des plafonds blancs à caissons, et l’on évite heureusement le déplorable effet « joaillerie » à la mode avec des salles plongées dans la pénombre illuminées de spots agressifs . Les tableaux phares bénéficient d’un accrochage sur fond de couleur bleu qui les met en valeur, tandis que le Japon, toujours si organisé, a mis en place un ingénieux système de gestion des foules pour l’Astronome : une file mouvante sur une rangée passe devant le tableau (interdiction de s’arrêter) tandis que juste derrière une barrière les autres visiteurs peuvent s’attarder. Ce n’est pas idéal, la frustration se partageant entre les secondes loges ou la brièveté, mais canalise la foule admirative.

murillo_mendiant

Bartolomé Esteban Murillo (Séville, 1618 – Séville, 1682), Le Jeune Mendiant, vers 1645-1650, 1,34 x 1,10m., Collection de Louis XVI (acquis en 1782) © Musée du Louvre / RMN

Comme évoqué précédemment, le propos et de voir au fil de l’eau l’émergence de la peinture de genre, et plus précisément des scènes quotidiennes, de cet « éloge du quotidien » cher à Todorov. Toutefois, la sélection est bien plus large, puisqu’elle inclut des scènes allégoriques ou sacrées et même un projet de transformation de la Grande Galerie de Louvre par Hubert Robert… On retouche là du doigt le fil conducteur un peu ténu de cette immersion pourtant réussie, mais qui eut pu tout aussi bien s’appeler « Marchands, galants voyageurs et paysans : chefs d’oeuvre du Musée du Louvre » avec plus d’honnêteté. Vincent Pomarède introduit comme suit  le sujet :

« En dépit de son succès auprès de la classe bourgeoise et de certaines franges de la classe aristocratique, la peinture de genre a longtemps été considérée par les académies et les théoriciens comme un sujet pictural mineur sinon vulgaire. De violents conflits, exacerbés au 18e siècle, l’opposent à la peinture d’histoire, ce « grand genre » au sommet de la hiérarchie qui développe des sujets mythologiques ou bibliques dans un style idéalisé. A l’inverse, c’est le réel et sa simplicité que les peintres de genre cherchent à transcrire à travers l’observation directe de leur environnement familier, intime, populaire. Leurs héros sont devenus anonymes. A partir du 16ème siècle, cette peinture prend son essor en Europe, en particulier dans les Flandres. En France, il faudra attendre le 19e siècle et le déclin de la peinture d’histoire pour voir s’émanciper ces sujets de la vie quotidienne. »

baugin_sens

Lubin Baugin, Nature morte à l’échiquier ou Allégorie des cinq sens, 1630, huile sur bois, 55 × 73 cm © Musée du Louvre / RMN

On sera sceptique quant au constat d’une peinture de la vie quotidienne qui ne s’émancipe en France qu’au XIXème, alors même que l’exposition montre une famille de paysans par Le Nain, bien qu’il soit tout à fait exact que les sujets galants et mythologiques et de paysage (aux côté de la peinture religieuse, et d’histoire) ait dominé. Sinon que dire, sinon, qu’on ne s’attardera pas à la description des œuvres principales, qui serait bien fastidieuse, pour partager deux coups de cœur plus discrets. Le premier d’entre eux sera tout de même fameux, avec les Deux Cousines de Watteau, d’une délicatesse et d’une pudeur évocatrices, au chromatisme doux, où se détache la cape du soupirant. Acquis vers 1716 par le Roi, relevant du sujet des Fêtes Galantes que nous avions étudié lors de l’exposition au Jacquemart-André, le tableau surprend par son caractère couperinien et l’ambivalence des sentiments se dégageant de cet aréopage élégant, aux vêtements théâtraux. Le titre, certes ancien, ne semble pas donné par l’artiste, et la scène demeure énigmatique : l’amant, sa cape rouge emplie de roses en offre une à la jeune fille qui, sensible, la met dans son corsage. Mais que signifie la deuxième « cousine » dont on ne voit que le dos d’une belle robe à la française ? Rivale déçue, cousine pudique ? Au loin une statue, (Hercule ? Un général Remain ?), et un autre couple de galants près de la pièce d’eau… Les couleurs perlées sont particulièrement remarquables, évitant toute mièvrerie sucrée, le ciel neutre voire froid, tandis que le décentrage du groupe apporte mouvement et urgence, contrastant avec l’immobilisme tranquille du marbre et de l’onde.

watteau_cousines

Jean-Antoine Watteau (Valenciennes, 1684 – Nogent-sur-Marne, 1721), Les deux Cousines , vers 1716, huile sur toile, 0,30 m x 0,36 m © Musée du Louvre / RMN

Notre deuxième choix, est constitué par un étonnant Fragonard, loin des gauloiseries du Verrou et des sujets d’un artiste trop rapidement catégorisé comme frivole ou coquin, et qui rappelle par sa lumière, son audace, son souffle la peinture d’un Berchem et autres paysagistes italianisants. Le double titre lui-même « L’Orage ou le Chariot abandonné » montre l’hésitation entre la puissante représentation d’Éole déchaîné, et du sujet  : ces misérables mortels qui ne font pas le poids. Les couleurs sont solaires, avec ce ciel encombré mais d’un beau bleu qui attire le regard tout autant que le gilet rouge du paysan, canalisant la lecture sur cette diagonale, insistant sur la lourdeur de cet amas informe, sorte de roc que constitue la chariot. Et aux bourrasques, visualisées par cette superbe bâche gonflée tel un oriflamme,  s’ajoutent d’autres éléments de chaos sonore : les aboiement du chien au premier plan (saisissant raccourci) et les bêlements de la horde du troupeaux affolé. A l’arrière plan, un berger à cheval, brandissant un bâton (?) paraît presque sorti d’une peinture de bataille. Et pourtant, malgré le bruit et la fureur, le désordre, la panique, se dégage de cette oeuvre datant de son voyage en Italie, vers 1759, une impression de luminosité altière, de beauté tendre. Est-ce dû à la blancheur des nuages ? Au caractère aérien du pinceau (cette bâche qui est presque esquissée)… Tout simplement superbe…

fragonard_chariot

Jean-Honoré Fragonard (Grasse, 1732 – Paris, 1806), L’orage, dit aussi La charrette embourbée, vers 1759, 0,73 m. x L. : 0,97 m. © Musée du Louvre / RMN

On aimerait en dire plus, célébrer des moins connus, tels l’Eplucheuse de pommes de Metsu, ou le Satyre et le paysan de Sebastiano Ricci, mais il est temps de vous laisser. Une exposition à ne pas manquer, si vous passer du côté de l’Archipel.

Viet-Linh NGUYEN

Musée du Louvre. Peinture de genre. Scènes de la vie quotidienne.
(Louvre Museum: Genre Painting – Scenes from Daily Life)
February 21(Sat.) – June 1 (Mon.), 2015

The National Art Center, Tokyo
7-22-2 Roppongi, Minato-ku, Tokyo Japon 106-8558
Tél. : 03-5777-8800

http://www.nact.jp 

Annexe : Tableau 1 : Liste des expositions présentant une ou plusieurs oeuvres de Vermeer au Japon

1974Dec.2-Jan. 261975 Kyoto Japon Meisterwerke der Europäischen Kunst. Nationalmuseum. Girl Reading a Letter by an Open Window
1984 Tokyo Japon Dutch Painting of Golden Age from the Royal Picture Gallery Mauritshuis. The National Museum of Western Art. Glass of Wine
1987 Tokyo Japon Space in European Art: Council of Europe Exhibition in Japan. National Museum of Western Art. A Lady Writing (no. 86)
1999 Kyoto Japon Masterpieces from the National Gallery of Art, Washington. Kyoto Municipal Museum of Art. A Lady Writing (no. 83, repro.)
1999 Tokyo Japon Masterpieces from the National Gallery of Art, Washington. Kyoto Municipal Museum of Art. A Lady Writing (no. 83, repro.)
20004 Apr.–2 July Osaka Japon The public and the private in the age of Vermeer. Osaka Municipal Museum of Art. Saint Praxedis (174-177, no. 31 and ill.)Woman with a Lute (178-181, no. 32 and ill.)Woman Holding a Balance (182-185, no. 33 and ill.)Girl with a Pearl Earring (186-189, no. 34 and ill.)The Geographer (190-193, no. 35 and ill.)
2005Jan.-May 22 Kobe Japon Dresden-Spiegel der Welt. Die Staatlichen Kunstsammlungen Dresden in Japan. Hyogo Prefectural Museum of Art. A Girl Reading a Letter by an Open Window
2005Jun. 28-Sept. 19 Tokyo Japan Dresden-Spiegel der Welt. Die Staatlichen Kunstsammlungen Dresden in Japan. National Museum of Western Art. A Girl Reading a Letter by an Open Window
2007Sept. 26-Dec. 17 Tokyo Japan Milkmaid by Vermeer and Dutch Genre Painting. Masterworks from the Rijksmuseum Amsterdam. The National Art Center. The Milkmaid
2008Aug. 2–Dec. 14 Tokyo Japan Vermeer and the Delft Style. Metropolitan Art Museum. Christ in the House of Martha and Mary (164-166, no. 25 and ill.)Diana and her Companions ( 168-170, no. 26 and ill.)The Little Street ( 172-174, no. 26 and ill.)The Girl with the Wineglass (176-178, no 28 and ill.)Woman with a Lute (180-182, no. 29and ill.)The Art of Painting (184-188, no. 30 and ill.)A Young Woman Seated at the Virginals (?)
(190-192, no. 31 and ill.)
2011June 11-Aug. 28 Aichi Japan The Golden Age of Dutch and Flemish Painting from the Städel Museum. Toyota Municipal Museum of Aichi. The Geographer
2011June 25-Oct 16 Kyoto Japan Communication: Visualizing Human Connection in the Age of Vermeer in Japan. Municipal Museum of Art. Woman in Blue Reading a Letter (128, no. 41 and ill.)A Lady Writing (no. 42 and ill.)Lady Writing a Letter with her Maid (132, no. 43 and ill.)
2011Oct. 27-Dec. 12 Sendai Japan Communication: Visualizing Human Connection in the Age of Vermeer in Japan. Miyagi Museum of Art. Woman in Blue Reading a Letter (128, no. 41 and ill.)A Lady Writing (no. 42 and ill.)Lady Writing a Letter with her Maid (132, no. 43 and ill.)
2011Dec. 23-Mar. 14, 2012 Tokyo Japan Communication: Visualizing Human Connection in the Age of Vermeer in Japan. The Bunkamura Museum of Art. Woman in Blue Reading a Letter (128, no. 41 and ill.)A Lady Writing (no. 42 and ill.)Lady Writing a Letter with her Maid (132, no. 43 and ill.)
2012Jun. 13-Sept. 17 Tokyo Japan From Renaissance to Rococo. Four Centuries of European Drawing, Painting and Sculpture. National Museum of Western Art. Woman with a Pearl Necklace
2012Jun. 30-Sept. 17 Tokyo Japan Masterpieces from the Royal Picture Gallery. Tokyo Art Museum. Girl with a Pearl Earring
Diana and her Companions
2012Oct.1-Jan. 21 Kobe Japan Masterpieces from the Royal Picture Gallery. City Museum Kobe. Girl with a Pearl Earring
2015Feb. 21 – Jun. 1 Tokyo Japan Louvre Museum: Genre Paintings – Scenes from Daily Life, The National Art Center, The Astronomer

Source : Essential Vermeer.