Close

"When Laura smiles…"

Muse4
31 décembre, 2010

John Dowland (1563-1626) et alli

« Clear or Cloudy » : lute songs

 

Valeria Mignaco (soprano), Alfonso Marin (luth Malcolm Prior, 1998, copie d’un original de Vendelio Venere de 1582)

67’. Musica Ficta, 2010. 

Faire des tubes de John Dowland un disque — que tout jeune étudiant en « élisabethainisme » a déjà croisé au moins une fois dans sa vie pour la plupart, constitue un pari osé et dangereux. Mais ce n’est pas un crime. Surtout quand ce qui nous est donné à entendre n’est pas mauvais, pour user d’une litote, comme c’est ici le cas.

Bien sûr, nos oreilles sont aux aguets du début à la fin, de Come again à When Laura smiles (de Philip Rosseter, 1567-1626), en passant par le Preludium ou Mr Dowlands midnight pour luth, contenu dans le manuscrit Margaret Board Lute Book, sans parler de Sorrow stay ou de l’innomable Flow my tears que le monde entier des baroqueux connaît par cœur. Mais nous ne sommes que rarement déçus, et souvent agréablement surpris.

Le luth d’Alfonso Marin semble peut-être un petit peu trop discret dans les Songs, où, bien qu’on l’entende, il reste une sorte de subtile basse s’effaçant derrière la voix. Mais l’écoute de la chanteuse est remarquable, le luthiste l’attend, se tend vers elle, et c’est un accompagnement qui part avant tout de ce que propose la voix, et ne s’en va pas faire ses frasques dans d’autres contrées. Le son est très doux, très rond — presqu’un peu gras, s’il nous est permis une telle formule. Le toucher est précis, entendons-nous bien, mais on aurait peut-être préféré un tout petit peu plus de piquant dans l’accompagnement, et moins de rondeur suave et délicate, comme dans le When Laura smiles évoqué plus haut. Mais nous sommes tatillons, et, c’est, au final, un accompagnement très agréable et plus que louable pour son écoute.

Dans les pièces solistes, on retrouve toujours ce son très rond, avec des basses larges, très audibles et bien prononcées. Mrs Winters jumpe sautille comme il se doit, avec un agile toucher de la main droite, et de justes ornements de la gauche. Dans le Preludium, on est loin du piquant rond, de la retenue évanescente de Paul O’Dette (intégrale des œuvres pour luth de Dowland, Harmonia Mundi, 1997), avec une approche plus mordante, les parties rapides en triples croches s’effaçant un peu derrière leurs basses, et avançant droit pour arriver à leur fin. La tenue ne manque pas, peut-être la retenue.

Valeria Mignaco se sort très honorablement de cette clarté nuageuse, et plutôt mieux que certaines de ses consœurs qui s’attaquent à ce répertoire. La soprano ne tente jamais d’imiter la voix de petits garçons, comme dans certains disques que votre humble dévoué a pu évoquer dans ses vertes pages, assumant tout à fait sa voix, avec ses couleurs réconfortantes, sa souplesse, descendant sans crainte dans des basses chaudes surprenantes (Fain would I wed, de Thomas Campion, 1567-1620, amusant et enlevé). Parfois trop — le risque a été pris, il faut donc qu’on en parle —, dans le Flow my tears légèrement complaisant où l’on sent un certain plaisir presque malsain à traîner, dans l’expression du désarroi de la chanson, ce qui fait perdre un peu à la subtilité de texte un peu abandonné, et à celle de la musique. Le And tears, and sighs, and groans (ainsi que la reprise) est paradoxalement appréhendé comme une descente langoureuse, au lieu d’être attaqué, de monter dans la douleur et dans le cri…

Au final, l’ensemble de ce récital demeure porté par une voix charmante, agréable, chaleureuse — peut-être parfois un tantinet saturée dans les aigus (notamment dans Wandring in this place, Michael Cavendish, 1565-1628, où on en perd presque le texte), et par un luth complice quoique en retrait. Si la prononciation moderne de l’angles déçoit un peu l’auteur pernicieux de la présente, la prosodie est remarquablement respectée (sauf dans le cas déjà évoqué, et peut-être un ou deux autres) – c’est, il faut l’avouer ce qui a séduit dès l’abord votre humble serviteur, car cela se fait par trop rare pour ne pas devoir être signalé dument – la réalisation ne manque pas de personnalité ni de poésie, en dépit de certaines inégalités qui répondent ainsi au titre : clear or cloudy.

Charles Di Meglio

Technique : prise de son fidèle et chaleureuse, qui met très en avant la voix au détriment du luth.